Au cours des prochaines semaines, nous vous offrirons une analyse détaillée des 31 clubs de la LNH : le travail du directeur général, le repêchage, les échanges, les joueurs autonomes, les perspectives d’avenir. Aujourd’hui, les Golden Knights de Vegas.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

SITUATION ACTUELLE

En seulement deux saisons complètes, les Golden Knights de Vegas ont remporté autant sinon plus de rondes éliminatoires que vingt clubs de la LNH au cours de la dernière décennie. Ils doivent évidemment ces trois triomphes à leur surprenante participation à la finale dès leur première année d’existence en 2017-2018.

Ils ont été bien construits par leur premier directeur général George McPhee, mais les Golden Knights ont aussi bénéficié de règles favorables inédites pour un club naissant.

À l’entrée en scène des Blue Jackets de Columbus et du Wild du Minnesota, en 2000, les clubs de la LNH avaient le privilège de protéger un gardien, cinq défenseurs et neuf attaquants. Restaient donc des défenseurs marginaux et des attaquants de quatrième trio, ou des joueurs de Ligue américaine. Dix-sept ans plus tard, le total a été réduit à un gardien, trois défenseurs et sept attaquants, ou huit joueurs (peu importe leur position) et un gardien.

L’instauration du plafond salarial a aussi été favorable aux Golden Knights. Prenons seulement la constitution de leur formidable premier trio en 2017. Les Blue Jackets de Columbus tenaient à se débarrasser du contrat de David Clarkson et protéger le jeune attaquant Josh Anderson. Ils ont offert à McPhee un choix de première ronde, en retour de la promesse de réclamer William Karlsson. Celui-ci a relancé sa carrière à Vegas avec une saison de 43 buts et 78 points. Jarmo Kekalainen a pu récupérer un choix de début de deuxième ronde et repêché Alexandre Texier.

Dale Tallon, des Panthers de la Floride, voulait larguer Reilly Smith et son contrat de 25 M$ pour cinq ans après une saison de 37 points. Il tenait aussi à protéger cinq défenseurs au lieu de trois (une aberration, puisque deux défenseurs marginaux, Mark Pysyk et Alex Petrovic figuraient sur cette liste, mais que voulez-vous...). Tallon a donné Smith sur un plateau d’argent en suppliant presque Vegas de repêcher Jonathan Marchessault malgré une saison de 30 buts.

Les Islanders de New York ont fait comme les Blue Jackets de Columbus. Ils ont pu conserver Josh Bailey, Brock Nelson, Ryan Strome et Calvin de Haan et se débarrasser du contrat de Mikhail Grabovski moyennant un choix de première ronde.

Les Penguins de Pittsburgh, dont le cœur balançait entre leurs gardiens Marc-André Fleury et Matt Murray, ont gardé le plus jeune des deux. Fleury est devenu la première grande vedette des Knights.

En raison de leurs succès aussi rapides, McPhee a voulu maintenir l’ascension de l’équipe en sacrifiant des éléments essentiels pour l’avenir de l’organisation afin d’obtenir des résultats à plus court terme. Malgré une cruelle défaite en première ronde aux mains des Sharks en avril 2019, Vegas est toujours une équipe dominante. Ils occupaient le premier rang de la division Pacifique au moment de l’interruption de la saison.

Il leur aura fallu cependant congédier en janvier le coach bien-aimé Gerard Gallant pour l’ennemi juré, l’entraîneur déchu des Sharks Peter DeBoer. Vegas a une fiche de 15-5-2 depuis l’arrivée de DeBoer. McPhee a été nommé depuis président des opérations. Son bras droit Brad McCrimmon agit désormais à titre de DG.

REPÊCHAGE (2017-2019)

Il est encore tôt pour tirer des conclusions ici puisque tous les joueurs repêchés par les Golden Knights depuis 2017 ont tous 21 ans ou moins. Mais les quatre premiers choix de l’histoire en 2017, trois en première ronde et un en deuxième ronde ont tous joué plus de 35 matchs dans la LNH jusqu’ici. Seulement 22 joueurs de cette cuvée peuvent s’en vanter.

Leur premier choix, sixième au total, Cody Glass, est toujours avec l’équipe. Tout comme leur choix de deuxième ronde Nicolas Hague. Glass, un grand joueur de centre droitier, a 12 points en 39 matchs malgré un temps d’utilisation limité. Hague, un défenseur de 6 pieds 6 pouces, a été rétrogradé dans la Ligue américaine en janvier afin d’augmenter son temps d’utilisation.

Les 13e choix au total, Nick Suzuki, et 15e au total, Erik Brannstrom, ont été échangés pour du renfort à court terme. Suzuki est le plus productif du groupe, avec le Canadien. Il a consolidé sa place au sein du deuxième trio à Montréal au cours de l’hiver et avait obtenu 41 points en 71 matchs, dont 25 à ses 35 derniers. Brannstrom a partagé son temps entre la Ligue américaine et la LNH cet hiver. Il a obtenu 23 points en 27 matchs et une fiche de +12 à Belleville, club-école des Sénateurs.

