À chaque jour ouvrable, et pour les prochaines semaines, Mathias Brunet offrira une analyse détaillée des 31 clubs de la LNH : le travail du directeur général, le repêchage, les échanges, les joueurs autonomes, les perspectives d’avenir. Aujourd’hui, les Ducks d’Anaheim.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

SITUATION ACTUELLE

Les Ducks n’ont jamais de gros budgets, mais ils viennent de connaître une grande décennie grâce à de judicieux choix au repêchage. Ils ont été portés pendant plusieurs années par la cuvée 2003, dans laquelle ils ont repêché leurs deux grands leaders à l’attaque, Ryan Getzlaf et Corey Perry. Le succès au repêchage a permis au DG Bob Murray, en poste depuis 2008, de briller et d’assurer aux Ducks une belle pérennité. Mais les vedettes de l’équipe ont vieilli, Perry entre autres a quitté, et Murray a entrepris une phase de réinitialisation l’an dernier. Anaheim était en voie de rater les séries éliminatoires pour une deuxième année consécutive cet hiver. La situation est stable devant le filet avec John Gibson, la défense encore jeune et solide, on attend l’éclosion des jeunes, et une relève à l’attaque, pour renouer avec le succès. Murray a changé d’entraîneur l’été dernier pour mener l’équipe à bon port. Voyons si Dallas Eakins, le coach du club-école des Ducks au moment de sa promotion, aura plus de succès qu’avec les Oilers d’Edmonton…

REPÊCHAGE (2009-2019)

Martin Madden fils a succédé à Alain Chainey en 2008 à titre de directeur du recrutement. Il s’est vite hissé parmi les meilleurs de sa profession. Il a revampé la défense des Ducks à lui seul en repêchant Hampus Lindholm, Cam Fowler, Josh Manson et Jacob Larsson. Il a aussi choisi des défenseurs réguliers de la LNH qui ont depuis changé de camp : Jake Gardiner, Brandon Montour, Justin Schultz, Sami Vatanen, Shea Theodore et Marcus Pettersson. Il aurait pu fournir une bonne défense complète pour deux clubs avec tous ces joueurs ! Il faut désormais attendre l’éclosion des jeunes Trevor Zegras, Sam Steel, Maxime Comtois, Max Jones, Benoit-Olivier Groulx pour venir épauler les Getzlaf, Rickard Rakell et Adam Henrique. Murray vient de fournir un choix de première ronde supplémentaire à Madden cette année en échangeant Ondrej Kase aux Bruins tout en accueillant David Backes et son imposant contrat.

Meilleur coup

John Gibson, gardien, deuxième ronde, 39e au total, 2011

Gibson, 26 ans, est le numéro un à Anaheim depuis cinq ans et l’un des meilleurs de sa profession.

Pire coup

Peter Holland, centre première ronde, 15e total, 2009

Une rare bourde des Ducks, Holland a disputé seulement 29 matchs à Anaheim, repêché devant Nick Leddy, Chris Kreider, Marcus Johansson et Ryan O’Reilly, entre autres.

Meilleur espoir

Trevor Zegras, centre, première ronde, 9e au total, 2019

Zegras est le centre d’avenir de l’équipe. Neuf passes en cinq matchs au Championnat mondial junior, 36 points en 33 matchs à sa première saison à Boston University.

ÉCHANGES

Bob Murray ne semble pas tirer le maximum de la matière première fournie par Madden et ses recruteurs depuis quelques années. Il a fourni aux Penguins de Pittsburgh un défenseur de premier plan, le jeune Marcus Pettersson, un choix de deuxième ronde en 2014, en retour de Daniel Sprong, déjà échangé à nouveau. Il a perdu ces dernières années Kyle Palmieri, le meilleur compteur des Devils, pour des choix de deuxième et troisième rondes, William Karlsson pour James Wisniewski. Il a tout de même obtenu des choix de première ronde pour Frederik Andersen et Brandon Montour. Obtenu en 2014 pour un choix de première ronde, Ryan Kesler lui a donné quelques grosses années. Bobby Ryan a été échangé à temps pour Jakob Silfverberg. Mais avec autant de joueurs de qualité offerts par ses recruteurs, Murray pourrait faire mieux…

Meilleur coup

Choix de première ronde, 22e au total, aux Maple Leafs de Toronto, pour un choix de première ronde (30e) et de deuxième ronde (39e) en 2011. Anaheim a repêché Rakell, l’un de leurs meilleurs attaquants aujourd’hui, et Gibson, leur gardien numéro un. Toronto a sacrifié deux choix pour s’avancer de huit rangs et repêcher Tyler Biggs, un immense flop.

Pire coup

Kyle Palmieri aux Devils pour des choix de deuxième et troisième ronde en 2015. Palmieri ne se développait pas au rythme espéré par les Ducks et Murray lui a fait une faveur en l’échangeant à l’équipe de sa ville natale. Palmieri a explosé au New Jersey.

JOUEURS AUTONOMES

Bob Murray ne croit pas au marché des joueurs autonomes. Il offre des contrats avec parcimonie, pour combler quelques besoins spécifiques. Ce fut le cas ces dernières années avec le gardien auxiliaire Ryan Miller (4 M$ pour deux ans) ou Chris Stewart en 2015 (1,7 M$ pour un an). Carl Hagelin demeure sa plus grosse dépense, en 2015, à 16 M$ pour quatre ans. Il n’est même pas resté un an avant d’être échangé aux Penguins pour David Perron et Adam Clendening. Il n’a pas pris un grand risque il y a quelques années en offrant à Dany Heatley un million pour un an. Le pari n’a pas fonctionné, mais il n’a pas mis son organisation dans l’embarras pour autant.

Meilleur coup

Dustin Penner, un an, 2 M$ le 18 juillet 2013. Penner a donné aux Ducks une saison de 32 points en 49 matchs.

Pire coup

Carl Hagelin, 16 M$ pour quatre ans le 14 août 2015. Murray a corrigé son erreur quelques mois plus tard en l’échangeant aux Penguins pour David Perron, un éventuel joueur autonome sans compensation, pour ainsi effacer son contrat des livres comptables.

Dix saisons (cinq rondes remportées, deux exclusions)

2010-2011 : 47-30-5, 4e Ouest, défaite première ronde.

2011-2012 : 34-36-12, 13e Ouest, OUT.

2012-2013 : 48-30-12, 2e Ouest, défaite première ronde.

2013-2014 : 54-20-8, 1er Ouest, deuxième ronde.

2014-2015 : 51-24-7, 1er Ouest, troisième ronde.

2015-2016 : 46-25-11, 4e Ouest, défaite première ronde.

2016-2017 : 46-23-13, 3e Ouest, troisième ronde.

2017-2018 : 44-25-13, 5e Ouest, défaite première ronde.

2018-2019 : 35-37-10, 6e Ouest, OUT

2019-2020 : 29-33-9, 13e Ouest, (vers une exclusion des séries)

(Demain : les Bruins de Boston)

À LIRE

Samuel Piette profite de son congé forcé pour manier les rouleaux et les pinceaux et repeindre la maison. On s’occupe comme on peut ! Pascal Milano s’est entretenu avec lui au téléphone.