(Philadelphie) Chaque jour, en attendant la fin de la pandémie, un joueur des Flyers aide la mascotte des Flyers à donner des cours de connaissances générales aux jeunes élèves confinés de Philadelphie. Le dernier cours –en ligne– portait sur le miel et, comme les mascottes sont muettes, elle montrait des images et c’est Joel Farabee, ce jour-là, qui s’occupait de la partie parlée de la leçon.

Associated Press

C’est louable.

Mais Farabee et ses coéquipiers des Flyers seraient peut-être occupés à participer à la deuxième ronde des séries éliminatoires au lieu de se concentrer sur une leçon traitant d’apiculture, cette semaine, si la saison n’avait pas été suspendue, le 12 mars, à cause de la pandémie de coronavirus.

L’équipe de l’heure

Les Flyers représentaient l’équipe de l’heure dans la LNH au début de mars grâce à une séquence de succès qui en a fait l’un des clubs à surveiller en vue des séries éliminatoires.

PHOTO ERIC HARTLINE, USA TODAY SPORTS

L’ailier gauche Joel Farabee (49) accueille le défenseur des Bruins de Boston Torey Krug (47) près du banc des Flyers le 13 janvier 2020 dans la Ville de l’amour fraternel.

On ne saura jamais jusqu’où les Flyers auraient pu aller, bien qu’un projet qui ferait l’objet de discussions verrait les équipes retourner dans quelques arénas déserts pour compléter une partie, sinon la totalité de la saison régulière avant d’amorcer les éliminatoires.

Il existe donc une mince possibilité que les Flyers puissent renouer avec l’action après une poussée qui leur avait permis de se bâtir un dossier de 41-21-7 pour un total de 89 points au moment de la trêve.

Toutefois, la santé et l’élan pourraient être difficiles à redécouvrir après un long congé, et rien n’assure que des jours meilleurs pointeraient à l’horizon pour les Flyers, ou n’importe quelle autre équipe, si le calendrier devait reprendre en juillet.

Alain Vigneault : faire redémarrer l’équipe

« Sans aucun doute, c’était notre meilleure séquence à ce moment-là », a déclaré l’entraîneur-chef Alain Vigneault mercredi.

PHOTO GENE J. PUSKAR, AP

Alain Vigneault (à droite) et l’adjoint Michel Therrien derrière le banc des Flyers lors d’un match contre les Penguins de Pittsburgh le 29 octobre 2019.

« Notre équipe était en bonne position. Ce sera notre travail à tous, instructeurs, dirigeants et joueurs, de reprendre où nous étions. »

À sa première saison avec l’équipe, Vigneault a eu la main heureuse avec les Flyers. Il les a menés à une séquence de neuf victoires qui s’est terminée avec un revers de 2-0 contre les Bruins de Boston le 10 mars, leur dernier match de la saison suspendue.

Carter Hart, qui n’est âgé que de 21 ans, a répondu aux attentes des Flyers qui le voient comme un gardien de but de concession.

PHOTO D’ARCHIVES BEN NELMS, PRESSE CANADIENNE

Le gardien des Flyers de Philadelphie Carter Hart.

De plus, des joueurs comme Scott Laughton, Travis Sanheim, Ivan Provorov et Travis Konecny, tous repêchés dans la foulée d’une période de reconstruction, ont aidé une formation aux attentes modestes à devenir de sérieux aspirants dans l’Association Est.

Durant leur série victorieuse, les Flyers ont marqué 4,33 buts par partie et en avaient concédé, en moyenne, 1,89. De plus, ils n’avaient pas perdu deux matchs de suite depuis une séquence de 0-3-1 entre le 31 décembre et le 4 janvier. Lorsqu’ils mènent ou sont à égalité après deux périodes, les Flyers affichent un dossier de 39-0-3.

« Lorsque nous serons de retour au travail, j’ai confiance, avec le degré de concentration de notre groupe, que nous serons au même niveau tout le monde. Ce sera alors à nous de travailler avec ardeur, avec intelligence et de faire les bonnes choses pour retourner au point où nous étions », a observé l’entraîneur-chef québécois.

PHOTO CHRIS SZAGOLA, AP

Alain Vigneault lors de la conférence de presse précédant la saison, le 21 septembre 2019.

Au cours du dernier mois, Vigneault, qui a mené deux de ses équipes en grande finale, est allé en Floride où il s’est tenu occupé sur un terrain de golf, avant de retourner à Gatineau.

Ses proches luttent contre la COVID-19

Vigneault est bien au fait des effets dévastateurs que la COVID-19 peut avoir sur des êtres qui lui sont chers. Son amie de cœur, Monica Cotton, est une infirmière à l’urgence d’un hôpital à Ottawa et sa sœur, Nicole Vigneault, travaille pour Santé Québec. Chacune de son côté, les deux dames contribuent à venir en aide aux gens dans le besoin.

Toutefois, l’entraîneur-chef des Flyers, comme bien d’autres, est un peu démuni lorsque vient le temps d’entrer en contact avec des aînés.

« Mes parents ont 84 et 86 ans. Ils vivent tous deux dans des résidences et sont isolés depuis le Jour 1 », note-t-il.

Au cours des derniers mois, ma mère a connu des moments un peu plus éprouvants sur le plan mental. Mon père est encore aussi alerte que possible. Parce qu’il doit passer à travers ça par lui-même, il se sent très seul.

Alain Vigneault, entraîneur de hockey et fils.

Vigneault dit avoir parlé à seulement cinq joueurs depuis la pause dans la saison régulière. Il laisse Chris Osmond et Dan Warnke, les spécialistes du conditionnement physique au sein de l’équipe, le soin de faire le suivi au niveau de l’alignement.

« Tout le monde essaye de rester en sécurité. Cela étant, quand la saison recommencera, il faut qu'on soit aussi prêts que possible », fait remarquer Vigneault.

Cette reprise espérée, personne ne sait quand elle se concrétisera.

Mais que représentent quelques mois de plus pour une équipe qui n’a pas gagné la coupe Stanley depuis 1975 ?

« Je suis sûr que l’on peut établir un plan d’action très efficace pour les joueurs. Pour que notre club soit prêt, a affirmé Vigneault. C’est ce que nous espérons. »