(Sherbrooke) En temps normal, David Perron se trouverait actuellement entre Saint-Louis et on ne sait trop quelle ville de la LNH pour y disputer un match de séries éliminatoires, espérant participer à une troisième finale de la Coupe Stanley en autant d’années. Les Blues possédaient tous les éléments pour triompher une deuxième fois de suite. Mais l’euphorie de la victoire a cédé sa place au calme et à la routine familiale. La vie est soudainement devenue bien différente pour David Perron.

JÉRÔME GAUDREAU
LA TRIBUNE DE SHERBROOKE

Il est le premier à l’admettre. Toute la population est ébranlée par la pandémie de la COVID-19. Le quotidien de tout le monde a été chamboulé. Pas seulement celui des joueurs de hockey professionnels.

PHOTO STEPHEN R. SYLVANIE, USA TODAY SPORTS

David Perron maniant la rondelle lors d’un match entre les Blues et les Golden Knights de Las Vegas le 13 février 2020.

« J’ai surtout une pensée pour mes proches qui subissent les effets de ce confinement. Pour mes amis qui venaient de se lancer en affaires. Plusieurs familles n’étaient pas préparées à ça financièrement. Et puis j’ai la chance d’avoir une famille en santé. C’est le plus important pour moi. On a peut-être disputé 70 parties sans pouvoir terminer la saison ou prendre part aux séries, on perdra peut-être 35 % de notre salaire, mais je suis privilégié. D’autres font face à de plus grands défis en raison du coronavirus. »

Pour lire la suite de cet article, cliquez ici.