Après avoir vu son rêve partir en fumée en raison de la pandémie, le brouillard se dissipe enfin devant le Phœnix de Sherbrooke : « Ce plan de la LHJMQ est la seule chose positive en quatre mois pour nous », admet le coactionnaire et président de l’équipe, Denis Bourque.

JÉRÔME GAUDREAU
La Tribune

Le plan n’a toujours pas été accepté par la ministre Isabelle Charest selon La Presse. La Ligue de hockey junior majeur du Québec demeure aussi en discussion concernant le dossier des assistances dans les arénas. Un enjeu crucial pour la reprise des activités, croit Denis Bourque.

« On a au moins quelque chose à se mettre sous la dent. dit le président du Phœnix. On peut enfin travailler en ayant une date de retour au jeu en tête. Les camps commencent dans cinq semaines et la saison au début du mois d’octobre. Il s’agit d’un plan optimiste puisque pour l’instant, on ne pourrait pas accueillir plus de 50 personnes dans l’aréna. La situation en ce qui concerne la COVID-19 devra s’améliorer : les règles devront changer si l’on souhaite avoir une foule. Et dans quelle mesure que l’on pourra accueillir des spectateurs ? On s’adaptera aux exigences. »

Pour poursuivre la lecture de cet article, cliquez ici.