Au cours des prochaines semaines, nous vous offrirons une analyse détaillée des 31 clubs de la LNH : le travail du directeur général, le repêchage, les échanges, les joueurs autonomes, les perspectives d’avenir. Aujourd’hui, le Lightning de Tampa Bay.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

SITUATION ACTUELLE

Le Lightning de Tampa Bay a frôlé la catastrophe il y a une douzaine d’années. Les nouveaux propriétaires, Len Barrie (le père de Tyson, le défenseur des Leafs) et Oren Koules, sans l’expérience, le doigté et les reins financiers requis pour occuper de telles fonctions, étaient en voie de détruire cette organisation en nommant des amis à des positions clefs (Brian Lawton à titre de DG et Barry Melrose comme entraîneur). Gary Bettman est intervenu pour accélérer le processus de vente. Un nouveau propriétaire a fait son entrée en 2010, Jeffrey Vinik, propriétaire minoritaire des Red Sox de Boston et membre du conseil d’administration du Liverpool FC dans la Premier League de soccer, en Angleterre.

Avec Vinik allait s’amorcer une grande ère de stabilité et de prospérité à Tampa. Il a nommé Steve Yzerman à titre de directeur général. Celui-ci allait embaucher des hommes de qualité à des positions importantes : Guy Boucher comme entraîneur en chef, Julien Brisebois à titre d’adjoint, Al Murray au poste de directeur du recrutement amateur.

Il y avait un travail de reconstruction important à faire, mais Yzerman pouvait compter sur deux joyaux, Steven Stamkos, premier choix au total en 2008, et le défenseur Victor Hedman, deuxième choix au total en 2009. Quelques années seulement après son arrivée, les vétérans Martin St-Louis, Vincent Lecavalier, Ryan Malone, Steve Downie, Alex Tanguay, Mattias Ohlund et Mike Smith avaient quitté l’équipe.

La mutation a donné lieu à des saisons plus difficiles, mais lors de sa démission en septembre 2018, pour préparer son transfert vers Detroit, Yzerman avait laissé à son successeur Julien Brisebois une équipe dominante. Le noyau, dirigé par Jon Cooper, s’articulait désormais autour de Stamkos et Hedman, évidemment, mais aussi de Nikita Kucherov, Brayden Point, Ryan McDonagh, Alex Killorn et le gardien Andrei Vasilevskiy.

REPÊCHAGE (2009-2019)

Steve Yzerman a réalisé un coup de maître en embauchant le directeur du recrutement chez Hockey Canada, Al Murray, en août 2010, quelques mois après son arrivée. Dès son premier repêchage, en 2011, Murray a pu dénicher trois éventuels joueurs de la LNH, parmi lesquels une super vedette : Vladislav Namestnikov (première ronde, 27e au total), Nikita Kucherov (deuxième ronde, 58e au total) et Ondrej Palat (septième ronde, 208e au total). Murray possédait pourtant seulement six choix, dont deux parmi les quatre premières rondes et parmi les 25 premiers.

Murray s’est trompé avec le défenseur Slater Koekkoek, dixième au total en 2012, mais il s’est repris au 17e rang avec le gardien Andrei Vasilevskiy, peut-être le meilleur gardien de la LNH. Yzerman a obtenu ce choix en échangeant le défenseur Kyle Quincey à Detroit. Un vol.

Jonathan Drouin faisait l’unanimité à titre de choix parmi le top cinq en 2013. Repêché troisième au total devant Seth Jones et Sean Monahan, entre autres, n’a jamais pu produire à la hauteur des attentes, mais il a permis quelques années plus tard au Lightning d’obtenir Mikhail Sergachev.

Murray a frappé deux autres coups de circuits en 2014 et 2015, chaque fois en troisième ronde : Brayden Point et Anthony Cirelli. Point est désormais le premier centre de l’équipe. Il a amassé 92 points l’an dernier. Cirelli est au centre de l’autre trio offensif. À 22 ans, il s’acheminait vers une saison de 51 points.

