Même si les dirigeants de Hockey Québec ont travaillé très dur mercredi afin de démontrer que le document produit par la fédération elle-même et dont La Voix de l’Est a obtenu copie était loin d’être final, ils devraient tout de même être rassurés : leur plan semble être accueilli plutôt favorablement par ceux qui sont sur le terrain.

MICHEL TASSÉ
La Voix de l’Est

« Il n’y a rien de parfait en ce bas monde, mais il y a des choses très intéressantes là-dedans, explique Patrick Bergeron, responsable du programme des Gouverneurs de Massey-Vanier, qui fait autant dans le hockey scolaire que le hockey civil. L’idée qu’on mette l’accent sur les habiletés individuelles pendant un bout (la première phase de quatre) est géniale. Nos jeunes ont besoin de pratiquer. »

Bergeron est impliqué dans le hockey mineur, mais aussi dans le hockey junior, lui qui a récemment été nommé entraîneur en chef des Rangers de Montréal-Est après avoir effectué deux séjours derrière le banc des Inouk.

« Des fois, je regarde certains joueurs de 17 ans qui arrivent dans le junior et je constate qu’ils ont d’importantes lacunes au niveau technique. Passer un certain nombre de semaines ou même de mois à travailler les habiletés individuelles ne pourra être que bénéfique à long terme. »

« L’idée qu’on mette l’accent sur les habiletés individuelles pendant un bout est géniale. Nos jeunes ont besoin de pratiquer », lance Patrick Bergeron, responsable du programme des Gouverneurs de Massey-Vanier, qui fait autant dans le hockey scolaire que le hockey civil.

Pour poursuivre la lecture de cet article, cliquez ici.