Toronto et Edmonton seraient sur le point de devenir les villes-bulles pour la relance de la saison dans la LNH, ont révélé de nombreux médias.

La Presse canadienne

Les chaînes TSN, Sportsnet, le quotidien Toronto Star de même que Postmedia ont rapporté mercredi que la LNH choisira ces deux villes canadiennes pour accueillir les 24 équipes qui participeront à la relance des activités du circuit Bettman cet été, alors qu’il tente de couronner un champion de la coupe Stanley malgré la pandémie de COVID-19.

La LNH n’a pas répondu aux requêtes de La Presse canadienne pour obtenir des commentaires.

Toronto et Edmonton faisaient partie des 10 marchés initialement envisagés pour devenir des villes-bulles. La ligue et les joueurs ont dévoilé le format en vue de la relance des activités à la fin du mois de mai, et les 24 équipes doivent être séparées en deux groupes qui évolueront dans des amphithéâtres vides.

Selon le plan de relance, les joueurs et le personnel de soutien doivent être confinés dans des « bulles », dans l’espoir d’éviter qu’ils contractent le coronavirus. La ligue a mentionné qu’elle soumettra les joueurs à des tests de dépistage au quotidien, si son plan de relance va de l’avant comme prévu.

Vancouver, Las Vegas, Chicago, Columbus, Dallas, Los Angeles, Pittsburgh et Minneapolis/St. Paul étaient les autres destinations en lice pour devenir des villes-bulles, avant que la LNH ne commence à élaguer la liste au cours des dernières semaines.

Las Vegas était considérée comme étant l’une des favorites pour devenir une ville-bulle en raison de ses nombreux complexes hôteliers qui auraient pu faciliter l’adoption du scénario de la bulle. Cependant, une récente recrudescence du nombre de cas de COVID-19 à différents endroits aux États-Unis — le nombre de décès se situe présentement à un peu plus de 130 000 — a rendu cette option moins attrayante.

Entre-temps, les Canucks ont annoncé la semaine dernière que Vancouver ne faisait plus partie des plans de la ligue.

La directrice de la santé publique de la Colombie-Britannique, la Dre Bonnie Henry, a déclaré que la santé publique était la priorité du gouvernement provincial.

« Je n’ai pas discuté directement avec la LNH, a-t-elle confié. Nous avons offert notre avis, et déclaré en résumé que la santé de nos joueurs et celle de notre province sont notre principale priorité, en lien avec la relance des activités de la LNH à Vancouver. »

La LNH est l’une des principales ligues professionnelles nord-américaines à avoir interrompu ses activités le 12 mars, dès les premiers jours de la pandémie de COVID-19.