(Edmonton) Le jeune défenseur étoile Cale Makar a donné le ton en avantage numérique, Pavel Francouz a réalisé un jeu blanc à ses débuts en séries éliminatoires et l’Avalanche du Colorado a écrasé les Stars de Dallas 4-0, mercredi, lors du tournoi à la ronde.

Associated Press

Joonas Donskoi, Vladislav Namestnikov et Andre Burakovsky ont également fait mouche pour l’Avalanche, qui a remporté deux de ses trois matchs du tournoi à la ronde qui déterminera le positionnement des quatre équipes de têtes de l’Association Ouest. Les Stars ont perdu deux de leurs matchs jusqu’à présent.

« Nous tentons certainement de nous donner le plus d’occasions possible et même si nous sommes à Edmonton, nous essayons de prendre avantage lorsque nous sommes les locaux, a déclaré l’entraîneur de l’Avalanche, Jared Bednar. J’aime voir notre équipe récompensée lorsqu’elle travaille fort tout au long de la saison régulière. Nous avons terminé dans les équipes de tête. Nous allons par la suite recommencer à zéro et nous allons nous préparer en vue d’une série au meilleur de sept rencontres. »

Francouz a bloqué 27 lancers, dont quelques tirs menaçants de Tyler Seguin. Le marqueur s’est emparé d’un retour en deuxième période, mais en vain.

Il s’agissait de son deuxième blanchissage en carrière. Il avait réalisé l’exploit le 21 février, avant que la LNH mette un terme à ses activités en raison de la pandémie de COVID-19.

« Je n’étais pas nerveux aujourd’hui et ça m’a fait peur, parce qu’habituellement, je suis très nerveux, a-t-il raconté. J’étais un peu effrayé par mon attitude. Mais ça n’a pas affecté ma performance. Je ne sais pas pourquoi, mais je me suis senti vraiment confortable aujourd’hui. »

L’Avalanche n’avait capitalisé qu’une seule fois en 18 occasions en avantage numérique avant la pandémie. Depuis le retour, la formation du Colorado a inscrit trois buts avec l’avantage d’un homme.

Donskoi a inscrit un autre but trois secondes après la fin d’un avantage numérique en fin de premier tiers et Burakovsky a également bénéficié de la présence d’un homme de plus sur la glace pour toucher la cible, tard au deuxième vingt.

Anton Khudobin a terminé avec 36 arrêts.