Au cours des prochaines semaines, nous vous offrirons une analyse de chacun des repêchages du Canadien depuis 2003. Cette cuvée coïncide avec l’entrée en poste de Trevor Timmins à titre de directeur du recrutement amateur chez le CH. Nous replongerons dans le contexte de l’équipe à la veille de chaque cuvée, rappellerons les déclarations enthousiastes de l’époque, avant de terminer avec le bilan.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

LE CONTEXTE

Le Canadien vient de connaître une brillante saison de 104 points, sa meilleure en presque 20 ans. L’équipe a terminé au premier rang dans la Conférence de l’Est, 3e au classement général et atteint la deuxième ronde des séries éliminatoires après avoir éliminé les Bruins de Boston en première ronde.

Le trio composé de Tomas Plekanec, Alex Kovalev et Andrei Kostitsyn a été dominant. Kovalev a retrouvé l’élan des beaux jours avec 84 points. Plekanec a atteint un sommet personnel avec 69 points, dont 29 buts. Le jeune Kostitsyn a marqué 26 fois et obtenu 53 points. Saku Koivu, Chris Higgins et Michael Ryder forment un deuxième trio très productif également. Les défenseurs Mark Streit et Andrei Markov ont amassé 62 et 58 points respectivement.

Les autres jeunes Mike Komisarek, Guillaume Latendresse et Sergei Kostitsyn montrent de belles promesses. Cristobal Huet a été échangé au cours de l’hiver et Carey Price, malgré ses 21 ans, a bien pris la relève, malgré une deuxième ronde plus difficile contre Philadelphie.

Les célébrations du centenaire approchent et la suite s’annonce fort intéressante. Bob Gainey frappe deux grands coups. À une heure du repêchage, il obtient les droits de négociations exclusifs de Mats Sundin, 37 ans, 74 points la saison précédente, joueur autonome sans compensation à compter du 1er juillet. S’il accepte de signer un contrat à Montréal, les Maple Leafs de Toronto recevront un joueur en retour. Selon certaines rumeurs, il s’agit de Chris Higgins, 24 ans, 52 points la saison dernière, déjà offert pour Sundin quelques mois plus tôt.

Pour ajouter davantage de munitions au club, Gainey offre aux Flames de Calgary, à quelques instants du début du repêchage, un choix de première ronde en 2008, le 25e au total, et un choix de deuxième ronde en 2009 pour Alex Tanguay, 29 ans. Celui-ci vient d’offrir aux Flames une saison plus décevante, 58 points, dont 18 buts, en 78 matchs, mais amassé 81 points un an plus tôt. Il a droit à l’autonomie complète dans un an, mais Gainey tente le tout pour le tout.

Trevor Timmins et son équipe de recruteurs ne comptent donc aucun choix avant le 56e rang, à la toute fin de la deuxième ronde d’une cuvée qui s’annonce plutôt maigre. Le choix de sixième ronde a aussi déjà été échangé, de sorte que le CH se retrouve avec seulement cinq choix au total. Le Canadien est privé d’un choix de première ronde pour la deuxième fois seulement depuis 1979, d’une première fois depuis 1999.

LES CHOIX

Steven Stamkos (Tampa) et le défenseur Drew Doughty (Los Angeles) constituent sans surprise les deux premiers choix de ce repêchage. Suivent dans l’ordre deux autre défenseurs, Zach Bogosian (Atlanta) et Alex Pietrangelo (St. Louis).

Le tableau indicateur se remplit de noms d’espoirs. Au fil des choix, Trevor Timmins pâlit. Avant de passer au rouge. De colère. Il me racontera l’histoire plusieurs années plus tard, en 2017 : « John Carlson aurait pu jouer pour le Canadien. Il était au septième rang sur notre liste en 2008. Je m’en souviendrai toujours. Le repêchage avait lieu à Ottawa, dans ma ville d’origine, toute ma famille y était et nous n’avions pas de choix de premier tour. Rendu au 25e rang, voyant qu’il était toujours disponible, j’avais envie de me cogner la tête sur la table… de lancer mon crayon. Mais nous avions obtenu un attaquant francophone qui avait fait ses preuves, c’était le 100e anniversaire de l’organisation, Bob [Gainey] voulait gagner rapidement, difficile d’argumenter… » Les Flames ont repêché Greg Nemisz avec le choix du Canadien. Les Capitals ont bondi sur Carlson au 27e rang. Nemisz a joué une poignée de matchs avec les Flames. Carlson a obtenu 75 points en 69 matchs cet hiver, après des saisons de 68 et 70 points. Il devrait remporter un premier trophée Norris cette année. Le Canadien garde néanmoins espoir de repêcher en première ronde. Il aurait l’œil sur l’espoir Nicolas Deschamps. Les détenteurs du 29e choix, les Thrashers d’Atlanta, semblent enclins à accommoder l’équipe. Mais la transaction avorte au dernier instant. « Nous avions ciblé un joueur en particulier (Daultan Leveille) et il était encore disponible au moment où est venu notre tour, confie à La Presse le DG des Thrashers, Don Waddell. S’il avait déjà été réclamé, on aurait peut-être bougé. » Daultan Leveille n’a pas disputé le moindre match dans la LNH. Deschamps, repêché au début de la deuxième ronde par les Ducks d’Anaheim, en jouera deux. Cinquante-cinq joueurs ont déjà été repêchés au moment où le Canadien peut enfin se prononcer. L’équipe se tourne à nouveau vers un Américain, l’ailier Danny Kristo, 58 points en 50 matchs à Omaha, dans l’USHL. En fin de troisième ronde, le Canadien repêche le compatriote de Kristo, le gros ailier Steve Quailer, originaire du Colorado, le domicile du propriétaire George Gillett. On ne pige pas aux États-Unis pour plaire au patron, mais parce que les règlements de la LNH favorisent nettement les joueurs américains. Les clubs de la Ligue nationale ont jusqu’à quatre ans pour faire signer un contrat à leurs espoirs, cinq ans lorsqu’ils proviennent d’une école secondaire, contre seulement deux ans pour les juniors canadiens. On peut ainsi laisser les jeunes se développer plus longtemps à leur rythme sans avoir à les embaucher trop rapidement et ainsi obstruer trop vite la liste de 50 contrats permis.

