(Boca Raton, Floride) La Ligue nationale de hockey a interdit tout voyage d’affaires à l’extérieur de l’Amérique du Nord à ses employés en raison de l’épidémie de COVID-19 qui sévit actuellement.

Joshua Clipperton La Presse canadienne

Si l’un de ceux-ci se retrouve dans un endroit affecté par le coronavirus en dehors de ses fonctions, la ligue lui imposera une quarantaine de deux semaines avant qu’il ne puisse retrouver ses fonctions.

S’adressant aux médias à la conclusion de la réunion des directeurs généraux du circuit mercredi, le commissaire Gary Bettman a assuré que le circuit suit de près l’épidémie de coronavirus et qu’elle « connaît toutes les possibilités ».

« Si (un employé de la ligue) se rend dans un pays dont le nom figure sur la liste des pays touchés, ou qu’une fois sur place, l’épidémie y progresse, alors à son retour, ils devront demeurer en quarantaine pendant deux semaines, le temps que l’on voit s’il développe des symptômes », a dit Bettman.

Il a ajouté que chaque équipe est responsable d’appliquer ses propres protocoles entourant les voyages de ses employés.

« Nos clubs savent ce que l’on fait ; ils ont été avisés. Ils peuvent appliquer tout ce qu’ils veulent de cette politique, pour l’instant du moins. »

Bettman a précisé que la LNH est en constantes communications avec le Centre pour le contrôle des maladies aux États-Unis et Santé Canada au sujet de la crise grandissante. La ligue met régulièrement à jour ses 31 équipes au sujet des dernières informations disponibles.

Le commissaire a utilisé une expression consacrée en disant que la situation du COVID-19 est évaluée de façon quotidienne tandis que l’épidémie prend de l’ampleur sur la planète. Il n’a toutefois pas voulu s’avancer sur la possibilité de jouer des matchs à huis clos ou de reporter les séries éliminatoires.

« À ce moment-ci, ce serait prématuré, puisqu’on ne peut pas dire si ça deviendra nécessaire en Amérique du Nord, a expliqué Bettman. Nous demeurons en communications avec les autorités compétentes et nous ajusterons le tir si ça devient nécessaire. »

La NBA a demandé à ses joueurs de cesser de donner la main aux partisans ou aux étrangers et d’éviter de prendre des items afin de les autographier. Bettman a affirmé que la LNH n’avait pas fait pareilles demandes auprès de ses joueurs.

La Ligue nationale suisse a retardé ses séries éliminatoires jusqu’à la mi-mars, tandis que plusieurs événements sportifs à travers le monde ont été repoussés ou annulés.

« Nous sommes au courant des mesures mises en place dans d’autres parties du globe et nous comprenons que la situation pourrait évoluer ici, a indiqué Bettman. Nous savons aussi que notre réaction devra se faire de façon professionnelle et dans des délais intelligents. Je crois toutefois qu’au moment où l’on se parle, il ne faut pas regarder trop loin devant. »

Le directeur général des Flames de Calgary, Brad Treliving, a confirmé que le coronavirus avait été le sujet de nombreuses discussions. Les Flames ont d’ailleurs modifié certains itinéraires de leurs dépisteurs européens.

Mercredi, 94 000 cas de contamination et 3200 décès avaient été confirmés à travers le monde. Le Canada compte maintenant 33 cas de coronavirus, tandis que l’État de Washington a rapporté neuf décès liés à la maladie jusqu’ici.

« Nous allons continuer de suivre la situation, a assuré Bettman. Tout le monde profitera des dernières informations disponibles. »

Par ailleurs, la ligue a annoncé que le plafond salarial pour 2020-21 s’élèvera entre 84 et 88,2 millions US. Le montant exact sera négocié avec l’Association des joueurs. Il est de 81,5 millions cette saison, en hausse de 2 millions par rapport à 2018-19.