(Brossard) Il y a un an, à la même date à peu près, Max Domi était bien parti pour connaître la saison de sa vie, et c’est en plein ce qui est arrivé. Après 30 matchs, le jeune attaquant avait déjà récolté 14 buts et un total de 31 points, pour ce qui allait devenir, au final, une saison de 72 points.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Ça, c’était il y a un an. Cette fois-ci, le portrait est un peu différent. Après 30 matchs, Domi a récolté six buts et 18 points. Tout ce qu’il a pu faire lors des cinq derniers matchs, c’est d’ajouter un seul point à sa fiche. Au moment où le Canadien se prépare à affronter les Penguins à Pittsburgh mardi soir, Max Domi comprend qu’il devra très bientôt passer à une autre vitesse.

« Je vais devoir jouer beaucoup mieux, a-t-il admis après l’entraînement de lundi matin à Brossard. En même temps, si l’équipe gagne, c’est le bout qui est le plus important pour moi. Mais je sais qu’il faut se regarder dans le miroir. Tout est dans les détails et il ne faut pas oublier que c’est un sport d’équipe. »

Cette sècheresse tombe bien sûr très mal pour le Canadien, qui va avoir besoin de son meilleur marqueur de 2018-19 pour avoir une chance plausible d’être du tableau des séries en avril, mais elle tombe mal aussi pour Domi lui-même. Car il faut ici rappeler que le joueur de 24 ans est sans contrat en vue de la prochaine saison, et qu’il pourrait devenir joueur autonome avec restriction.



PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Il est facile de croire qu’il exigera plus que le salaire de 3,1 millions de dollars américains qui lui est versé cette saison, mais on peut aussi croire que la direction montréalaise sera plus réticente à lui offrir ce qu’il désire dans le cas où sa production ne s’améliorerait pas.

« Je n’y pense pas aux histoires de contrat parce que ça ne me dérange pas, et parce que ça n’a aucune incidence sur mon travail en ce moment, a-t-il répondu. Pour moi, le fait de ne pas avoir de contrat pour la saison prochaine, ce n’est pas du tout une distraction. »

Ces jours-ci, Domi patine en compagnie d’Artturi Lehkonen et Joel Armia. Il est le premier à vanter les qualités de ces deux joueurs, mais on peut aussi présumer qu’il s’ennuie de Jonathan Drouin, son fidèle allié, qui est sur la touche depuis le 15 novembre en raison d’une blessure au poignet gauche. « Le courant passe entre nous, autant sur la glace qu’à l’extérieur », a-t-il admis.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Joel Armia, Artturi Lehkonen (62) et Jeff Petry (26)

En attendant, Max Domi doit revenir à ce qui a fait son succès il y a un an. Et la recette n’est pas si compliquée, selon Claude Julien.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Claude Julien

« Il était affamé et il voulait marquer des buts la saison dernière, a expliqué l’entraîneur du Canadien. Il jouait à la hauteur des cercles de mise en jeu, et il doit revenir à ça. »