Au cours des prochaines semaines, nous vous offrirons une analyse détaillée des 31 clubs de la LNH : le travail du directeur général, le repêchage, les échanges, les joueurs autonomes, les perspectives d’avenir. Aujourd’hui, les Flyers de Philadelphie.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

SITUATION ACTUELLE

Les Flyers de Philadelphie ont remporté seulement deux rondes de séries éliminatoires lors de la dernière décennie et leur dernière victoire remonte à 2012. Cette chute a été provoquée par de mauvaises décisions des gestionnaires de l’équipe, l’incapacité à trouver un gardien de premier plan et l’échange de Chris Pronger. L’idée d’acquérir Pronger en 2009 n’était pas vilaine, au contraire, mais elle a coûté deux choix de première ronde, Luca Sbisa, repêché en première ronde en 2008, et un jeune marqueur de 25 buts, Joffrey Lupul. Pronger a connu une grosse première saison à Philadelphie, mais il est tombé au combat par la suite en raison de commotions cérébrales répétées.

Le DG de l’époque, Paul Holmgren, qui venait en outre de perdre son choix de première ronde en 2011 pour obtenir Kris Versteeg, a procédé à un changement de cap important en 2011. Il a échangé ses deux vedettes offensives, Jeff Carter et Mike Richards en retour d’espoirs et de choix au repêchage. Cette transaction visait à renflouer la banque de jeunes mais aussi à faire de la place sur la masse salariale pour l’arrivée du gardien Ilya Bryzgalov, embauché pour neuf ans sur le marché des joueurs autonomes pour 51 millions.

Les départs de Carter et Richards ont rapporté à long terme (Jakub Voracek, Sean Couturier, Wayne Simmonds, Brayden Schenn), mais l’embauche de Bryzgalov a constitué un fiasco, d’autant plus qu’on a échangé le jeune gardien Sergei Bobrovsky un an plus tard pour lui donner toute la place.

Holmgren a cédé son poste en 2014. Ron Hextall a fait du gros travail pour réparer les pots cassés. Il a obtenu un choix de première ronde du Lightning pour Braydon Coburn, qui a permis par la suite aux Flyers de repêcher Travis Konecny. Il a acquis deux choix de première ronde pour Brayden Schenn (Joel Farabee et Morgan Frost). Hextall a non seulement conservé ses hauts choix au repêchage, il en a amassé d’autres. Les Flyers ont engraissé leur banque de jeunes avec l’arrivée d’Ivan Provorov, Travis Sanheim, Konecny et le gardien Carter Hart. Mais on ne lui a pas donné le temps de terminer son travail. Il a été congédié en novembre 2018.

Le nouveau DG Chuck Fletcher a hérité d’une équipe sur la voie du succès. Il a ajouté de l’expérience et du leadership depuis un an et demi en acquérant Kevin Hayes, Matt Niskanen et Justin Braun. Il a embauché le trio d’entraîneurs Alain Vigneault, Michel Therrien et Mike Yeo l’été dernier. Après un début de saison difficile, les Flyers constituaient la meilleure équipe de la LNH en deuxième moitié de saison. Ils avaient remporté neuf de leurs dix derniers matchs au moment de l’interruption de la saison et menaçaient de détrôner les Capitals de Washington en tête de leur division.

REPÊCHAGE (2009-2019)

En poste depuis 2007, le directeur général adjoint et responsable du recrutement Chris Pryor n’a pas survécu à la purge de novembre 2018. Il a été remplacé par Brent Flahr, le vieux complice de Chuck Fletcher pendant une dizaine d’années chez le Wild du Minnesota.

Pryor a été capable du meilleur et du pire pendant un peu plus de dix ans. Il a frappé des coups de circuits en 2011 (Sean Couturier, 11e au total), 2014 (Travis Sanheim, 17e au total), 2015 (Ivan Provorov, 7e au total, Travis Konecny, 24e au total) et 2012 (Carter Hart, deuxième ronde, 48e au total), mais ses choix de première ronde en 2013 (Samuel Morin, 11e au total, potentiel offensif limité, grave blessure pour aggraver sa situation), en 2016 (German Rubtsov 22e au total) et 2017 (Nolan Patrick, deuxième au total) n’ont pas la carrière espérée.

Nolan Patrick faisait consensus selon plusieurs en raison de sa maturité physique, mais une grave blessure à son année de repêchage inquiétait certains recruteurs. Il a finalement été préféré à Miro Heiskanen, Cale Makar et Elias Pettersson. Mais quand on repêche aussi haut, la décision ne vient pas seulement du responsable du recrutement.

À leur dernier repêchage ensemble, Hextall et Pryor ont repêché Joel Farabee en première ronde en 2018, un très bon choix puisque Farabee a déjà un impact avec l’équipe. Mais le deuxième choix de la première ronde, Jay O’Brien (19e au total), inquiète. Il est retourné dans la Ligue junior A de la Colombie-Britannique cet hiver après une saison catastrophique dans la NCAA.

À leur premier repêchage en 2019, Fletcher et Flahr ont choisi le défenseur Cam York au 14e rang. York a obtenu 16 points en 30 matchs à sa première année à l’Université Michigan. L’avenir nous dira s’ils ont bien fait de le préférer à Cole Caufield, Peyton Krebs et Alex Newhook.

