(Toronto) Steve Mayer a vécu quelques moments anxieux la semaine dernière.

Joshua Clipperton
La Presse canadienne

Au milieu des préparatifs pour la relance de la LNH, le directeur du contenu de la ligue a dû se demander ce que la pluie et les inondations à Rogers Place à Edmonton –l’une des deux villes pôles, avec Toronto– signifieraient pour le plan.

Les responsables locaux ont dit à ce moment qu’ils ne pensaient pas que ce serait une entrave.

Le jeu reprend mardi avec les matchs préparatoires en vue de la relance comme telle, à partir du 1er août.

Mayer a confirmé vendredi que, malgré l’eau qui tombait en cascade dans le hall et dans d’autres parties de l’aréna, inauguré il y a quatre ans, tout est sur la bonne voie.

« Nous avons eu un peu peur, c’est sûr, a-t-il déclaré. Mais il n’y a aucun problème. Tout a été réparé. »

La ligue a révélé son plan pour la santé et la sécurité, ainsi que des informations sur les télédiffusions et l’équipement des joueurs. Aucun partisan ne sera admis dans les arènes.

« (Ce sera) l’une des aventures les plus uniques et les plus exigeantes (de l’histoire de la ligue), a dit le commissaire Gary Bettman. Ce n’est pas un hasard si les villes pôles sont Toronto et Edmonton vu l’accent mis sur la santé et la sécurité, au sujet de la COVID-19. »

Le personnel de la LNH sera logé et jouera dans des bulles séparées du grand public, en vertu d’une entente conclue avec le gouvernement fédéral.

Le Dr Willem Meeuwisse, médecin-chef de la LNH, a déclaré que le projet a été planifié en profondeur, notamment avec l’Agence de la santé publique du Canada, ainsi qu’avec les autorités provinciales et locales.

Mais il a ajouté qu’il serait erroné de supposer qu’il n’y aura pas de tests positifs une fois que les 24 équipes –chacune avec un groupe de 52 personnes-arriveront dans la zone sécurisée dimanche, pour reprendre une saison suspendue à la mi-mars.

« Nous ne nous attendons pas à ce que ce soit parfait, a dit Meeuwisse. Nous prévoyons avec le nombre de personnes que nous allons avoir des tests positifs, et nous avons une méthode et un processus conçus à l’avance pour y faire face. »

La LNH, qui a signalé deux cas parmi plus de 800 joueurs testés, au cours des cinq premiers jours des camps, la semaine dernière, utilisera DynaLIFE Medical Labs à Edmonton et LifeLabs à Toronto, pour les tests quotidiens de la COVID-19.

« Nous ne voulions pas nous lancer dans une stratégie qui allait retirer les équipements de protection ou les tests aux populations vulnérables et aux travailleurs de la santé, a déclaré Meeuwisse. Nous avons passé des contrats avec des entreprises qui, on nous l’a assuré, ont une capacité (de test) excédentaire. »

Un total de 30 joueurs ont été déclarés positifs lors d’entraînements volontaires dans les installations des clubs, du 8 juin au 12 juillet. Il y a eu 13 autres résultats positifs en dehors du protocole officiel.

Meeuwisse a confié qu’il y a eu beaucoup de réflexion sur ce qu’un test positif d’un joueur ou un membre du personnel dans les bulles amènerait comme impact, en ce qui concerne l’exposition et le traçage des contacts.

« (Nous) avons adopté une stratégie assez similaire à celle des travailleurs de la santé où vous supposez qu’il y a un certain degré d’exposition, a-t-il déclaré. La seule chose que nous ne pouvons pas faire avec les joueurs, c’est de leur mettre des masques lorsqu’ils jouent, mais nous atténuons ce risque en faisant des tests quotidiennement.

« Nous continuerons de faire du traçage des contacts, car il y a des degrés d’exposition. Et si nous pensons qu’un degré d’exposition est inhabituellement élevé, ils peuvent toujours être mis en quarantaine. Mais en fin de compte, c’est un protocole qui a beaucoup d’implication et de contribution et d’approbation de l’Association des joueurs de la LNH.

« En tant que groupe, les joueurs sont à l’aise avec cela. Et je pense que si les joueurs sont assez mal à l’aise, ils auront la possibilité de ne pas participer. »

Quant à la vie quotidienne à l’intérieur des bulles, chacune dispose de 14 restaurants pour les joueurs et le personnel, ainsi que d’un service de conciergerie pour les livraisons.

Le BMO Field à Toronto –normalement le domicile du FC et des Argonauts– fait partie de la bulle, servant de centre de loisirs en plein air.

Michael Buble, quatre fois lauréat d’un Grammy, interprétera les hymnes nationaux pour les matchs d’ouverture du 1er août, tandis qu’EA Sports fournira des bruits de foule.