(TORONTO) Au lendemain d’un match plutôt intense qui s’est terminé à 35 minutes du coup de minuit, les joueurs du Canadien ont droit à un congé d’entraînement en ce dimanche pluvieux dans la Ville Reine.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Claude Julien a en effet confirmé en visioconférence que seuls les joueurs laissés de côté samedi chausseraient les patins dimanche.

« On aura un petit entraînement rapide demain, ça va nous aider à raccourcir la longue journée avec le match à 8 h le soir. Aujourd’hui, c’est plus du vidéo, les joueurs vont se reposer et on va se préparer pour [lundi]. »

On peut comprendre que le repos sera particulièrement utile pour certains joueurs qui ont eu droit à tout un retour au travail, samedi, dans la victoire de 3-2 sur les Penguins en prolongation. Shea Weber et Jeff Petry – l’auteur du but gagnant – ont excédé les 30 minutes d’utilisation, tandis que Ben Chiarot a joué 28 min 50 s très intenses, à frapper tout ce qui bougeait. Carey Price a reçu 41 tirs, sans compter les 28 qui ont raté la cible et les 27 que les joueurs devant lui ont bloqué. Bref, ça a tourné longtemps dans sa zone !

À l’avant, la recrue Nick Suzuki a passé 23 minutes sur la patinoire et n’aura pas volé son après-midi de repos !

Les Penguins, eux, rencontreront virtuellement les médias en fin d’après-midi. C’est là que l’on devrait savoir s’ils ont sauté sur la patinoire ou non.

La bande à Sidney Crosby et Evgeni Malkin se retrouve déjà dans une situation fâcheuse, malgré une formation supérieure à celle du Canadien sur papier. Dans les 83 séries 3 de 5 disputées dans l’histoire de la LNH, l’équipe qui gagne le premier match a remporté la série 68 fois.

On comprend toutefois que la statistique n’a pas dû circuler chez le Canadien…

« C’est assez simple. Notre message, c’est un match à la fois. C’est probablement le même message que l’autre équipe, a expliqué Julien. C’est ça, les séries. Tu ne peux pas t’emporter avec un match. On comprend que c’est loin d’être fini, que l’équipe de l’autre côté a la capacité de revenir. On a beaucoup de respect, mais on est déterminés à revenir forts. »

Gallagher déteint sur Danault !

Brendan Gallagher et Phillip Danault, les deux tiers du premier trio du CH, rencontraient eux aussi les médias.

Danault a connu une soirée particulière, écopant de trois pénalités, ce qui a donné lieu à un moment cocasse. Danault a été interrogé sur ses trois pénalités, reconnaissant que c’était la première fois de sa carrière que ça lui arrivait. Gallagher, à ses côtés, lui a lancé : « Je déteins sur toi ! »

« Oui, Gally est une mauvaise influence ! » a ajouté Danault.

PHOTO NATHAN DENETTE, LA PRESSE CANADIENNE

Sidney Crosby a tenté de neutraliser Brendan Gallagher qui dérangeait le gardien Matt Murray.

La situation aurait pu être fâcheuse pour le CH, puisque Danault est l’homme de confiance de Julien en désavantage numérique, notamment grâce à ses succès aux mises en jeu. Mais Suzuki était en transe pendant une bonne partie de la soirée et a pu limiter les dégâts.

« Suzuki nous aide énormément. Il ne joue pas comme une recrue, il joue comme un vétéran. C’était un bon test et je suis content de voir que l’aide est proche. »

Pour ce que ça vaut, après vérification, c’était en effet la première fois de sa carrière professionnelle (LNH et Ligue américaine) que Danault écopait de trois pénalités mineures dans une rencontre.

Des changements ?

Comme bien des entraîneurs, Claude Julien n’a pas nécessairement l’habitude de changer une formule gagnante. Par contre, il faudra garder un œil sur le troisième duo de défenseurs.

Victor Mete n’a joué que 13 minutes samedi. Dans les 14 minutes de prolongation, le petit défenseur a effectué quatre très courtes présences, pour une utilisation de 1 min 52 s.

Au risque de déplaire à ceux qui souhaitent voir le CH profiter de l’occasion pour donner du millage aux jeunes, ça ne semble pas parti pour se produire. Julien a été interrogé sur la recrue Cale Fleury, dimanche. « En ce moment, on ne sent pas qu’il est prêt pour être dans notre top 6 », a admis l’entraîneur-chef.

Pour ce que ça vaut, Christian Folin était en uniforme comme septième défenseur dans l’échauffement samedi. Si changement il y a, tout porte à croire que c’est vers lui que Julien se tournera, même si on doute qu’il puisse jouer beaucoup plus de minutes que Mete ne le faisait.