Alexis Lafrenière pourrait avoir une idée claire de l’endroit où il commencera sa carrière dans la LNH avant d’aller se coucher, vendredi.

Joshua Clipperton
La Presse canadienne

Ou peut-être pas.

Résultat de la pandémie, la LNH organisera le tirage au sort le plus inhabituel de son histoire, le soir même où le premier tour devait se dérouler.

Au lieu d’entendre son nom en premier au Centre Bell devant sa famille et ses amis, le hockeyeur de Saint-Eustache, présumé premier choix en 2020, devra attendre comme tout le monde pour savoir ce qu’il en est.

Les sept clubs écartés de la relance à 24 équipes, prévue plus tard cet été, sont confirmés en vue de la loterie. Pire formation, les Red Wings de Detroit ont les meilleures chances comme telles à 18,5 % ; au 25e rang, les Sabres de Buffalo ont 6,5 % des probabilités.

Les Sénateurs d’Ottawa détiennent la deuxième meilleure cote à 13,5 % ; ils possèdent aussi le choix de première ronde des Sharks de San Jose (11,5 %), pour un total de 25 % de chances de pouvoir choisir Lafrenière. L’ailier épatant a été nommé deux fois le joueur de l’année dans la LCH.

Si une combinaison de Detroit, Ottawa, Ottawa (de San Jose), Los Angeles, Anaheim, New Jersey et Buffalo remporte les loteries séparées pour les choix un à trois, tout sera en place dans le top 7.

La loterie a généralement lieu en avril à la fin de la saison régulière et avant les séries. Elle a été repoussée en raison de la pandémie, puis la LNH a défini la formule au mois de mai.

« Nous sommes très heureux de la façon dont ça va se dérouler, a déclaré le directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion. Nous savons que nous allons obtenir deux joueurs du top 6 dans le pire des cas ou, dans le meilleur des cas, les choix un et deux. »

Les choses deviendront intéressantes si au moins l’un des trois premiers choix va à un club ayant un des huit espaces réservés - aux chances allant entre six et 1 %, dans les 15 clubs de la loterie.

Ces huit clubs (la LNH les définit comme l’équipe A à l’équipe H) seront les équipes perdantes des huit séries trois de cinq (la ronde de qualification), avant le reste des séries.

Par exemple, si Detroit remporte le droit de choisir en premier, Ottawa obtient le deuxième, mais si l’équipe A ravit le troisième, une deuxième loterie aurait lieu, avec chacun des huit clubs éliminés ayant des chances égales de 12,5 %, en vue du choix vacant.