« Dans les 24 dernières heures, c’est un peu comme si tout le monde avait été pris de court. On dirait qu’on est passé d’un extrême à l’autre. Je ne dis pas que c’est négatif. C’est quand même surprenant. »

SYLVAIN ST-LAURENT
Le Droit

Alain Sanscartier résume ainsi la pensée de plusieurs intervenants dans le petit monde du hockey mineur en Outaouais.

Le président de l’organisme Vision Multisports Outaouais (VMSO) ne se doutait pas que le gouvernement du Québec s’apprêtait à autoriser l’ouverture des complexes sportifs intérieurs.

Son téléphone s’est mis à sonner, sans arrêt, après la conférence de la ministre responsable du loisir et du sport, Isabelle Charest.

Les annonces de mardi matin pourraient avoir un gros impact sur ses opérations. Son organisme gère notamment le Complexe Branchaud-Brière (CBB). L’établissement qui est situé sur le boulevard Labrosse, à Gatineau, garde deux patinoires opérationnelles, tout au long de l’été. Ça lui permet d’accueillir de nombreux camps estivaux de hockey et de patinage artistique.

Pour poursuivre la lecture de cet article, cliquez ici.