Il commence à en avoir l’habitude. La saga du centre Robert-Guertin est un feuilleton qui s’étire depuis plus de 10 ans.

JEAN-FRANÇOIS PLANTE
Le Droit

Mort, enterré, ressuscité. Les scénarios à la Lance et Compte ont été répétés à profusion. Au moment où les formules semblent avoir toutes été épuisées, une nouvelle intrigue surgit toujours.

Commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau n’est donc pas tombé en bas de sa chaise quand il a appris que l’équipe la plus décorée de son circuit allait devoir retourner au front pour avoir le loisir de disputer la 47e et dernière saison de son histoire dans le vénérable amphithéâtre de la rue Carillon.

Encore une fois, il a dû s’entretenir avec la Ville de Gatineau pour protéger les intérêts de la formation outaouaise. Cette fois, c’est Maxime Pedneaud-Jobin lui-même qui aurait fait les premiers pas. Occupé à rencontrer les propriétaires des équipes des Maritimes en vue d’établir un plan pour commencer la saison le 1er octobre, Gilles Courteau a fait parler son directeur des communications à sa place mardi.

« Le commissaire a eu une discussion avec le maire de Gatineau. Il a parlé aux Olympiques à quelques reprises, a indiqué Maxime Blouin. Il essaie de comprendre la situation et il cherche des solutions. »

Pour poursuivre la lecture de cet article, cliquez ici.