Le hockey tel qu’on le connaît est peut-être paralysé, mais ça n’empêche pas la formation et la recherche de continuer.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

C’est ainsi qu’aura lieu, à compter de ce mercredi, le Sommet Science Hockey UQTR 2.0, organisé par le Laboratoire de recherche sur le hockey de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Le 2.0 est bien choisi : il s’agit à la fois comme la deuxième édition de ce sommet, après l’édition inaugurale 2019, mais aussi d’un événement qui sera réellement « 2,0 ».

« À l’origine, on devait tenir le sommet le 29 mai. À la mi-mars, quand la pandémie a éclaté, on a fait quelques rencontres, et on s’est dit qu’on irait tout de même de l’avant, mais qu’on le ferait en ligne », explique Jean Lemoyne, organisateur du projet et professeur au département des sciences de l’activité physique de l’UQTR.

Évidemment, des conférences en ligne n’offrent pas le même cachet qu’en personne. Mais un événement peut aussi avoir ses effets bénéfiques. « Dans un sens, c’est super, parce que ça va permettre à des coachs qui n’auraient pas pu venir d’y avoir accès. Des coachs de régions plus éloignées comme la Gaspésie, par exemple », rappelle Dany Dubé, associé à l’événement encore cette année (nous y reviendrons).

Six conférences

Au menu : des conférences qui devraient intéresser à la fois les entraîneurs de hockey et les préparateurs physiques.

La sixième et dernière conférence, qui sera diffusée le 3 juin, sera d’ailleurs animée par Pierre Allard, ancien préparateur physique du Canadien de Montréal, qui porte aujourd’hui le titre de directeur du département de Science du sport et performances du CH. Le thème de sa conférence : analyse de la charge de travail en contextes de suivi annuel et de retour au jeu.

Les principales conférences (aux deux jours à compter du 27 mai) dureront entre 30 et 45 minutes. Des conférences plus courtes d’une quinzaine de minutes chacune seront aussi diffusées le 28 et 30 mai, animées par « des étudiants qui présentent leurs projets de recherche, explique Jean Lemoyne. Le sommet répond encore au but de notre laboratoire, soit de faire du transfert de connaissance et de diffuser la recherche. »

Voyez la programmation complète

Les conférences seront présentées sur la chaîne YouTube du laboratoire. Les abonnés à l’application Play 360 de Dany Dubé auront quant à eux accès aux conférences en primeur, la veille de la date de diffusion prévue. L’an passé, l’analyste des matchs du Canadien à la radio avait participé au sommet à titre de conférencier.

Dubé demeure très près de son alma mater, ayant été impliqué pendant 15 ans auprès des Patriotes de l’UQTR, tant comme joueur que comme entraîneur.

« C’est mon université, c’est mon département. Ma femme vient de là. Honnêtement, c’est là où tout a commencé pour moi, raconte Dubé. Beaucoup de gens de hockey ont joué dans la LNH. Moi, c’est là que je me suis bâti : au niveau académique, puis pour mes contacts dans le hockey. Donc j’ai encore un lien très serré et je suis encore en contact avec certains des professeurs du département. La recherche, je suis interpellé par ça. J’essaie simplement de redonner. »