Ils ne le diront pas en public, mais dans les recoins de la LNH, il doit bien y avoir des DG qui ont un petit haut-le-cœur en voyant les Golden Knights fréquenter, une fois de plus, les sommets.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Le club de Vegas a profité d’un repêchage d’expansion très favorable pour atteindre la grande finale à sa première année d’existence, et là, ce même club n’est plus qu’à quatre victoires d’une deuxième présence en grande finale en trois ans. C’est bien pour dire.

Il y a plusieurs équipes qui n’auraient pas survécu à une controverse des gardiens comme la leur, avec Robin Lehner et Marc-André Fleury qui se disputent un seul filet, mais ce qui aurait pu être une immense source de perturbation et un problème s’est transformé en avantage majeur, avec le meilleur duo de gardiens dans cette ligue en ce moment même.

Les Stars, eux, ne sont pas là par hasard, et en plus des gros noms comme Miro Heiskanen et Jamie Benn, cette équipe mise sur une profondeur exemplaire, par exemple ce Joel Kirivanta, sorti de nulle part pour enfiler un tour du chapeau qui a coulé l’Avalanche du Colorado vendredi soir.

Par contre, y a-t-il une équipe plus complète que celle des Golden Knights en ce moment, des deux gardiens jusqu’aux attaquants ? Probablement pas, et ça, pour les Stars, ce sera un problème.

Le joueur sous les projecteurs

Mark Stone

PHOTO GERRY THOMAS, USA TODAY SPORTS

Mark Stone (61) a récolté 15 points en 15 matchs depuis le début des séries éliminatoires. Ses coéquipiers Max Pacioretty (67) et Shea Theodore (27) n’ont pas à rougir, avec 7 et 16 points respectivement.

Cet attaquant peut marquer et contribuer en attaque (15 points en 15 matchs depuis le début des séries), mais en plus, il excelle dans son territoire.

La clé de la victoire

Les Stars ne sont pas une puissance offensive, mais ils devront trouver une façon de générer des occasions de marquer contre une défense très étanche. C’est sans doute là que ça va se jouer.