Vegas n’avait pas de choix de première ronde à offrir à leur directeur du recrutement amateur Scott Luce, 51 ans, à l’emploi des Panthers de la Floride de 2002 à 2016. Ce choix a été échangé à Detroit pour obtenir Tomas Tatar.

Meilleur coup

Nick Suzuki, centre, 13e au total en 2017.

Le jeune le plus en avance pour l’instant. Il a permis d’obtenir Max Pacioretty. Attendons la suite.

Pire coup

Cody Glass, centre, 6e au total en 2017.

Il est encore très tôt pour se prononcer, mais il faut mettre un nom. Au final, il sera peut-être supérieur à Suzuki et Brannstrom.

Meilleur espoir

Peyton Krebs, centre, 17e au total en 2019.

Sa grave blessure à son année de repêchage a fait peur à plusieurs équipes. Il était encore disponible après le 15e rang, pour le plus grand bonheur des Golden Knights. Il a obtenu 60 points en 38 matchs à Winnipeg dans la Ligue junior de l’Ouest après son retour au jeu.

ÉCHANGES

Max Pacioretty a retrouvé l’élan des beaux jours cette saison avec 66 points, dont 32 buts. Mais, il aura coûté cher, au final. George McPhee a d’abord offert des choix de première, deuxième et troisième ronde aux Red Wings pour Tomas Tatar. L’expérience n’a pas fonctionné et on a inclus Tatar dans l’échange pour Pacioretty, avec Nick Suzuki et un choix de deuxième ronde. Pour Pacioretty, Vegas a donc cédé l’équivalent de deux choix de première ronde (Suzuki et le choix offert aux Wings), deux choix de deuxième ronde et un choix de troisième ronde.

Marc Bergevin peut être fier de cet échange. Tatar a deux ans de moins que Pacioretty et il avait 61 points au compteur cette année. Il en a obtenu 18 de plus que Pacioretty la saison précédente. Suzuki est déjà le centre numéro deux du club, éventuellement le numéro un. Le Canadien a échangé son choix de deuxième ronde pour obtenir un choix de troisième (le défenseur Mattias Norlinder) et un choix de cinquième (le défenseur Jacob Leguerrier).

À la date limite des échanges en 2019, Mark Stone a coûté aux Golden Knights Erik Brannstrom et un choix de deuxième ronde en 2020. Comme Pacioretty, il a accepté une prolongation de contrat sitôt la transaction effectuée. Le sacrifice a été lourd, mais Stone a seulement 27 ans et il en donne aux Knights pour leur argent. Il a 63 points en 65 matchs cette saison et obtenu 12 points en sept matchs de séries éliminatoires.

Cette année à la date limite des transactions, Vegas a obtenu davantage de renfort. Les Knights ont cédé un choix de deuxième ronde pour le gardien Robin Lehner et deux choix de deuxième ronde pour le défenseur Alex Martinez, un éventuel joueur autonome sans compensation le 1er juillet, comme Lehner d’ailleurs. Au moins, l’équipe avait acquis au préalable deux choix de deuxième ronde pour Nikita Gusev et Colin Miller.

Meilleur coup

Shea Theodore contre la promesse de ne pas repêcher Sami Vatanen ou Josh Manson. Theodore, 24 ans, est désormais le défenseur numéro un à Vegas avec un temps d’utilisation de plus de 22 minutes et 46 points en 71 matchs cette saison.

Pire coup

Des choix de première, deuxième et troisième ronde pour Tomas Tatar. Detroit a repêché Joe Veleno avec le choix de première ronde en 2018, Roberto Mastrosimone avec le choix de deuxième ronde en 2019 et le choix de troisième ronde en 2021 n’est pas encore consommé.

JOUEURS AUTONOMES

Paul Stastny demeure leur seule embauche digne de mention, trois ans pour 19,5 M$ en 2018. Il a été blessé l’an dernier et disputé seulement 50 matchs, mais amassé 42 points. Sa production a diminué de façon dramatique cette année avec seulement 38 points en 71 matchs. À 34 ans, ça ne devrait pas s’améliorer. Heureusement, il lui reste seulement un an de contrat.

Trois saisons (trois rondes remportées, aucune exclusion)

2017-2018 : 51-24-7, 3e Ouest, finale de la Coupe Stanley

2018-2019 : 43-32-7, 7e Ouest, défaite première ronde.

2019-2020 : 39-24-8, 3e Ouest, (premiers dans la division Pacifique, huit points d’avance sur le dernier club exclu des séries).

(Demain : les Capitals de Washington)

À LIRE

Mélanie Labelle dansait le swing ce soir de mars 2016. Une mauvaise chute et en une fraction de seconde, elle devenait tétraplégique. Trois ans plus tard, elle était membre de l’équipe nationale de rugby en fauteuil roulant. Jean-François Tremblay raconte.