Au cours des prochaines semaines, nous vous offrirons une analyse de chacun des repêchages du Canadien depuis 2003. Cette cuvée coïncide avec l’entrée en poste de Trevor Timmins à titre de directeur du recrutement amateur chez le CH. Nous replongerons dans le contexte de l’équipe à a veille de chaque cuvée, rappellerons les déclarations enthousiastes de l’époque, avant de terminer avec le bilan.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

LE CONTEXTE

Après trois grandes saisons depuis l’entrée en poste de Marc Bergevin, le ciel est tombé sur la tête du Canadien. Le CH a entamé la saison en lion en remportant ses neuf premiers matchs, mais Carey Price est tombé au combat à la fin octobre. Brendan Gallagher l’a suivi à l’infirmerie quelques semaines plus tard.

Le jeune gardien Mike Condon a tenté de remplacer Price comme il le pouvait, sans succès. L’équipe a terminé à 14 points d’une place en séries éliminatoires.

Alex Galchenyuk a néanmoins connu l’année de sa carrière avec une première saison de 30 buts. Les autres espoirs n’ont pas beaucoup progressé. Jarred Tinordi a été échangé aux Coyotes de l’Arizona en janvier pour des joueurs marginaux. Nathan Beaulieu a mérité un poste de régulier, avec des résultats modestes. Michael McCarron et Jacob de la Rose, deux choix de 2013, ont contribué de façon timide lors de leurs rappels. Nikita Scherbak a connu une saison très ordinaire dans la Ligue américaine avec 23 points, dont sept buts, en 48 matchs, avec une fiche de -26.

À la date limite des échanges, Marc Bergevin s’est substitué pour la première fois en vendeur. Il a échangé deux joueurs de location, Tomas Fleischmann et Dale Weise pour le jeune centre Phillip Danault et un choix de deuxième ronde en 2018.

Pour la deuxième fois seulement en onze ans, le CH repêchera parmi les dix premiers, au huitième rang. Mais pour la sixième fois en huit repêchages, le Canadien ne possède pas de choix de deuxième ronde. Le Canadien l’a cédé aux Blackhawks de Chicago pour obtenir Andrew Shaw –le vendredi soir de la première ronde– avec un autre choix de deuxième ronde obtenu des Sabres en 2014 pour Josh Gorges.

Marc Bergevin a récupéré deux choix de deuxième ronde pour Lars Eller, mais en 2017 et 2018.

P. K. Subban est mêlé à des rumeurs d’échange. Le Canadien, dit-on, serait prêt à le céder aux Oilers d’Edmonton ou Canucks de Vancouver pour obtenir le quatrième ou le cinquième choix et ainsi repêcher Pierre-Luc Dubois s’il est encore disponible. « C’est certain qu’un petit Québécois, avec le talent qu’il a, c’est intéressant et excitant, dira Bergevin aux journalistes avant le repêchage, mais encore là, c’est quoi le prix à payer ? »

LES CHOIX

Auston Matthews et Patrik Laine sont repêchés sans surprise par Toronto et Winnipeg au premier et deuxième rang respectivement. Coup de théâtre, les Blue Jackets de Columbus, avec sa haute direction finlandaise, boude le troisième favori, Jesse Puljujarvi, au profit du Québécois Dubois. Les Oilers se précipitent alors sur Puljujarvi, dominant au Championnat mondial junior, plus encore que Laine, avec 17 points en seulement sept matchs.

Le Canadien avait-il un échange imminent impliquant Subban pour le quatrième choix des Oilers ou le cinquième des Canucks afin de mettre la main sur Dubois ? Nous le saurons peut-être un jour. Subban sera échangé à Nashville cinq jours plus tard pour Shea Weber.

Olli Juolevi, le meilleur défenseur disponible selon plusieurs, est repêché au cinquième rang par Vancouver. Matthew Tkachuk est repêché sixième par Vancouver et l’attaquant Clayton Keller au septième rang. Buffalo est en manque de bons jeunes défenseurs gauchers, mais préfère l’attaquant Alex Nylander à Sergachev, 6 pieds 3, 195 livres, 57 points en 67 matchs avec les Spitfires de Windsor dans la Ligue junior de l’Ontario. Le Canadien bondit donc sur ce défenseur gaucher russe, d’autant plus que Nathan Beaulieu ne semble pas répondre aux attentes placées en lui cinq ans après le repêchage de 2011.