Le premier choix de 2014, Tony DeAngelo, a changé deux fois d’équipe avant de devenir l’un des meilleurs défenseurs offensifs de la Ligue. Yzerman l’a échangé (trop tôt) aux Coyotes de l’Arizona pour un choix de deuxième ronde.

Murray n’est pas parfait. Il a bénéficié d’un choix de première ronde et cinq choix de deuxième ronde en 2015 et 2016. Quatre de ces choix de deuxième ronde se situaient parmi les 45 premiers. Aucun n’est devenu un joueur d’impact. Mais quand on déniche en cinq repêchages le meilleur gardien de la LNH (Vasilevskiy), deux centres de premier plan (Point et Cirelli), le meilleur ailier de la Ligue nationale (Kucherov), deux ailiers offensifs (Palat et Drouin), dont un permettra d’acquérir l’un des meilleurs jeunes défenseurs de la Ligue (Sergachev), on peut bien pardonner au directeur du recrutement amateur quelques petites erreurs…

Meilleur coup

Nikita Kucherov, ailier, deuxième ronde, 58e au total en 2011.

Il était avant la suspension des activités en voie de réussir une troisième saison consécutive de 100 points ou plus. Kucherov est de loin le meilleur compteur de sa cuvée, 84 points de plus que Gabriel Landeskog, deuxième choix au total, en 119 matchs de moins.

Pire coup

Slater Koekkoek, défenseur, 10e au total en 2012.

Repêché devant Filip Forsberg, Tom Wilson, Tomas Hertl et Teuvo Teravainen. Koekkoek est toujours dans la LNH, avec Chicago, mais dans un rôle limité.

Meilleur espoir

Alexandre Barré-Boulet, attaquant, jamais repêché.

À 22 ans, cet ancien de l’Armada de Blainville-Boisbriand avait 56 points en 60 matchs dans la Ligue américaine, après une saison de 68 points, dont 34 buts, en 74 matchs avec le Crunch de Syracuse la saison précédente.

ÉCHANGES

Après la déconfiture du Lightning en séries le printemps dernier devant les Blue Jackets de Columbus, le DG Julien Brisebois a payé cher pour obtenir du renfort à la date limite des échanges cette année. Blake Coleman, 31 points, dont 21 buts, en 57 matchs avec les Devils, lui a coûté un choix de première ronde (obtenu des Canucks pour J. T. Miller) et l’espoir Nolan Foote, premier choix du club en 2019. L’attaquant Barclay Goodrow, des Sharks de San Jose, a coûté lui aussi un choix de première ronde. Goodrow n’a jamais atteint la marque des 30 points par saison. C’est cher pour un joueur de quatrième trio. L’interruption de la saison a contrecarré les plans du Lightning pour l’instant. Au moins, ces deux joueurs sont sous contrat pour une année supplémentaire.

Avant lui, Steve Yzerman a effectué quelques gros échanges. En 2013, dans une transaction en apparence mineure, il a obtenu le gardien Ben Bishop des Sénateurs pour Corey Conacher et un choix de quatrième ronde. Tampa Bay mettait enfin la main sur un gardien de premier plan.

En 2015, il a courageusement échangé son capitaine et légende du Lightning Martin St-Louis aux Rangers pour Ryan Callahan et des choix de première ronde en 2014 et 2015. Callahan a connu une grosse première saison à Tampa, avant d’être ralenti par les blessures. St-Louis a joué une autre année à New York avant de prendre sa retraite. Le choix de fin de première ronde en 2014 a été échangé pour deux choix de deuxième ronde, mais aucun des joueurs choisis n’a percé. Le choix de première ronde en 2015 a été échangé pour des choix de deuxième et troisième ronde. Ce choix de troisième ronde a permis de repêcher Cirelli.

En 2018, Yzerman a de nouveau échangé avec les Rangers. Il a obtenu les jeunes vétérans Ryan McDonagh et J. T. Miller pour un choix de première ronde et Namestnikov, Libor Hajek et Brett Howden. Aucun des trois n’a eu un impact à New York et Julien Brisebois a récupéré le choix de première ronde l’été dernier en échangeant Miller à Vancouver.

