Alex Galchenyuk s’est précipité dans la baie vitrée et il s’y est fait rebondir spectaculairement, avant d’accueillir ses coéquipiers à bras ouverts, le visage éclatant de joie.  

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Quelques secondes plus tôt, il a saisi un retour de tir de son coéquipier Dominik Kahun, d’abord raté par Jared McCann, avant de battre Dave Rittich entre les jambières. 

Il s’agissait pour Galchenyuk, hier soir, de son premier but de la saison... à son 15e match de l’année avec les Penguins. Mais il a bien pris soin de s’assurer que la rondelle avait bien pénétré au fond du but avant de commencer sa célébration.

« Ça faisait longtemps, a-t-il déclaré aux journalistes après le match. Quand la rondelle a traversé la ligne, j’étais très émotif, un feeling incroyable. On vit toujours des léthargies. J’ai passé 16 matchs sans marquer en Arizona l’an dernier. Mais c’est plus difficile quand tu attends aussi longtemps pour marquer un premier but avec ta nouvelle équipe. »

Galchenyuk, 25 ans, a été obtenu des Coyotes cet été avec le jeune défenseur Pierre-Olivier Joseph en retour de Phil Kessel. On espérait le voir rebondir avec Evgeni Malkin. 

Mais son entraîneur Mike Sullivan l’a vite pris en grippe et lui a reproché de ne pas jouer de la bonne façon. Après avoir été employé plus de 15 minutes par rencontre lors des trois premiers matchs de la saison, l’ancien attaquant du Canadien a vu son temps d’utilisation fondre. Lors des 11 matchs suivants, il a joué plus de 15 minutes une seule fois, et moins de 13 minutes lors des quatre derniers matchs avant la partie d’hier contre les Flames (dont un match de 10 minutes).

En l’absence de Sidney Crosby, Malkin se retrouve au centre du premier trio avec Jake Guentzel et Bryan Rust, Galchenyuk est à la gauche du centre McCann et de l’ailier droit Brandon Tanev. Voilà maintenant une troisième organisation qui ne croit pas en lui au centre. 

De nombreux fans ont reproché au Canadien d’avoir échangé un marqueur de 30 buts lorsqu’on l’a envoyé aux Coyotes pour Max Domi en juin 2018. Galchenyuk a connu une saison de 30 buts en 2016. Mais il s’agit également de sa seule saison de plus de 20 buts en sept ans de carrière. Il lui reste à en marquer 29 au cours des 58 prochains matchs pour franchir ce plateau une deuxième fois. 

Phil Kessel, 32 ans, ne fait guère mieux chez les Coyotes. Il a 14 points, dont seulement 4 buts, en 25 matchs, avec une fiche de -10. Fait encore plus troublant, il a marqué un seul but à égalité numérique. 

Le Canadien aura échangé Galchenyuk à temps. Domi, 24 ans, se cherche depuis le début de la saison, mais il a néanmoins 16 points en 23 matchs et il permet à l’équipe de compter sur un surplus de centres. Sa saison de 72 points, dont 28 buts, l’an dernier permet d’espérer sa relance. 

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Max Domi

Depuis la transaction, Domi a amassé 88 points en 105 matchs, contre 50 en 97 rencontres pour Galchenyuk. Ça permet ainsi à l’organisation montréalaise de ne pas trop regretter son choix au troisième rang en 2012, dans l’une des cuvées les plus bizarres de l’histoire. 

Le premier choix au total, Nail Yakupov, a fait patate pour les Oilers. Il joue dans la KHL. Ryan Murray est devenu un défenseur du top 4 à Columbus, mais il passe plus de temps à l’infirmerie que sur la glace, le pauvre. Galchenyuk demeure le deuxième compteur de sa cuvée, mais son rendement est en chute libre depuis 2016. 

Le quatrième choix au total, le défenseur Griffin Reinhart, a été échangé aux Oilers pour deux choix au repêchage, qui ont permis aux Islanders de repêcher leur éventuel premier centre, Mathew Barzal, et Anthony Beauvillier. 

Il a fallu attendre au cinquième rang pour voir un joueur d’impact, le défenseur Morgan Rielly, des Maple Leafs de Toronto. Hampus Lindholm et Matt Dumba ont suivi et ils sont encore dominants avec leurs équipes respectives, Anaheim et Minnesota. 

PHOTO JOHN E. SOKOLOWSKI, USA TODAY SPORTS

Morgan Rielly

Deux autres joueurs du top 10, Derrick Pouliot (Pittsburgh) et Slater Koekkoek (Tampa), peinent à s’accrocher à la LNH. D’ailleurs, la troisième ronde a produit plus de joueurs d’impact (Esa Lindell, Shayne Gostisbehere, Matt Murray, Colton Parayko, Frederik Andersen) que le top 10 !

Le meilleur joueur de la cuvée 2012 jusqu’ici, Filip Forsberg, a été repêché au 12e rang… et il a été échangé des Capitals aux Predators de Nashville avant d’avoir la chance d’atteindre la LNH. 

Repêchés à compter du 16e rang, Tom Wilson, Tomas Hertl, Teuvo Teravainen et Andrei Vasilevskiy sont devenus des joueurs de premier plan. 

Le Canadien avait la chance de repêcher trois fois parmi les 51 premiers, grâce à un choix de deuxième ronde de Nashville obtenu pour Hal Gill. L’équipe a choisi Sebastian Collberg au 33e rang et le défenseur Dalton Thrower au 51e

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Sebastian Collberg

Les deux ont constitué des flops. Au moins, Collberg a été échangé à temps, moins de deux ans après le repêchage, pour obtenir Tomas Vanek. Thrower joue toujours dans la East Coast League. Il a réussi à disputer neuf matchs en carrière dans la Ligue américaine. 

En cinquième ronde, le Tricolore a mis la main sur Charles Hudon, qui s’accroche toujours tant bien que mal à la Ligue nationale. Pour un joueur choisi aussi tard, c’est déjà un bel exploit. 

Heureusement, Marc Bergevin a pu obtenir Domi l’an dernier. Sinon on parlerait d’un repêchage catastrophique dans une année de repêchage des plus atypiques…

À lire

Mikaël Robidoux, 20 ans, a plus de matchs de suspensions (36) que de buts (27) dans la Ligue de hockey junior majeur, rappelle Alexandre Pratt ce matin. Le jeune homme vient d'être suspendu à nouveau, pour 10 matchs, à la suite d'un autre coup dangereux. Alexandre a raison, la LHJMQ a manqué une belle occasion de le bannir. Qu'on pense aux victimes svp.