QUELQUES CITATIONS

Le repêchage de 2003 comptait plusieurs éléments de qualité. Celui de cette année n’est pas comparable. Le niveau n’est pas le même. Les joueurs qui sortiront au premier tour ne paraissent pas aussi dominants qu’il y a cinq ans. C’est pourquoi les gens ont intérêt à tempérer leur enthousiasme.

Trevor Timmins, avant le repêchage.

J’ai vu le film sur Maurice Richard. C’était très bon. Je vais maintenant suivre des cours de français à l’école ».

– Danny Kristo, échangé à l’organisation des Rangers avant d’avoir eu le temps de passer à Montréal.

Quailer me rappelle Max Pacioretty. Il possède un bon gabarit en plus d’être un bon patineur. Il est du Colorado, ce qui devrait plaire à George Gillett.

Trevor Timmins

Comme Kristo, Quailer n’a jamais atteint la LNH, comme la plupart des choix de deuxième de troisième ronde cette année-là.

LA SUITE

Pendant un certain temps, Danny Kristo a suscité de l’espoir. Au Championnat mondial junior en 2010, il a marqué cinq buts en sept matchs et aidé les Américains à remporter l’or, au sein d’un club mené par Derek Stepan, Chris Kreider, John Carlson.

Mais à sa deuxième saison à North Dakota, en janvier 2011, on apprend un drôle d’épisode à son sujet. On le retrouve pieds nus dans la neige, les orteils complètement gelés, sur le campus de son université. Le reste de l’histoire est flou. Kristo jure que l’alcool n’est pas en cause. Il est passé à un cheveu de l’amputation.

Il revient en force et à sa dernière année à North Dakota, dans la NCAA, Kristo amasse 52 points en 40 rencontres. Mais après une fin de saison en demi-teinte dans la Ligue américaine, après sa carrière collégiale, en 2013, il est échangé aux Rangers contre un autre choix de deuxième ronde en 2010, Christian Thomas. Celui-ci jouera quelques matchs à Montréal, sans jamais s’implanter dans la LNH.

Kristo jouera quatre ans dans la Ligue américains, sans jamais obtenir de rappel à New York. Il s’est ensuite exilé en Russie, en Suède et en Suisse, où il se trouvait toujours cet hiver.

Les quatre autres choix du Canadien cette année-là, Quailer, le gardien de 6 pieds 8 pouces Jason Missiaen, Maxim Trunev et Patrick Johnson ne se sont jamais approchés de la Ligue nationale. Seuls Quailer et Kristo ont obtenu un contrat.

À la défense de Timmins et de son groupe de dépisteurs, sur 155 joueurs repêchés après Kristo, seulement dix ont disputé 500 matchs ou plus dans la Ligue nationale. On peut évidemment y ajouter le gardien Braden Holtby, presque arrivé à cette marque.

Voici ces dix joueurs : Zack Smith, Adam Henrique, Dale Weise, T. J. Brodie, Gustav Nyquist, Matt Calvert, Matt Martin, Jared Spurgeon, Cam Atkinson et Jason Demers. Henrique, Brodie, Spurgeon et Atkinson sont les seuls joueurs de premier plan parmi ce groupe. Un taux de réussite d’environ 7 %.

Il aurait fallu beaucoup de flair et de chance au Canadien pour frapper des coups de circuit cette année-là. La note est faible, mais il faut reconnaître les circonstances atténuantes.

NOTE FINALE 3/10

Les choix du Canadien en 2008

Aucun joueur repêché n'a disputé un seul match dans la LNH.

Danny Kristo, ailier, 2e ronde, 56e total.

Steve Quailer, ailier, 3e ronde, 86e total.

Jason Missiaen, gardien, 4e ronde, 116e total.

Maxim Trunev, ailier, 5e ronde, 138e total.

Patrick Johnson, centre, 7e ronde, 206e total.

À LIRE

Alexandre Pratt vous pose la question ce matin : qui mériterait un documentaire de dix heures comme Michael Jordan ? Il a déjà de bonnes pistes. Tom Brady et les Patriots. Tigers Woods. La rivalité Canadien-Nordiques. Muhammad Ali. Les sœurs Williams. J’ajouterais sans doute les Mets de 1986, la rivalité Borg-McEnroe, Guy Lafleur…