Un an avant l’échange de McDonagh, Yzerman échangeait Jonathan Drouin au Canadien pour Mikhail Sergachev. Celui-ci est en voie de devenir un défenseur dominant à seulement 21 ans. Le départ de Drouin a permis au Lightning d’alléger sa masse salariale. Tampa avait offert à Marc Bergevin de choisir entre Drouin, Tyler Johnson, Ondrej Palat et Anthony Cirelli. Contrairement à certaines rumeurs, Brayden Point n’a jamais été disponible.

Meilleur coup

Un choix de première ronde des Red Wings de Detroit pour le défenseur Kyle Quincey en février 2012. Le Lightning a repêché Andrei Vasilevskiy. Une mauvaise décision du DG des Wings, Ken Holland. Detroit en arrache depuis quelques années en raison de telles transactions.

Pire coup

Tony DeAngelo aux Coyotes de l’Arizona pour un choix de deuxième ronde en juin 2016. Le Lighting a repêché Libor Hajek. Celui-ci est passé aux Rangers dans l’échange pour McDonagh. Il est toujours dans la Ligue américaine. DeAngelo, 24 ans, a 53 points en 68 matchs à New York cette saison.

JOUEURS AUTONOMES

En raison des contraintes du plafond salarial, le Lightning n’a pas été très actif sur le marché des joueurs autonomes. Mais il a su retenir à rabais d’éventuels joueurs autonomes sans compensation en raison, entre autres, des avantages fiscaux de la Floride. On songe entre autres à Steven Stamkos et à son salaire annuel de 8,5 M$. Tampa se contente d’offrir des contrats à court terme, à des salaires très raisonnables pour combler certaines lacunes. Kevin Shattenkirk, Patrick Maroon et Curtis McElhinney ont accepté moins d’argent pour se joindre à Tampa dans l’espoir de remporter la Coupe. Le dernier à avoir accepté une grosse offre ? Le défenseur Anton Stalman, cinq ans pour 22 M$ en 2014 et avant lui, Valtteri Filppula, cinq ans pour 25 M$ en 2013.

Meilleur coup (Julien Brisebois)

Kevin Shattenkirk, un an, 1,75 M$ en 2019. Ce défenseur venait de voir son contrat racheté par les Rangers et pouvait se permettre d’accepter moins d’argent. Il a 34 points cette saison et une fiche de +22.

Pire coup (Steve Yzerman)

Matt Carle, six ans, 33 M$ en juillet 2012. Retour à Tampa pour Carle, après quatre saisons à Philadelphie. Il n’était plus le défenseur de jadis. On a racheté son contrat en 2016. Son salaire occupe encore 1,8 M$ de la masse du Lightning cette saison, mais on en sera débarrassé le 1er juillet.

Dix saisons (neuf rondes remportées, trois exclusions)

2010-2011 : 46-25-11, 5e Est, finale d’association.

2011-2012 : 36-36-8, 10e Est, OUT.

2012-2013 : 18-26-4, 14e Est, OUT.

2013-2014 : 46-27-9, 3e Est, défaite première ronde.

2014-2015 : 50-24-8, 3e Est, finale Coupe Stanley.

2015-2016 : 46-31-5, 6e Est, finale d’association.

2016-2017 : 42-30-10, 10e Est, OUT.

2017-2018 : 54-23-5, 1er Est, finale d’association.

2018-2019 : 62-16-4, 1er Est, défaite première ronde.

2019-2020 : 43-21-6, 2e Est, (douze points d’avance sur le dernier club exclu des séries).

(Demain : les Maple Leafs de Toronto)

À LIRE

Brendan Gallagher insiste, il veut gagner. J’imagine que le Canadien devra connaitre un bon début de saison cet automne pour le convaincre de rester dans l’organisation d’ici son autonomie complète le 1er juillet. Guillaume Lefrançois a pris part au point de presse de l’ailier du Canadien, jeudi.