En troisième ronde, Montréal repêche un Franco-Ontarien dont le profil s’apparente à celui de Brendan Gallagher. Will Bitten, le fils de l’ancienne Olympienne québécoise en badminton Doris Piché, a obtenu 65 points en 67 matchs avec les Firebirds de Flint.

Montréal fait le plein de défenseurs par la suite avec Victor Mete en quatrième ronde, Casey Straum en cinquième ronde et Arvid Henrikson en septième ronde. Le colosse Michael Pezzetta est le seul attaquant par les six choix du Canadien, avec Bitten.

QUELQUES CITATIONS

Il n’y a pas une fois où je suis allé voir jouer Dubois et qu’il n’y avait pas au moins deux recruteurs de Montréal. Ils l’ont tellement suivi de près… Quand Marc Bergevin, Rick Dudley et Trevor Timmins se rendent ensemble pour le voir jouer… Je pense que Montréal va tout faire pour essayer de monter et d’aller chercher Dubois.

– Un recruteur, sous le couvert de l’anonymat, se confie à La Presse.

Notre plan a déraillé à la suite de l’acquisition d’un joueur qui va nous aider immédiatement. En tant que recruteur, on est toujours triste de voir s’envoler ces choix de deuxième ronde. Or, nous avions un plan que nous n’avons pas pu mettre à exécution et je crois que vous l’auriez aimé…

Trevor Timmins, après la deuxième journée du repêchage. Il affirme du même souffle que Samuel Girard était le défenseur visé.

Il y a possibilité de frapper des coups de circuit en deuxième ronde, juge Timmins. Tu peux repêcher parmi les dix premiers choix du deuxième tour des joueurs qui auraient très bien pu être repêchés en fin de première ronde. Il n’y a pas une grande différence.

Trevor Timmins

Ce qu’on projette, c’est que Sergachev remplacera éventuellement Andrei Markov. Andrei nous donne encore de bons services, mais les années avancent. On était très heureux de faire l’acquisition d’un gros bonhomme qui peut jouer autant à gauche qu’à droite et qui est solide.

Marc Bergevin

Physiquement, il est probablement prêt à faire le saut dans la LNH. Il est toutefois impossible de prédire s’il jouera immédiatement. C’est toujours plus difficile pour un défenseur. Il est grand, gros, fort et il a un tir canon. Il génère beaucoup d’attaque et nous aimons vraiment sa relance.

Trevor Timmins, à propos de Mikhail Sergachev.

Mete rappelle un peu à Samuel Girard. Il est très agile. Pour un petit défenseur, il défend bien son territoire. À London, les entraîneurs l’utilisaient dans des situations clés comme pour protéger une avance d’un but en fin de match. Les petits défenseurs prennent plus de temps à se développer, mais il se retrouve dans un bon environnement à London. Il a gagné la coupe Memorial. Il y a maintenant plus de place dans la LNH pour les arrières de moins de 6 pieds. »

Trevor Timmins, à propos de Victor Mete

LA SUITE

Dès son premier camp d’entraînement, Mikhail Sergachev a épaté la galerie. Il a entamé la saison à Montréal et disputé quatre matchs, avant de s’essouffler et de subir une rétrogradation à son club junior.

L’effet Shea Weber ne se fait pas sentir. En séries éliminatoires le printemps suivant, le Canadien est éliminé en six matchs et marque onze petits buts. Alexander Radulov est le meilleur compteur de l’équipe avec sept points en six matchs, mais il menace de quitter pour Dallas. Alex Galchenyuk et Max Pacioretty n’ont pas marqué le moindre but, Brendan Gallagher en a compté un seul. Le Canadien a besoin de soutien à l’attaque.

Marc Bergevin prend une décision difficile le 15 juin 2017. Il échange Sergachev, son meilleur espoir, pressenti pour grandir à la gauche de Shea Weber, pour obtenir Jonathan Drouin, 22 ans, 53 points en 73 matchs à Tampa l’hiver précédent, mais aussi, surtout, 14 points en 17 matchs de séries un an plus tôt.

On a tenté de faire de Drouin le centre numéro un de l’équipe. Ça n’a pas fonctionné. Sa production a été inférieure aux attentes également : 46 points à sa première saison à Montréal, 53 à sa seconde.

Sergachev a obtenu 40 points dès son arrivée à Tampa, à seulement 19 ans. Il restait encore des choses à peaufiner à son jeu, évidemment, mais on semble finalement y être parvenu. À ses 14 derniers matchs, Jon Cooper l’a employé 23 minutes ou plus à dix reprises. Il a même obtenu trois matchs de 25 minutes ou plus et un de 28 minutes.

