En attendant la reprise éventuelle des activités dans la Ligue nationale de hockey, l’attaquant des Canucks de Vancouver, Antoine Roussel, est loin de se tourner les pouces. Dès que la LNH a mis la saison sur pause, l’ancien capitaine des Saguenéens de Chicoutimi n’a fait ni une ni deux. Il a loué un véhicule récréatif à Vancouver et s’est lancé dans une balade de quelque 5000 kilomètres à travers le Canada pour venir faire les sucres à son érablière de Laterrière.

Johanne saint-pierre
LE QUOTIDIEN DE CHICOUTIMI

Celui qui a toujours la pédale au fond lorsqu’il saute sur la glace continue d’avoir la jambe droite bien entraînée puisqu’en plus de donner un coup de main à son beau-père Sylvain Néron et aux autres membres de la famille qui sont à pied d’œuvre à l’érablière Au Sucre d’or. Roussel se charge de la livraison des précieux produits de l’érable aux quatre coins de la région, découvrant du même coup certains coins qu’il n’avait pas eu l’occasion de visiter durant son stage au sein de la formation junior majeur régionale ni durant ses séjours ultérieurs.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Artturi Lehkonen et Antoine Roussel, des Canucks, luttent pour une place devant le but de Carey Price le 25 février 2020.

Père de deux jeunes enfants et d’un troisième attendu à la fin juin, le hockeyeur d’origine française raconte qu’habituellement, la petite famille prenait l’avion pour les séjours au Québec. « Dès que la LNH a suspendu la saison et qu’ils ont demandé à tous les joueurs de se mettre en quarantaine depuis le 13 mars, on voyait la situation évoluer. Ma conjointe et moi, on a décidé de rentrer et comme on n’était pas à l’aise de prendre l’avion, on a décidé de louer un VR. Comme on était déjà en quarantaine, on s’est dit que c’était aussi la meilleure façon de rester en quarantaine », raconte-t-il à l’autre bout du fil.

Pour poursuivre la lecture de cet article, cliquez ici.