(Toronto) La LNH tentera une fois de plus de modifier le règlement du hors-jeu.

Joshua Clipperton
La Presse canadienne

Les directeurs généraux avaient refusé une proposition de changement, il y a deux ans et demi, qui aurait permis à un joueur de rester en jeu si son patin était au-dessus de la ligne bleue, mais qu’il ne touchait pas la glace lorsque la rondelle entre en zone offensive.

Lors de la rencontre en mars 2017, certains directeurs généraux ont rouspété parce que plusieurs buts avaient été refusés en raison de ce règlement, à la suite d’une reprise vidéo. À ce moment, ils avaient toutefois décidé de ne pas appliquer de changement.

Le vice-président exécutif des opérations hockey de la LNH, Colin Campbell, a toutefois révélé mardi que le règlement était de retour sur la table des discussions.

« Nous allons en reparler, a-t-il déclaré à la suite de la rencontre annuelle des directeurs généraux, à Toronto. Il y a plusieurs beaux buts qui ont été refusés parce qu’un patin était dans les airs. Nous voulons être conviviaux pour les partisans et les joueurs. Trois directeurs généraux ont soulevé le point et ils avaient l’impression qu’il était peut-être temps d’en discuter à nouveau. »

C’est ce qui se produira lorsque les directeurs généraux se rencontreront à nouveau en mars.

Les directeurs généraux ont aussi parlé d’une rectification concernant la possession de la rondelle en situation de hors-jeu. Lors d’un match contre le Canadien de Montréal, le joueur de centre des Bruins de Boston Charlie Coyle semblait avoir la maîtrise du disque dans ses patins en entrée de zone et son équipe a marqué, mais une reprise vidéo a finalement annulé le but.

« C’est une situation difficile, a ajouté Campbell. Plusieurs directeurs généraux croyaient que le jeu impliquant Coyle était légal. Les joueurs sont très talentueux maintenant alors nous devons considérer leurs habiletés en possession de rondelle. »

Une situation incluant Matt Calvert a aussi soulevé beaucoup de questions. L’Avalanche du Colorado était en furie, samedi soir, quand Calvert a été atteint à la tête par une rondelle en bloquant un tir contre les Canucks de Vancouver. Les arbitres ont toutefois laissé le jeu aller même si le sang coulait.

Le livre des règlements stipule que les arbitres peuvent, mais ne sont pas obligés, de siffler l’arrêt du jeu lorsqu’un joueur est sérieusement blessé, même si son équipe n’a pas la possession du disque.

« Ça semblait avoir duré une éternité pendant le match, même si ça n’avait duré que quatre ou cinq secondes, a exprimé Stephen Walkom, un ancien arbitre de la LNH. La rondelle bougeait pendant que le joueur tentait de se relever. Évidemment, nous aurions aimé que le jeu soit arrêté plus tôt. »

Le directeur général des Coyotes de l’Arizona, John Chayka, ne croit pas qu’un changement de règlement est nécessaire pour éviter des situations semblables dans le futur.

« Ces situations sont difficiles, a-t-il affirmé. Personne ne veut voir un joueur blessé de la sorte. Le consensus montre que si les arbitres étaient encore confrontés à une situation semblable et qu’ils avaient bien vu la séquence, ils auraient sifflé l’arrêt du jeu. »

Le directeur général des Panthers de la Floride, Dale Tallon, a ajouté que les arbitres sur la glace doivent utiliser le bon sens.

« Parfois, tu prends la bonne décision, a dit Tallon. L’intention de ce règlement est qu’aucun joueur ne reste au sol intentionnellement. Mais dans la situation impliquant Calvert, nous sommes tous d’accord sur le fait qu’il aurait dû y avoir un jugement rapide. »