On cherche encore un défenseur gaucher de premier plan à Montréal depuis le départ de Markov. Le départ de Sergachev a créé un vide plus important que prévu.

Auston Matthews et Patrik Laine sont devenues les vedettes attendues. Pierre-Luc Dubois est le centre numéro un des Blue Jackets, même s’il n’a pas explosé offensivement comme les deux autres (sa meilleure production se situe à 61 points). Jesse Puljujarvi est rentré en Finlande en attendant un échange. Olli Juolevi est toujours dans la Ligue américaine. Clayton Keller et surtout Matthew Tkachuk sont devenus des attaquants de premier plan. Alex Nylander, repêché par Buffalo un rang devant Sergachev, connaît un début de carrière timide. Il a été échangé depuis à Chicago.

Parmi les dix joueurs repêchés immédiatement après Sergachev, cinq ne sont toujours pas établis dans la LNH : Logan Brown, Michael McLeod, Jake Bean, Logan Stanley et Kieffer Bellows. Parmi les cinq autres, seuls Charlie McAvoy et Jakob Chychrun peuvent être considérés comme des joueurs de premier plan.

Le choix de troisième ronde du Canadien, Will Bitten, a été échangé au Wild pour un jeune défenseur, Gustav Olofsson, un choix de deuxième ronde en 2013. Olofsson tente de relancer sa carrière avec le Rocket après deux interventions chirurgicales à l’épaule. Il a disputé trois matchs à Montréal, sans grand succès. Bitten est toujours dans la Ligue américaine. Il a 21 points, dont 8 buts, en 51 matchs cette saison. Il ne deviendra pas un deuxième Gallagher.

Victor Mete a surpris pour un choix de quatrième ronde en atteignant la LNH à 19 ans. Il vient au 13e rang de cette cuvée au chapitre des matchs disputés. Malgré un apport offensif limité, il a rendu de bons services à l’équipe au sein du top quatre lorsqu’il est en santé. Sa blessure à la cheville cet hiver n’a pas aidé. Il commençait à prendre un peu plus confiance offensivement avec cinq points à ses douze matchs précédents lorsqu’il est tombé au combat. On oublie souvent qu’il a seulement 21 ans. Il a disputé plus de matchs dans la LNH que 27 défenseurs repêchés avant lui.

L’absence de choix de deuxième ronde a fait mal. Alex DeBrincat, Samuel Girard, Carter Hart, Filip Hronek et Adam Fox étaient encore disponibles. Girard et Hronek sont à ce jour les meilleurs défenseurs de cette cuvée avec Charlie McAvoy et Sergachev.

Au moins Bergevin a récupéré des choix de deuxième ronde en 2020 et troisième ronde en 2021 pour Andrew Shaw. Mais le regrt a perspective de compter sur un Girard dans la formation fait mal.

Pour une équipe qui ne repêchait pas parmi les cinq premiers, ni en deuxième ronde, on a réussi à dénicher un défenseur numéro un et un défenseur régulier de la LNH. C’est remarquable !

NOTE FINALE : 9/10

Les choix du Canadien en 2016

– Mikhail Sergachev, défenseur, 1re ronde, 9e total.

Troisième saison consécutive de plus de 30 points à Tampa, n’a pas encore 22 ans.

– William Bitten, attaquant, 3e ronde, 70e total.

Comparé à Brendan Gallagher, toujours dans la Ligue américaine avec le Wild d’Iowa, après un échange pour Gustav Olofsson.

– Victor Mete, défenseur, 4e ronde, 100e total.

Au 13e rang de tous les joueurs de la cuvée 2016 pour les matchs disputés.

– Casey Straum, défenseur, 5e ronde, 124e total.

Toujours à l’université à 22 ans, il n’y a plus d’attentes à son endroit.

– Michael Pezzetta, attaquant, 6e ronde, 160e total.

Un bon soldat au talent limité dans la Ligue américaine.

– Arvid Henrikson, défenseur, 7e ronde, 187e total.

Dans la même situation que Casey Straum.

À LIRE

Quelle personnalité nous a le plus éblouis en entrevue ? Il y a Jerry Rice, Michael Jordan, Guy Lafleur, Michael Phelps, Michael Irvin, Patrice Brisebois, les médias affectés à la couverture de l’équipe, les sœurs Williams, Filippo Inzaghi et Lucien Bouchard. À vous de les associer au bon journaliste !