Au cours des prochaines semaines, nous vous offrirons une analyse détaillée des 31 clubs de la LNH : le travail du directeur général, le repêchage, les échanges, les joueurs autonomes, les perspectives d’avenir. Aujourd’hui, les Islanders de New York.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

SITUATION ACTUELLE

On se demandait bien dans quelle galère s’embarquait Lou Lamoriello, à 75 ans, en acceptant le poste de DG des Islanders en 2018. L’équipe avait remporté ne seule ronde de séries éliminatoires depuis leur demi-finale contre le Canadien en 1993 et la principale vedette de l’équipe, John Tavares, menaçait de quitter. Le capitaine a accepté une offre mirobolante des Maple Leafs quelques semaines plus tard et Lamoriello, pour seuls changements, s’est contenté d’embaucher les joueurs de soutien Valtteri Filppula, Tom Kuhnhackl, Leo Komarov, Matt Martin (obtenu dans un échange) et le gardien Robin Lehner. L’entraîneur Barry Trotz a quitté les Capitals de Washington que 14 jours après avoir remporté la Coupe Stanley pour joindre les Islanders. À la surprise générale, l’équipe a remporté 48 matchs l’an dernier et atteint la deuxième ronde des séries éliminatoires. Elle se battait pour une place en séries lors de l’interruption de la saison.

L’ère Garth Snow, le prédécesseur de Lamoriello, a été tumultueuse, mais Snow était devenu un meilleur directeur général au moment de son congédiement. Il a laissé l’équipe en bon état, grâce entre autres à de nombreux joueurs repêchés et développés par l’organisation. La plupart des joueurs importants de l’équipe sont dans la force de l’âge. Le centre numéro un Mathew Barzal est plus jeune, à 22 ans, mais Anders Lee, Brock Nelson, Jordan Eberle, Ryan Pulock, Adam Pelech, Devon Toews et Nick Leddy ont tous entre 25 et 29 ans. Seuls Eberle et Leddy n’ont pas été repêchés par l’équipe.

Les Islanders s’apprêtent à accueillir le gardien le plus dominant à l’extérieur de la LNH, Ilya Sorokin, 23 ans, un choix de troisième ronde en 2014. Nous verrons assez vite si les statistiques fabuleuses de Sorokin en KHL ne sont pas dopées par la puissance de son club, le CSKA Moscou.

REPÊCHAGE (2009-2019)

Les Islanders ont fait quelques bourdes tôt dans le repêchage dans la dernière décennie, mais à chaque fois, Garth Snow a pu corriger l’erreur à temps. Griffin Reinhart, quatrième choix au total en 2012, a rapporté des choix de première et deuxième ronde avant que son étoile ne s’éteigne et a permis à l’équipe de repêcher Mathew Barzal et Anthony Beauvillier en 2015. Ryan Strome, cinquième choix au total en 2011, a rapporté Jordan Eberle. La patience aurait peut-être été de mise dans son cas puisqu’il vient de débloquer 26 ans cette année avec les Rangers, son troisième club. Le choix de Michael Dal Colle au cinquième rang en 2014 n’était pas génial, mais si on accumule le nombre de joueurs repêchés et développés par l’équipe au fil des ans, peu importe la ronde où ils ont été choisis, le total est impressionnant. Quatre des six premiers attaquants de l’équipe, Barzal, Nelson, Lee et Bailey, et quatre des cinq premiers défenseurs, Pulock, Toews, Mayfield et Pelech, ont été repêchés par l’organisation. Cette défense est largement sous-estimée. Du groupe, seul Pulock a été repêché en première ronde. Trent Klatt a dirigé les repêchages entre 2010 et 2015, au cours desquels les Islanders ont déniché la plupart de ses joueurs importants. Il a pris une pause pour se rapprocher de sa famille et diriger de jeunes équipes. Klatt a été remplacé par Vellu Kautonen, mais il continue de travailler pour les Islanders, en étroite collaboration avec Kautonen. Le fidèle associé de Lamoriello au New Jersey, David Conte, a été ramené dans le giron à titre de conseiller.

Meilleur coup

Anders Lee, attaquant, sixième ronde, 152e au total en 2009.

Lee a été repêché l’année où Tavares constituait le premier choix au total. Il était en voie de connaître une cinquième saison consécutive de plus de 25 buts et il en a obtenu une de 34 et une autre de 40.

Pire coup

Michael Dal Colle, attaquant, 5e au total en 2014.

Dal Colle a finalement atteint la LNH, mais il comptait seulement dix points, dont quatre buts, en 53 matchs. Il a été préféré à William Nylander, Nikolaj Ehlers, Kevin Fiala, Jakub Vrana, Dylan Larkin, David Pastrnak et plusieurs autres.

Meilleur espoir

Noah Dobson, défenseur, 12e au total en 2018.

Les Islanders ont préféré l’intégrer à leur équipe dès cette année au lieu de le renvoyer chez les juniors, mais il a très peu joué. Le potentiel de ce défenseur droitier demeure très élevé.

