Malgré les récents insuccès du Canadien, l’entraîneur-chef de la formation montréalaise, Claude Julien, insiste pour dire que ce n’est pas un manque d’effort qui coule sa troupe.

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse canadienne

Au lendemain d’un revers de 8-1 face aux Bruins de Boston, la cinquième défaite de suite du Tricolore, Julien a dirigé un entraînement intense dans l’espoir d’apporter les correctifs nécessaires.

« Nous ne sommes pas parfaits, comme vous pouvez le voir », a admis Julien.

« C’est frustrant et c’est aussi frustrant pour les partisans. Nous le reconnaissons. Mais ce n’est jamais pour un manque d’effort, a-t-il ajouté. Notre équipe a le cœur à la bonne place. Elle veut bien travailler, mais parfois elle ne travaille pas de la bonne façon. »

À la même époque l’automne dernier, le Canadien vivait aussi une traversée du désert de cinq rencontres et avait un dossier de 11-8-5 après 24 rencontres.

Le contexte était toutefois un peu différent, alors que le gardien Carey Price connaissait un début de campagne éprouvant et que Shea Weber n’était pas encore remis d’une opération.

De plus, les deux défaites encaissées par le Tricolore au cours des derniers jours ont été particulièrement gênantes. Il a gaspillé une avance de quatre buts avant de perdre 6-5 face aux Rangers de New York, samedi, puis a été humilié par les Bruins mardi.

« Ça fait mal quand vous perdez 8-1, a admis le défenseur Ben Chiarot. Nous jouons dans une ville qui est très fière de son équipe. Nous prenons ça au sérieux ici. Quand vous perdez contre un rival de section, surtout de cette manière, ça fait mal. Vous y pensez pendant longtemps après le match. »

Le Canadien compte sur plusieurs joueurs d’expérience. Après la défaite face aux Bruins, le gardien Carey Price et le capitaine Shea Weber ont répété que la seule solution était de continuer à travailler fort à l’entraînement.

Julien souhaite voir sa troupe commettre moins d’erreurs, que ce soit avec ou sans la rondelle. Il a mis l’accent sur les batailles individuelles et le jeu de transition à l’entraînement.

« Nous accordons beaucoup de buts parce que nous n’étouffons pas les jeux, a indiqué Julien. Il faut être un peu plus agressif sur le porteur de la rondelle.

« On s’entend que notre jeu défensif n’est pas assez bon. Nous donnons trop de temps à l’adversaire avec la rondelle », a-t-il précisé.

L’infériorité numérique du Tricolore a aussi continué de connaître des ennuis face aux Bruins, cédant deux fois en première période.

Les joueurs du Canadien se sont réveillés mercredi matin au dernier rang de la LNH avec une efficacité de 71,6 % dans cette phase de jeu. Les problèmes notés par Chiarot ressemblent à ceux qui ont aussi miné le Canadien à cinq contre cinq lors des derniers matchs.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

L’infériorité numérique du Canadien se retrouve au dernier rang de la LNH avec une efficacité de 71,6 %.

« C’est dans le détail. En désavantage numérique, tout est dans la structure, a indiqué Chiarot. Il faut accorder les tirs d’où vous le voulez, c’est-à-dire de loin et avec une ligne de vision pour le gardien. Il faut être bien placé, avoir son bâton au bon endroit et rester discipliné.

« Même si vous pensez que quelque chose va se produire, il ne faut pas réagir. Il faut être discipliné dans son positionnement, limiter les chances et forcer l’adversaire à tirer de la périphérie », a-t-il expliqué.

Le Canadien aura l’occasion de rebondir jeudi, quand il accueillera les Devils du New Jersey, l’équipe contre qui sa glissade a commencé le 16 novembre. Les Devils n’ont guère mieux fait depuis cette rencontre, remportant un seul de leurs quatre matchs.

« Si un joueur arrête d’y croire, ça peut faire boule de neige, a dit le défenseur Victor Mete. Si nous jouons comme nous nous sommes entraînés, alors je pense que nous pouvons gagner demain (jeudi). »

Par ailleurs, le Canadien a annoncé en début de journée qu’il avait cédé le défenseur Christian Folin à son club-école dans la Ligue américaine de hockey pour des fins de conditionnement.

Folin devait rejoindre le Rocket de Laval mercredi, à Belleville, et affronter les Senators.

Âgé de 28 ans, Folin a disputé seulement cinq matchs avec le Canadien cette saison. Il a amassé une aide. Sa dernière sortie remonte au 19 octobre.