La direction du Canadien a été claire avant le début des séries éliminatoires. Avoir l’occasion de repêcher Alexis Lafrenière au premier rang aurait constitué une chance unique, mais donner de l’expérience au jeune groupe actuel de joueurs du CH avait encore plus de valeur aux yeux de Marc Bergevin.

Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Au moment de l’interruption de la saison, Nick Suzuki cherchait son souffle, après avoir « frappé le mur ». Jesperi Kotkaniemi soignait une sérieuse blessure à la rate, subie lors d’un match de la Ligue américaine, et certains osaient déjà le qualifier d’espoir raté.

Le Canadien a finalement été éliminé en six matchs vendredi soir, non sans s’être battu vaillamment jusqu’à la fin contre les Flyers. L’équipe repart avec deux premiers centres de 21 ans et moins.

PHOTO DAN HAMILTON, USA TODAY SPORTS

Kevin Hayes (13), Philippe Myers (5) et Derek Grant (38)

Nick Suzuki a marqué deux autres buts vendredi soir. Il termine les séries avec sept points, dont quatre buts, en dix matchs et un temps d’utilisation supérieur à 19 minutes. Seul Phillip Danault a joué davantage à l’attaque. Suzuki semble avoir une belle chimie avec Jonathan Drouin, qui a terminé en force, et Joel Armia.

L’autre centre offensif de l’équipe, Jesperi Kotkaniemi, a impressionné par sa confiance avec la rondelle, sa puissance, sa vitesse et sa robustesse. Il a terminé au premier rang des buteurs de l’équipe avec quatre buts, sur un pied d’égalité avec Suzuki. Il a seulement 20 ans, un an de moins que Suzuki.

Pour la première fois depuis des décennies, le Canadien peut donc espérer construire un club intéressant autour de deux jeunes centres de premier plan. Sans cette participation aux séries, ces deux-là n’auraient jamais pu se bâtir une telle confiance aussi rapidement.

« Même si nous vivons une déception en ce moment, il y a beaucoup d’optimisme pour l’avenir, a confié après le match l’entraîneur en chef par intérim, Kirk Muller. Nous regardons notre ligne de centre, et soudainement, nous sommes assez solides. »

Shea Weber voit lui aussi le côté positif des choses. « Tout le monde doutait de nous avant le début des séries, mais on s’est tous présentés ici avec le même but. Ça prouve qu’on est plus proches que le monde pense. Nos jeunes [Suzuki et Kotkaniemi] ont constitué une grande part de nos succès. Ils ont pu profiter de la pause, s’entraîner et revenir avec beaucoup de confiance. Non seulement ils ont marqué de gros buts, mais ils ont joué avec hargne et robustesse. Ils vont juste continuer à s’améliorer. Ce type d’expérience est inestimable pour eux. Ils sauront désormais à quoi s’attendre et comment élever leur jeu pour atteindre les séries et gagner. »

Kotkaniemi et Suzuki se présenteront au camp d’entraînement en novembre avec une confiance en eux renouvelée. Le Canadien repêchera au 16e rang au lieu du 9e, mais la croissance de ce jeune groupe vient de se poursuivre.

« Nick [Suzuki] et Jesperi [Kotkaniemi], ils ont joué comme ils n’avaient jamais joué auparavant », a lancé après le match leur ancien coéquipier et grand frère, Nate Thompson, échangé aux Flyers à la date limite des échanges.

PHOTO DAN HAMILTON, USA TODAY SPORTS

Nick Suzuki (14), Brett Kulak (77) et Joel Armia (40)

On n’a malheureusement pas vu le défenseur Alexander Romanov en séries en raison d’un nouveau règlement de la LNH, mais ces quelques semaines à s’entraîner avec l’équipe à Toronto faciliteront son acclimatation en prévision de la prochaine saison.

Il faudra voir le sort réservé à Max Domi, encore une fois mauvais vendredi, même placé au sein d’un trio offensif avec Jesperi Kotkaniemi et Paul Byron. Celui-là pourrait changer de camp entre les deux saisons.

Le trio défensif constitué de Shea Weber, Jeff Petry et Ben Chiarot est plus âgé, mais ils ont laissé leur marque. Ils ont été bien appuyés par un surprenant Brett Kulak.

Dans le détail

La hargne de Jonathan Drouin

Critiqué avec raison pendant les séries, Jonathan Drouin a su se ressaisir lors des derniers matchs. Il a corrigé un vilain défaut, la passivité. Sur le but gagnant de Suzuki lors du match précédent, il était le premier sur une rondelle libre derrière le filet. Vendredi soir encore, il a provoqué le deuxième but de Suzuki en gagnant une course pour la possession de la rondelle devant Travis Sanheim. Drouin n’a pas craint d’encaisser la mise en échec, mais sa vitesse a étourdi Sanheim et il a évité un mauvais coup pour ensuite refiler le disque à Suzuki. Drouin a amassé quatre aides à ses deux derniers matchs et il a été récompensé avec 19 minutes de temps d’utilisation lors de la sixième rencontre.