ÉCHANGES

Lou Lamoriello n’avait presque pas été actif depuis le début de son règne à Long Island avant d’offrir des choix de première et deuxième ronde aux Sénateurs d’Ottawa pour Jean-Gabriel Pageau et un choix de deuxième ronde (2021) aux Devils du New Jersey pour le défenseur Andy Greene. Il a retenu les services de Pageau à long terme, mais Greene sera joueur autonome sans compensation à la fin de la saison. Le renfort n’a pas été utile jusqu’ici en raison de l’interruption de la saison.

Avant son arrivée, Garth Snow avait fait le plein de choix en échangeant Griffin Reinhart pour des choix de première et deuxième ronde et Travis Hamonic pour un choix de première ronde et deux choix de deuxième ronde. Snow avait fait le contraire les années précédentes en dilapidant des choix et des espoirs pour des solutions à court terme. Il semble avoir finalement compris, mais agissait-il sous l’insistance de l’ancien propriétaire Charles Wang, décédé en 2018 ?

Meilleur coup

Des choix de première et deuxième ronde aux Oilers pour le jeune défenseur Griffin Reinhart en 2015. Les Islanders ont pu repêcher Mathew Barzal et Anthony Beauvillier avec ces choix (on a offert un choix supplémentaire pour passer du début de la deuxième ronde à la fin de la première). Reinhart a constitué un flop à Edmonton.

Pire coup (Garth Snow)

Des choix de première ronde et deuxième ronde en 2015, et Matt Moulson, aux Sabres de Buffalo pour Thomas Vanek le 27 octobre 2013. Vanek n’a pas terminé la saison à Long Island et il a été échangé au Canadien pour Sebastian Collberg et un choix de deuxième ronde. Ilya Samsonov, Brock Boeser, Travis Konecny et Sebastian Aho étaient encore disponibles en première ronde avec ce choix finalement cédé des Sabres aux Sénateurs.

JOUEURS AUTONOMES

Garth Snow a donné son pire contrat en 2016 en offrant 38 M$ pour sept ans à Andrew Ladd malgré des signes évidents de ralentissement. Les Islanders sont encore coincés avec ce contrat quatre ans plus tard. Ladd a passé l’essentiel de l’hiver dans la Ligue américaine. Lou Lamoriello croyait s’en être débarrassé en l’échangeant en retour de Zach Parise à la date limite des transactions, mais le coup a avorté au dernier instant. Il aurait obtenu un joueur plus productif, mais sous contrat plus longtemps. Les acquisitions de Mikhail Grabovski (4 ans/20 M$) et de Nikolai Kulemin (4 ans/16 M$) en 2014 ont aussi constitué des coups d’épée dans l’eau. Lamoriello n’est pas un grand dépensier, mais il a offert 20 millions pour quatre ans au gardien Semyon Varlamov en juillet 2019 pour combler le vide laissé par le départ de Robin Lehner. Sous les enseignements de Mitch Korn, l’un des entraîneurs des gardiens les plus réputés de la Ligue, Varlamov connaît une très bonne saison.

Meilleur coup (Lou Lamoriello)

Robin Lehner, un an/1,5 M$ en juillet 2018. Lehner a donné une grosse année aux Islanders la saison dernière et permis à l’équipe de franchir la première ronde.

Pire coup (Garth Snow)

Andrew Ladd, dont le contrat occupera 5,5 M$ sur la masse salariale du club jusqu’en 2023. Ladd a obtenu 72 points en 181 matchs depuis son arrivée à Long Island.

Dix saisons (deux rondes remportées, cinq exclusions)

2010-2011 : 30-39-13, 14e Est, OUT

2011-2012 : 34-37-11, 14e Est, OUT.

2012-2013 : 24-17-7, 8e Est, défaite première ronde.

2013-2014 : 34-37-11, 14e Est, OUT.

2014-2015 : 47-28-7, 5e Est, défaite première ronde.

2015-2016 : 45-27-10, 5e Est, deuxième ronde.

2016-2017 : 41-29-12, 9e Est, OUT.

2017-2018 : 35-37-10, 11e Est, OUT.

2018-2019 : 48-27-7, 4e Est, deuxième ronde.

2019-2020 : 35-23-10, 9e Est, (à deux points de la dernière place donnant accès aux séries, mais avec deux matchs de plus à jouer que les Blue Jackets de Columbus, huitièmes).

(Demain : les Rangers de New York)

À LIRE

Gilbert Dionne a frappé l’imaginaire lors des séries éliminatoires en 1993 avec ses 12 points en 20 matchs, en route vers une Coupe Stanley, la dernière du Canadien. Mais il aura été une étoile filante. Deux ans plus tard, il n’était plus dans la LNH. Mais il pourra toujours taquiner son grand frère, l’illustre Marcel, qui a obtenu 1631 points de plus, mais compte pas de Coupe. Gilbert travaille sur des trains aujourd’hui. Richard Labbé lui a parlé. Une lecture fascinante.