Meilleur coup

Carter Hart, gardien, deuxième ronde, 48e au total en 2012.

Les Flyers ont enfin trouvé un gardien numéro un digne de ce nom. Et il a seulement 21 ans!

Pire coup

Nolan Patrick, centre, deuxième choix au total en 2017.

Le jeune homme a seulement 21 ans. Il a été victime de malencontreuses blessures. Il aidera peut-être les Flyers éventuellement, mais on doute qu’il ne deviendra meilleur que Makar, Heiskanen, Makar ou même Nick Suzuki après deux premières saisons modestes de 30 points.

Meilleur espoir

Morgan Frost, centre, 27e au total en 2017.

On exclut Farabee de l’équation puisqu’il est dans la LNH. Frost a connu une grande carrière dans les rangs juniors. Il a 29 points en 41 matchs à sa première saison dans la Ligue américaine.

ÉCHANGES

Paul Holmgren a été le plus actif des trois directeurs généraux des Flyers au plan des échanges. Comme on l’expliquait plus haut, il a tout misé sur Chris Pronger, mais sa blessure a contrecarré ses plans. L’idée d’échanger Jeff Carter et Mike Richards tandis qu’ils avaient encore une bonne valeur était bonne. Mais des échanges moins spectaculaires en fin de règne ont fait mal. Il s’est encombré d’un épouvantable contrat, celui du défenseur Andrew MacDonald, en plus de gaspiller des choix de deuxième et troisième ronde en mars 2014. James Van Riemsdyk pour Luke Schenn en 2012 était catastrophique. Tout comme Sergei Bobrovsky aux Blue Jackets de Columbus pour un choix de deuxième ronde et deux choix de quatrième ronde. L’acquisition de Pavel Kubina et Nicklas Grossman a coûté deux choix de deuxième ronde, un choix de troisième et un de quatrième.

Meilleur coup (Ron Hextall)

Radko Gudas, choix de première et troisième ronde en 2015 pour Braydon Coburn. Celui-ci est demeuré le défenseur limité offensivement qu’il était, sans rien envier à Gudas. Les Flyers ont utilisé ce choix (et ajouté un choix de deuxième ronde pour gagner quelques rangs) pour repêcher Travis Konecny, le meilleur compteur de l’équipe cette saison avec 61 points en 66 matchs.

Pire coup (Paul Holmgren)

On ne se débarrasse pas d’un éventuel gagnant du trophée Vézina pour un choix de deuxième et deux choix de quatrième ronde (2012). Surtout pas quand vous allez racheter le contrat de votre gardien numéro un Ilya Bryzgalov un an plus tard…

JOUEURS AUTONOMES

La liste de mauvais contrats signés par Paul Holmgren est longue. Il y a eu Bryzgalov, évidemment, mais aussi Vincent Lecavalier, cinq ans pour 22 millions en 2013, échangé deux ans et demi plus tard afin de se débarrasser de son contrat. Ron Hextall a aussi été généreux. Dale Weise a reçu 9,4 millions pour quatre ans en 2016. Il n’a jamais connu de saison de plus de 15 points à Philadelphie. James Van Riemsdyk, lui, a reçu 35 millions pour cinq ans en 2018. Il a connu des saisons de 48 et 40 points. Pas mal, mais rien pour justifier un tel salaire. Chuck Fletcher a poursuivi dans la même lignée en offrant 50 millions pour sept ans à Kevin Hayes même si celui-ci a connu une seule saison de 50 points ou plus en carrière. Hayes est un joueur utile, mais pas à ce prix. Puisque la tendance se maintient au gré des changements de directeurs généraux, il faut conclure que la commande vient de plus haut.

Meilleur coup

Brian Elliott, gardien, une signature intelligente à 5,5 millions pour deux ans en 2017. Il a stabilisé la situation devant le filet et permis au jeune Carter Hart de progresser à son rythme.

Pire coup

Ilya Bryzgalov, une dépense folle, d’autant plus qu’il s’agissait d’un gardien surévalué en raison de la qualité de sa défensive à Phoenix et qu’il a contribué à chasser Sergei Bobrovsky.

Dix saisons (deux rondes remportées, quatre exclusions)

2010-2011 : 47-23-12, 2e Est, deuxième ronde.

2011-2012 : 47-26-9, 5e Est, deuxième ronde.

2012-2013 : 23-22-3, 10e Est, OUT.

2013-2014 : 42-30-10, 6e Est, défaite première ronde.

2014-2015 : 33-31-18, 12e Est, OUT.

2015-2016 : 41-27-14, 7e Est, défaite première ronde.

2016-2017 : 39-33-10, 11e Est, OUT.

2017-2018 : 42-26-14, 6e Est, défaite première ronde.

2018-2019 : 37-37-8, 11e Est, OUT.

2019-2020 : 41-21-7, 8e Est, (4e dans l’Est, à un point des Capitals de Washington et du premier rang de la division Métropolitaine).

(Demain : les Penguins de Pittsburgh)

À LIRE

Miguel Bujold s’est entretenu avec lancien DG des Alouettes Jim Popp, qui lui parle de la COVID-19 et aussi, de Donald Trump…