La lune de miel est sans doute terminée à Vegas. On pardonnait tout aux Golden Knights depuis leur entrée fulgurante dans la LNH.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Mercredi matin, le correspondant de l’équipe pour NHL.com et theathletic.com, Jesse Granger, a rappelé un peu sarcastiquemennt sur Twitter que personne chez les Golden Knights ne pouvait se vanter comme Tomas Tatar d’avoir atteint la marque des 50 points. On aurait sans doute marché sur des oeufs en pareilles circonstances l’an dernier ou au début de la saison.

Mais les attentes ont augmenté à Vegas. L’équipe a perdu en première ronde le printemps dernier et sa place en séries éliminatoires cette année est loin d’être garantie, malgré toutes les transactions pour obtenir des résultats à plus court terme. Premier club exclu, Nashville se trouve à quatre points des Golden Knights, avec trois matchs de plus à disputer.

L’échange avec le Canadien fait mal paraître l’organisation à Vegas. Inversez les rôles. Imaginez Marc Bergevin, dans un premier temps, céder des choix de première, deuxième et troisième rondes aux Red Wings de Detroit pour obtenir Tomas Tatar.

L’échange tourne mal, Tatar est fréquemment rayé de la formation en séries éliminatoires et on cherche déjà par tous les moyens à s’en départir, lui et son salaire annuel de 5,3 millions encore valide pour trois ans.

Max Pacioretty, la nouvelle cible, est acquis par la suite. On sacrifie l’un des beaux espoirs de l’organisation, Nick Suzuki, 13e au choix de la première ronde en 2017, et un choix de deuxième ronde, en prenant soin d’inclure Tomas Tatar dans l’échange. On accepte même, pour adoucir le tout, de payer 500 000 $ par année sur le salaire de Tatar.

Le bilan de la transaction, un an et demi plus tard ? Tatar a obtenu 58 points, dont 25 buts, en 80 matchs l’an dernier, Pacioretty 40 points, dont 22 buts, en 66 matchs. Cette année, Tatar a atteint la marque des 50 points. Il a désormais 20 buts. Pacioretty a une meilleure saison, avec 48 points, dont 21 buts. Tatar, en outre, a deux ans de moins que l’ancien capitaine du Canadien. Joueur pour joueur, entre Tatar et Pacioretty, le Canadien remporte la transaction. De justesse, mais l’emporte néanmoins.

On y ajoute Suzuki, 20 ans, l’une des plus brillantes recrues de la Ligue nationale cette saison, déjà établi à titre de deuxième centre de l’équipe, 33 points en 55 matchs, en route vers une saison de 49 points.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Nick Suzuki

Il y a aussi le choix de deuxième ronde, échangé pour des choix de troisième et cinquième rondes. Ils ont permis de repêcher le défenseur gaucher Mattias Norlinder, membre de l’équipe nationale junior au Championnat du monde, brillant à Modo, en Suède, à seulement 19 ans, et Jacob LeGuerrier, un défenseur au profil plus modeste, mais néanmoins efficace dans la Ligue junior majeure de l’Ontario.

En remontant à la source, acquérir Max Pacioretty aura donc coûté aux Golden Knights un choix de première ronde, un joueur repêché en première ronde (Suzuki), deux choix de deuxième ronde et un choix de troisième ronde.

Bergevin effectue un tel type d’échange et on le chasse de la ville enseveli de goudron et de plumes. Mais la transaction a été somme toute bien digérée à Vegas en raison de l’effet nouveauté et de la saison Cendrillon il y a deux ans.

À Montréal, la frustration des partisans est légitime en raison de quatre exclusions des séries éliminatoires en cinq ans. Le CH a quatre points de retard sur Vegas cette année, mais a amassé trois points de plus que les Golden Knights l'an dernier. Ceux-ci ont toutefois participé aux séries et non le Canadien.

Ce coup de maître de Marc Bergevin passe un peu comme un coup d’épée dans l’eau en raison des résultats décevants de l’équipe. Comme celui de Max Domi qui, malgré une saison inférieure à celle de la saison précédente, a vite fait oublier le problématique Alex Galchenyuk, dont la carrière dans la LNH achève peut-être déjà à bientôt 26 ans. On pourrait parler de Phillip Danault aussi, obtenu pour une bouchée de pain avec un choix de deuxième ronde (Alexander Romanov).

Le bilan de Marc Bergevin est complexe à analyser. Il ne perd pas beaucoup d’échanges. Il a solidifié la position de centre. Il a rempli la banque d’espoirs. Mais les résultats ne sont pas encore au rendez-vous. L’absence d’un défenseur gaucher de premier plan fait mal.

Geoff Molson a probablement déjà une idée en tête pour la suite. Seul lui le sait. Voyons s’il donnera la chance à son DG de vivre la troisième année de son plan de réinitialisation, ou s’il optera pour une solution drastique.

Mais avant, il reste encore des matchs à disputer. Le respirateur artificiel n’est pas encore débranché.

À lire

Drôle de match entre deux vilaines équipes hier soir au New Jersey. Plusieurs regrettent encore ce matin d'avoir tiré des conclusions hâtives sur les réseaux sociaux puisque le CH a effectué une autre remontée, conclue par un joli but d'Ilya Kovalchuk, encore lui, en fusillade. L'analyse de Guillaume Lefrançois.