L’entraînement de jeudi était entièrement consacré à l’avantage numérique. On a donc déployé les deux unités d’avantage numérique, auxquelles étaient opposées trois unités de désavantage.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Shea Weber, Jeff Petry et Joel Armia, les trois joueurs les plus impliqués dans ces deux phases du jeu, sont restés exclusivement avec l’avantage numérique.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Phillip Danault jouait avec les unités de désavantage numérique lors de l’entraînement de jeudi.

L’exécution n’était toutefois pas à son comble – la qualité de la glace n’aidait pas – pour l’avantage numérique, si bien qu’au bout d’une trentaine de minutes, on a relevé un seul but pour l’avantage numérique… et un pour le désavantage.

Match nul !

Claude Julien a tout de même noté des éléments positifs. « Les gars ont bien déplacé la rondelle, ils avaient une bonne idée de ce qu’ils voulaient faire. En désavantage, on a des gars d’expérience qui étaient agressifs, mais on leur demande de ne pas l’être trop. »

Juulsen exclu

Une information intéressante, en analysant la composition des formations, était l’exclusion de Noah Juulsen. Avec Weber et Petry en avantage numérique, il y avait de la place pour six autres défenseurs pour meubler les unités de 4 contre 5. Et Juulsen n’en faisait pas partie. Josh Brook et Gustav Olofsson ont subi le même sort, mais il était déjà évident que ces deux-là venaient loin dans la hiérarchie.

Juulsen, lui, a un potentiel intéressant, mais n’a disputé que 13 matchs cette saison, tous dans la Ligue américaine, en raison de migraines. Tout porte à croire que le poste de troisième droitier derrière Weber et Petry se jouera entre Christian Folin et Cale Fleury, à moins que Julien opte pour un gaucher à droite.

À l’avant, Charles Hudon, Laurent Dauphin et Alex Belzile n’ont pas participé aux exercices.

Une décision vendredi ?

L’exclusion de Juulsen ne veut pas dire qu’il ne sera pas invité à Toronto. Le Canadien n’a que 2 joueurs à retrancher afin d’en arriver à une formation de 31 joueurs dans la bulle à Toronto. Le Tricolore compte 17 attaquants, 12 défenseurs (dont Alexander Romanov, qui prend une place, même s’il ne pourra pas jouer) et 4 gardiens. Julien a refusé de dire combien de gardiens ou de défenseurs il souhaitait inviter à Toronto.

L’entraîneur-chef a dit croire que l’équipe avait jusqu’à vendredi soir pour soumettre sa formation de 31 joueurs. Le CH prévoit de se rendre à Toronto dimanche.

Le fiasco Romanov

L’interminable dossier Alexander Romanov a connu un développement jeudi. Romanov devait se rendre directement à Toronto pour y faire sa quarantaine et retrouver le Canadien. Mercredi, l’équipe a annoncé qu’il était redirigé vers Montréal. Puis, jeudi, le Tricolore a confirmé l’information de Renaud Lavoie, avançant que Romanov restera finalement à Toronto.

Le jeune défenseur n’est jamais venu à Montréal, nous dit-on.

Souhaitons que ce soit le dernier rebondissement.