Steve Yzerman aura des décisions à prendre. Il peut laisser couler ses Red Wings à pic et espérer remporter la loterie du repêchage. Mais il y a un risque à laisser ses jeunes évoluer dans un environnement aussi néfaste.  

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Les Red Wings avaient remporté deux de leurs trois premiers matchs lors de leur visite au Centre Bell le 10 octobre. Après avoir battu le Canadien 4-2, ils ont perdu 12 de leurs 13 matchs suivants. 

Dans la plupart de ces défaites, ils ont subi des corrections. Au cours de cette séquence, ils ont accordé 57 buts et en ont marqué seulement 19…

Ils viennent de perdre 7-3 contre les Hurricanes, 4-0 contre les Panthers, 6-1 contre les Predators et 5-1 contre les Rangers. Sans surprise, ils occupent le 31e et dernier rang du classement général, sur un pied d’égalité avec les Sénateurs d’Ottawa, mais ceux-ci ont trois matchs de plus à disputer. 

Detroit se classe 31e pour les buts marqués par match (2,06), 31e pour les buts accordés (4,00), 26e en supériorité numérique (12,7%) et 31e en infériorité numérique (66,7%). 

Outre le premier trio composé de Dylan Larkin, Anthony Mantha et Tyler Bertuzzi, et l’aplomb du jeune défenseur Filip Hronek, les aspects positifs sont rares à Detroit. 

L’entraîneur Jeff Blashill a commencé récemment à défendre l’équipe et son travail publiquement malgré l’accumulation d’affreuses performances. Ce n’est jamais bon signe. 

« J’ai parlé à Steve (Yzerman) immédiatement après le match contre les Hurricanes et il m’a tout de suite dit que nous avions très bien joué pendant deux périodes. Mais nous n’avons rien fait en Floride et le match contre Nashville était bizarre. Nous avons bien fait ici (contre les Rangers), mais nous avons commencé à mal jouer après qu’ils eurent pris l’avance. Il faut continuer à être fidèle au processus. C’est tout ce qui importe, même si les résultats sont frustrants. »

En attendant des jours meilleurs, le DG des Red Wings va à la pêche dans l’espoir de dénicher des joueurs de talent. Hier, il a échangé son quatrième centre, Jacob De La Rose, aux Blues de St. Louis en retour de Robby Fabbri, considéré comme une vedette montante de la LNH il n’y a pas si longtemps. 

PHOTO JEFF ROBERSON, ASSOCIATED PRESS

Robby Fabbri

Fabbri, 23 ans, un choix de première ronde (21e au total) en 2014, a amassé 15 points en 20 matchs de séries éliminatoires en 2016. Il a subi de graves blessures et ne produit plus depuis deux ans. 

De La Rose, perdu l’an dernier au ballottage par le Canadien avait réussi à maintenir une fiche de +3 dans des circonstances difficiles cet automne. La qualité de son jeu défensif n’a jamais fait de doute, mais son potentiel offensif demeure limité. Il avait 4 points en 16 matchs. Il passe du pire club de la Ligue nationale aux champions de la Coupe Stanley. Un beau cadeau. 

Une semaine plus tôt, Yzerman a mis la main sur un autre choix de première ronde en 2014, Brendan Perlini, 12e au total, en retour d’un jeune défenseur repêché en troisième ronde en 2019, Alex Regula. Perlini, décevant depuis son entrée dans la LNH, déjà échangé des Coyotes aux Blackhawks l’an dernier, a été blanchi en quatre matchs jusqu’ici. 

PHOTO PAUL SANCYA, ASSOCIATED PRESS

Brendan Perlini

Yzerman ne semble pas pouvoir compter sur ses jeunes dans la Ligue américaine pour aider l’équipe à court terme, rappelait le quotidien Detroit Free Press cette semaine. 

Plusieurs de ces jeunes, parmi lesquels des choix de première ronde, connaissent des débuts de carrières difficiles. Detroit ne semble plus repêcher aussi bien qu’auparavant. 

Evgeny Svechnikov, 19e choix au total en 2015, a été préféré à Colin White, Brock Boeser, Travis Konecny et Sebastian Aho. Il n’arrive toujours pas à percer à 23 ans. 

Michael Rasmussen, 9e choix au total en 2017, est encore jeune. On ne laissera pas ses 18 points en 62 matchs à Detroit l’an dernier définir son identité. L’avenir seul nous dira si les Wings ont bien fait de le préférer à Nick Suzuki, Martin Necas, Erik Brannstrom, Ryan Poehling, Robert Thomas, Morgan Frost et Henri Jokiharju.

Par contre, Filip Zadina, sixième choix au total en 2018, commence à inquiéter, malgré un soubresaut récemment. Le jeune homme en arrache aussi dans la Ligue américaine. Il a 5 points en 12 matchs et une fiche de -10.

PHOTO KATHLEEN MALONE-VAN DYKE, ASSOCIATED PRESS

Filip Zadina

Il est encore tôt dans la carrière de Zadina, évidemment. Anthony Mantha, par exemple, a mis quelques années à s'épanouir. Mais Zadina a été repêché un rang devant le défenseur Quinn Hughes, qui jouait pourtant dans la cour des Red Wings avec l’Université Michigan. Le jeune homme a 11 points en 14 matchs à Vancouver et il aiderait sans l’ombre d’un doute la formation de Detroit. 

Repêché en fin de première ronde en 2018, Joe Veleno a deux points en 12 matchs à Grand Rapids, avec une fiche de -10. 

Parmi les espoirs plus encourageants, le défenseur Moritz Seider, 6 pieds 4 pouces, 18 ans, 7 points en 12 matchs dans la Ligue américaine. Mais Detroit regrettera-t-il de l’avoir choisir avant Cole Caufield? 

Yzerman pourrait ajouter quelques choix au repêchage à sa banque en échangeant des vétérans d’ici la date limite des transactions. Le défenseur Mike Green et le gardien Jimmy Howard deviendront joueurs autonomes sans compensation à la fin de la saison et pourraient aider un club aspirant à la Coupe. Ils connaissent cependant une saison atroce, comme le reste de leurs coéquipiers, et ils ne rapporteront pas de choix de première ronde. 

Frans Nielsen, Justin Abdelkader, Darren Helm et Valtteri Filppula seront plus difficiles à échanger en raison de leur âge et de leurs contrats plus imposants.

D’ici là, l’hiver s’annonce pénible à Detroit. Ken Holland a quitté le navire au bon moment…

À lire

Loin des feux de la rampe, dans un rôle d'adjoint, Michel Therrien semble plus serein chez les Flyers. Richard Labbé était déjà à Philadelphie hier en prévision du match de ce soir contre les Flyers et il a rencontré nos amis Therrien et Alain Vigneault!