Des rondelles au filet

Les Flyers savaient qu’ils n’allaient pas battre Carey Price facilement. Alors ils ont choisi de placer des rondelles au filet, quitte à réduire la vélocité de leurs tirs. Quand un lancer est cadré, de belles choses peuvent survenir. Sur le premier but des Flyers, marqué à seulement 28 secondes du début du match, la rondelle lancée par Ivan Provorov a dévié sur Shea Weber, puis sur le bâton de Travis Konecny. Sur le deuxième but, toujours en première, le faible tir de Kevin Hayes a dévié sur le bâton d’Artturi Lehkonen. Le troisième but n’a pas été marqué à l’aide d’une déviation, mais Ben Chiarot a fait de l’obstruction sur Price en voulant se replier trop rapidement après une perte de rondelle en zone adverse.

Rien à faire pour relancer Claude Giroux

Le capitaine des Flyers, Claude Giroux, ne connaissait pas de bonnes séries, avec seulement quatre aides en neuf matchs. Afin de le relancer, on l’a replacé au centre entre James Van Riemsdyk, de retour au jeu, et Scott Laughton. Michael Raffl le remplaçait au sein du premier trio avec Sean Couturier et Jakub Voracek. Les changements ne l’ont pas relancé. Ce trio a été dominé largement par celui de Nick Suzuki, et Giroux, en plus d’être blanchi, a terminé la rencontre avec une fiche de -1, quoiqu’il surveillait bien Joel Armia devant le filet sur le deuxième but de Suzuki. Sept attaquants ont joué plus que lui à cinq contre cinq.

En hausse

Nick Suzuki

Le grand leader offensif du Canadien. Deux buts, six tirs, temps d’utilisation de 21 min 13 s. Seul bémol, 38 % d’efficacité lors des mises en jeu.

En baisse

Max Domi

Il a continué de multiplier les mauvais jeux et écopé d’une vilaine punition en voulant corriger une erreur. Termine les séries avec trois aides en dix matchs, toutes obtenues dans la même rencontre…

Le chiffre du match

17

Nombre de tirs au but par les Flyers de Philadelphie, complètement dominés par leurs adversaires. Ils ont néanmoins compté deux fois sur des tirs déviés.

Ils ont dit

Je suis fier de ce groupe. Carey Price a prouvé qu’il était le meilleur à sa position.

Kirk Muller

Ce fut un plaisir de voir [Suzuki] jouer et grandir. Il a tellement un grand avenir. Je suis ravi pour lui. On a bien répondu à l’adversité dans les séries.

Carey Price

Ce fut une grande expérience pour moi. J’aurais évidemment voulu continuer à jouer. On va revenir l’an prochain avec plus d’expérience.

Nick Suzuki

N’importe qui, placé avec Nick, va bien faire. C’est un joueur intelligent, dans les deux sens de la patinoire, vous l’avez vu dans les deux séries. Plus ça avançait, meilleur il devenait. Il est jeune, mais il ne joue pas comme un gars de son âge. On a commencé à développer une petite chimie, c’est une bonne chose pour l’an prochain. C’est une belle expérience pour Nick et KK [Kotkaniemi] d’avoir joué dans des matchs comme ça. Tu vois qu’ils ont pris un pas important.

Jonathan Drouin

Je savais que ça allait être une bagarre contre le Canadien, ce n’est jamais facile de battre Carey Price, et on a réussi à le déjouer trois fois dans ce match. Ça devrait être suffisant pour gagner. Le Canadien a une très bonne équipe, leur gardien est probablement le meilleur de la ligue et leurs quatre premiers défenseurs sont aussi bons que n’importe qui dans la ligue. On s’attendait à un défi énorme, et c’est ce qu’on a eu.

Alain Vigneault

On a joué un match à l’image de notre équipe, avec tout le monde qui pousse dans la même direction en même temps.

Shayne Gostisbehere

Le Canadien a une bonne équipe, c’est une équipe rapide qui bataille. Ce fut une très bonne série.

Ivan Provorov

J’ai parlé avec Carey [Price] à la fin au moment de la poignée de main et il m’a dit qu’il allait regarder nos matchs. C’est vraiment quelque chose que je ne vais jamais oublier.

Carter Hart

Pour nous, ç’a été un effort de groupe complet. La façon dont on a gagné ce match, ça importe bien peu. On a une très bonne équipe et on a une bonne chance de se rendre jusqu’au bout.

Kevin Hayes