Au bout de six matchs et 340 minutes de jeu, la direction du Canadien a décidé qu’elle en avait assez vu de la part de Keith Kinkaid. Et maintenant, elle veut en savoir un peu plus à propos de Cayden Primeau.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Quand ça va tout croche, et encore plus quand un club perd huit matchs de suite, ça prend un coupable, et le Canadien l’a identifié lundi midi : Kinkaid, le gardien réserviste à qui le club a consenti un contrat d’un an pour 1,75 million de dollars cet été. En gros, il a été envoyé au ballotage avec objectif de le céder au Rocket de Laval, de la Ligue américaine de hockey, parce qu’il a été « bon mais pas assez bon pour l’instant », selon les mots de Claude Julien.

« Il s’en va à Laval et on va espérer qu’il pourra y trouver son synchronisme et retrouver la qualité de son jeu, a expliqué l’entraîneur du Canadien. On ne fait pas souvent appel au gardien réserviste, mais quand on le fait, il faut s’assurer que son jeu soit à point. On va lui donner la chance de jouer plus souvent à Laval. »

Pendant combien de temps ? C’est la grande question, puisque lundi en fin de journée, le Canadien a causé la surprise en rappelant Cayden Primeau.

Le jeune de 20 ans est considéré comme le futur du club devant le filet, mais il faut se demander si on voudra bien l’envoyer sur la glace devant une défense combien erratique. À l’inverse, si le jeune se transforme en Patrick Roy et que le public du Centre Bell se met à scander son nom, on aura à Montréal une controverse des gardiens comme on les aime.

Il y a une semaine, Joël Bouchard, l’entraîneur du Rocket, nous confiait que Primeau avait su s’adapter à la vie chez les pros, et ses performances dans la Ligue américaine (fiche de 7-4-1 en 12 matchs, avec une moyenne de 2,58 et un pourcentage de ,910.) ont de toute évidence convaincu la direction montréalaise de lui donner une chance parmi les grands.

Kinkaid, lui, devait permettre au Canadien de diminuer la charge de travail de Price, mais ce n’est pas arrivé. N’empêche que son déménagement à la fois rapide et subit en direction de Laval en a surpris plusieurs. Dont Carey Price.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Keith Kinkaid

« C’est un choc, a répondu le gardien vedette lundi à Brossard. L’équipe traverse une période difficile ces jours-ci et je pense que Keith avait assez bien joué lors de ses deux derniers départs. Mais on a vu les résultats, et nous avons besoin d’obtenir de meilleurs résultats. »

Brendan Gallagher, lui, a reconnu qu’il faut s’attendre à ce genre de décision quand une équipe ne gagne pas.

« Depuis que je suis ici, il y a du changement au sein de la formation, a expliqué le petit attaquant. Mais ça revient au reste de l’équipe ; il y a beaucoup d’attentes dans ce marché, mais ce n’est pas différent de nos propres attentes à nous. Et quand on ne répond pas à ces attentes, il faut s’attendre à ce qu’il y ait du changement. »

On peut aussi voir en la décision de pousser Keith Kinkaid vers les rangs mineurs une stratégie finement planifiée, une façon de gagner du temps en proposant l’illusion du changement; après tout, ce n’est pas un gardien réserviste qui peut être tenu responsable de ce fiasco. Rappelons qu’une défaite mardi soir au Centre Bell, contre les Islanders de New York, viendrait porter à neuf le total de défaites consécutives pour le Canadien. Ce qui serait du jamais vu depuis la saison 1939-40, la dernière fois où la formation montréalaise en a échappé neuf de suite.

En attendant, quelqu’un devra bien essayer de se lever pour sauver ce club. Peut-être se nomme-t-il Cayden Primeau ?

Mathias Brunet : Et pourquoi pas rappeler Cayden Primeau ?

Peca de retour

En plus de Cayden Primeau, le Canadien a annoncé lundi le rappel d’un autre joueur du Rocket de Laval, soit l’attaquant Matthew Peca. Il a récolté 12 points en 18 rencontres à Laval depuis le début de la présente saison.

LA PRESSE BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Matthew Peca

Au moins deux semaines sans Mete

En plus des défaites qui s’accumulent chez le Canadien, il y a aussi la liste des blessés qui grossit. Ainsi, le club a annoncé lundi que le défenseur Victor Mete ratera au moins les deux prochaines semaines de jeu, en raison d’une blessure à la cheville, survenue lors du match de samedi au Centre Bell, contre les Flyers de Philadelphie. En 26 matchs cette saison, le jeune défenseur a obtenu trois buts et cinq aides. Son nom s’ajoute à ceux de Jonathan Drouin et Paul Byron, eux aussi à l’écart du jeu.

LA PRESSE BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Victor Mete