On a parfois tendance à Montréal à trop se concentrer sur les performances des joueurs du Canadien et à en oublier celles des autres. 

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Prenez Carey Price. Chaque mouvement, chaque but accordé est disséqué. Les périodes léthargiques de sa part provoquent parfois une surprenante hystérie. 

Mais en jetant le nez ailleurs, on constate que tous les gardiens vivent leurs périodes difficiles. En Floride, Sergei Bobrovsky, embauché pour sept ans par les Panthers moyennant 70 millions, vient d’être cloué au banc lors des deux derniers matchs. 

Bobrovsky ne connaît pas le départ espéré en Floride. Il montre une fiche de 9-6-4, mais une moyenne de 3,48 et un taux d’arrêts de ,884. Il a accordé quatre buts ou plus lors de quatre de ses huit derniers départs. 

Son remplaçant, Chris Drieger, 25 ans, a obtenu samedi un blanchissage contre les Predators de Nashville à son premier départ dans la LNH depuis 2017. Il a accordé trois buts hier dans une défaite aux mains du surprenant Wild du Minnesota. Drieger a été ballotté entre la East Coast et la Ligue américaine ces dernières années. 

«Bobrovsky vient de connaître ses meilleures séances d’entrainement depuis quelques jours, a déclaré hier l’entraîneur Joel Quenneville aux journalistes affectés à la couverture des Panthers. Il aura quelques pratiques supplémentaires cette semaine afin d’être prêt pour le weekend. Je ne crois pas qu’il soit très heureux de la situation, mais c’est un bon coéquipier et il se comporte comme un pro.»

Pekka Rinne a eu ses moments difficiles à Nashville cet automne. Rinne a blanchi la Caroline vendredi, mais il avait accordé 18 buts à ses quatre départs précédents. Il a perdu en prolongation hier, pour porter sa fiche à 9-4-3 avec une moyenne de 2,84 et un taux d’arrêts de ,899. 

PHOTO MARK HUMPHREY, ASSOCIATED PRESS

Pekka Rinne

Au Minnesota, on découvre un gardien de 23 ans, Kaapo Kahkonen. Ce choix de quatrième ronde du Wild en 2014 a remporté ses deux premiers matchs et accordé seulement quatre buts. Le Minnesota est en train de relancer sa saison avec une séquence de dix matchs sans défaite en temps règlementaire. 

Le jeune homme a été rappelé par défaut des mineures car le numéro un Devan Dubnyk a quitté l’équipe pour être au chevet de sa femme. Dubnyk devait être dérangé par sa situation personnelle puisqu’il présentait une fiche de 4-8-2, une moyenne de 3,35 et un taux d’arrêts de ,893. 

Le but de cet exercice ne consiste pas à se servir de contre-performances d’autres gardiens de qualité pour excuser celles de Price, mais de rappeler que tous les gardiens traversent des séquences difficiles au cours d’une saison. 

Rappelons-nous Tuukka Rask l’automne dernier à Boston. Jaroslav Halak jouait mieux que lui dans les premiers mois de la saison et l’entraîneur Bruce Cassidy était incapable d’identifier un numéro un. 

PHOTO MICHAEL DWYER, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Tuukka Rask et Jaroslav Halak

Rask s’est replacé, mais a eu des périodes de répit au cours de l’hiver et il a été fumant en séries éliminatoires. Il aurait sans doute remporté le trophée Conn-Smythe remis au joueur par excellence en séries si les Bruins avaient remporté la Coupe. 

«On a parlé de compétition à l’interne, avait déclaré le DG Don Sweeney lors de l’embauche de Halak en juillet 2018. Peut-être l’arrivée de Halak placera-t-il Tuukka dans un meilleur état d’esprit. Il a eu à jouer plusieurs fois dans des situations de deux matchs en deux soirs par le passé. C’est beaucoup de pression sur un gardien de savoir que l’auxiliaire ne peut pas remporter de matchs. Nous avons désormais deux gars capables de porter le ballon pour l’équipe, et qui vont se pousser l’un et l’autre. Nous n’avons plus de soucis maintenant.» 

On espérait chez le Canadien voir Keith Kinkaid devenir ce gardien. Il avait été très bon il y a deux ans au New Jersey en l’absence de Cory Schneider, au point de disputer 41 matchs, mais médiocre l’an dernier. 

Non seulement Claude Julien n’espérait plus le voir pousser Carey Price à se surpasser, mais il n’osait même plus l’utiliser dans des situations de deux matchs en moins de 24 heures…

Cayden Primeau est évidemment encore jeune à 20 ans. En écoutant Julien hier, on pourrait s’attendre à voir le jeune homme devant le filet deux fois d’ici la semaine prochaine, puisque le Canadien affronte l’Avalanche et les Rangers jeudi et vendredi, puis les Penguins et les Sénateurs mardi et mercredi prochain.

PHOTO RYAN REMIORZ, LA PRESSE CANADIENNE

Cayden Primeau et Carey Price

On espère chez le CH voir Primeau non seulement aider l’équipe à gagner, mais pousser Price à l’excellence, comme Halak avec Rask l’an dernier, Brian Hayward avec Patrick Roy à l’époque. 

La tendance est désormais aux tandems dans la LNH, du moins à un partage plus équitable. Prenez Boston, Edmonton, Long Island, Dallas, Minnesota, Detroit, Nashville, New York, Ottawa, Buffalo, Chicago, Caroline, Buffalo, Philadelphie, Colorado, Vancouver, Pittsburgh, Los Angeles, Vegas et Arizona. Les deuxièmes gardiens y ont disputé au minimum le tiers des matchs. 

Carey Price n’a pas eu ce luxe depuis… le départ de Halak en 2010! Price a offert de bonnes performances lors des deux derniers matchs, devant une défense plus stable. Bien hâte de voir Primeau dans un tel contexte!

À lire

Miguel Bujold dresse ce matin la liste des candidats au poste de DG chez les Alouettes. Quelques noms connus: Larry Buono, Danny Maciocia, Eric Deslauriers, Catherine Raîche et même... Jim Popp, quoique son embauche serait surprenante.