L’entraîneur intérimaire des Devils du New Jersey, Alain Nasreddine, se concentre à faire en sorte que son équipe soit prête à jouer, en cas d’une relance des activités de la LNH.

Tom Canavan
Associated Press

Il ne s’en fait pas trop quant à savoir s’il sera encore à la barre la saison prochaine.

En conférence téléphonique, mercredi, Nasreddine a confié être au courant d’échos disant que le directeur général Tom Fitzgerald, lui aussi en poste par intérim, a interviewé des candidats pour le poste d’entraîneur-chef.

« J’ai entendu ce qui se passe au sujet d’entrevues et tout ça, a dit le natif de Montréal. Mais pour être honnête, je me concentre uniquement sur cette saison. »

Nasreddine, 44 ans, a un dossier de 19-16-8 depuis qu’il a remplacé John Hynes, le 3 décembre.

Il ne s’attendait pas à devenir entraîneur-chef cette saison, et il a admis être devenu plus anxieux quand il a grimpé d’un échelon.

Il a dit que c’est une chose d’être entraîneur adjoint durant près de 10 ans et d’offrir des conseils. C’est différent de devoir prendre la décision finale, qui ne s’avère pas toujours la meilleure.

Nasreddine a mentionné discuter avec Fitzgerald plusieurs fois par semaine, en plus de garder contacts avec ses joueurs. Il parle au gardien de but Cory Schneider et à l’attaquant Kyle Palmieri davantage, car ils sont les représentants syndicaux dans l’équipe.

Il est fier de son éthique de travail et de son niveau de préparation.

« J’ai vraiment grandi, a dit Nasreddine. Trois mois m’ont paru un an, mais j’ai l’impression d’avoir pris 10 ans d’expérience. J’en suis venu à être très à l’aise. »

« Ce ne sont que 40 ou 50 matchs, mais j’ai l’impression d’avoir beaucoup appris. Je suis prêt. »