Ce n’est plus qu’une question de temps avant qu’Alexander Romanov ne devienne un membre du Canadien de Montréal.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

En entrevue téléphonique avec La Presse, l’agent Daniel Milstein a fait savoir que son client, choix de deuxième tour du Canadien au repêchage de 2018, a déjà fait son choix.

Il va quitter la KHL et il va aller jouer avec le Canadien la saison prochaine. Je lui ai parlé, il est encore en Russie présentement et je peux vous dire qu’il a très hâte d’arriver à Montréal.

L’agent Daniel Milstein

Pour le moment, c’est la présente incertitude causée par la crise de la COVID-19 qui retarde le mariage imminent entre le défenseur russe et le Canadien.

PHOTO DARRYL DYCK, PRESSE CANADIENNE

Le Russe Alexander Romanov lors d’un match contre la Tchéquie au Championnat mondial de hockey junior à Vancouver le 28 décembre 2018.

« Puisque la saison 2019-20 est en pause pour le moment, il est difficile de savoir s’il aurait l’occasion de venir finir la (présente) saison avec le Canadien, dépendant de la date de reprise des activités de la ligue, a ajouté son agent. C’est pour ça que nous devons attendre avant de finaliser le contrat avec le club. »

Son contrat dans la KHL est échu

Ce qui est certain, c’est que le contrat de Romanov avec son club de la KHL, le CSKA de Moscou, est échu depuis jeudi. On peut croire que le jeune défenseur de 20 ans aura toutes les chances de se faire une place avec le Canadien, à tout le moins lorsque le camp d’entraînement du club s’ouvrira avant le début de la saison 2020-21. Il pourrait ainsi combler une lacune à la ligne bleue chez les défenseurs gauchers de l’équipe, une position qui comporte son lot d’interrogations avec Ben Chiarot, Brett Kulak et autres Victor Mete.

À cet effet, Marc Bergevin, le directeur général du Canadien, avait offert une réponse optimiste en entrevue avec La Presse au mois de février.

PHOTO DARRYL DYCK, PRESSE CANADIENNE

Le Russe Alexander Romanov célébrant son but contre le Danemark au Championnat mondial de hockey junior à Vancouver le 27 décembre 2018.

« On va être prudents en disant qu’il commencera sur le troisième duo défensif et ensuite, on verra comment il s’ajustera, avait alors expliqué le DG du CH. Éventuellement, il va monter dans la formation, mais on ne sait pas combien de temps ça prendra. C’est un défenseur très alerte. Le mot "alerte" est important. Il voit tout ce qui se passe sur la patinoire. Il brise beaucoup de jeux », avait observé le DG du Canadien.

Ce sera un jeune défenseur qui, à 23, 24 ans, nous donnera 24, 25 minutes contre les meilleurs trios adverses. Le genre de défenseur qu’on envoie sur la glace pour protéger une avance, jouer en infériorité numérique, peut-être disputer les 30 dernières secondes de la supériorité numérique quand tu sais que l’autre équipe revient avec son gros trio. Mais il faut lui donner du temps. Un défenseur comme ça, je le considère aussi important qu’un défenseur capable d’obtenir de 60 points, mais à risque.

Le DG Marc Bergevin, en février dernier

Daniel Milstein, lui, s’est bien gardé de faire des prédictions sur la place éventuelle de son jeune client dans la formation montréalaise. Il n’a pas voulu non plus s’avancer sur la possibilité que Romanov se retrouve dans la Ligue américaine, à Laval avec le Rocket.

Pour un jeune joueur, il y a évidemment un monde de différences entre le salaire maximal d’un premier contrat dans la LNH, soit 925 000 $, et dans la Ligue américaine, à 70 000 $.

« Je ne peux pas dire ce que le Canadien a en tête pour lui, s’est contenté de répondre Daniel Milstein. Je crois tout simplement qu’il devra se présenter avec l’équipe et puis tenter de se tailler une place. »

Romanov a passé les deux dernières saisons dans l’uniforme du CSKA dans la KHL. En 43 matchs lors de la saison 2019-20, il n’a pas marqué de but et a récolté sept aides.

Il avait été le 38e joueur sélectionné au total lors du repêchage de 2018 dans la LNH.