Mardi matin en allant faire un tour sur le site de la LNH, on constate en un coup d’œil le niveau de la domination des Bruins de Boston. C’est hallucinant.

Jean-François Tremblay Jean-François Tremblay
La Presse

On clique sur le lien pour les statistiques. Qui est premier dans la LNH pour les buts ? David Pastrnak, avec 14. Qui est premier pour les points ? Pastrnak, encore, avec 29.

Qui est premier pour l’efficacité devant le filet ? Tuukka Rask, à ,949, celui qui affrontera le Canadien de Montréal mardi soir d’ailleurs. Pekka Rinne domine pour les victoires, avec 8, mais Rask le talonne à 7. Il faut dire que le gardien des Bruins n’a commencé que 8 matchs, puisque les Bruins ont le luxe d’une garde partagée devant le filet, avec Jaroslav Halak.

PHOTO JOHN LOCHER, ASSOCIATED PRESS

Tuukka Rask

On descend un peu plus loin. Qui connaît la meilleure séquence offensive ? Brad Marchand, avec 14 points dans les 10 derniers jours. Il est aidé évidemment par ses soirées de 5 points contre les Rangers de New York la semaine dernière et contre les Penguins de Pittsburgh lundi. Il compte 10 buts et 18 aides en 14 matchs.

Patrice Bergeron est le parent pauvre de son trio avec Marchand et Pastrnak… et il compte 7 buts et 8 aides en 14 matchs. Ces trois joueurs ont-ils trouvé le moyen d’ajouter un autre niveau d’excellence ?

« C’est une bonne question, reconnaît Bergeron. Pour l’instant, on ne pense pas à ça. On essaie juste de continuer à bien nous voir sur la glace. Marchand et Pastrnak sont en feu dernièrement. Il y a une belle chimie entre nous trois. Nous profitons aussi de notre expérience, nous nous connaissons bien. »

Zdeno Chara est un peu moins humble que son coéquipier.

« Je ne sais même pas si c’est le mieux qu’ils peuvent jouer ! Ils se comprennent bien, ils se voient bien. Ce n’est pas un secret qu’ils sont probablement le meilleur trio de la ligue en ce moment. Mais ils travaillent fort. Ils se battent. Ils ont cette passion et cette volonté d’en faire toujours un peu plus. Comme coéquipier, j’aime voir ça, j’aime les voir s’impliquer autant à devenir de meilleurs joueurs. Ils s’amusent. »

Pour l’entraîneur Bruce Cassidy, cet autre registre est celui surtout de David Pastrnak. Et ce n’est pas rien. Même s’il est tôt, il se dirige allègrement vers la meilleure saison offensive de sa carrière. On parle pourtant d’un joueur qui vient de connaître des saisons de 70, 80 et 81 points.

« Je ne suis pas surpris du trio, je les regarde depuis deux ans, a dit Cassidy. Ils sont très constants dans leur approche. Pastrnak a grandi le plus, simplement parce qu’il était le plus jeune et qu’il avait de la place pour s’améliorer. Il est plus impliqué pour aller chercher la rondelle, il offre un deuxième effort, et il est capable de le faire en raison de sa condition physique. Bergeron et Marchand sont Bergeron et Marchand. Ils font la même chose depuis longtemps. »

Un lent départ ?

Retour sur la page des statistiques du site officiel de la LNH. On fait un petit tour du côté des exploits d’équipe.

Qui présente le meilleur avantage numérique de la Ligue ? Les Bruins, à 30,6 %. La meilleure moyenne de buts accordés ? Les Bruins, à 2,14 par match. Ils sont troisièmes pour les buts marqués par match. Le désavantage numérique est leur plus spectaculaire talon d’Achille. Ils sont neuvièmes, à 86 %.

De l’avis général, il est parfois difficile de se relever si vite physiquement après un court été. Les bobos ont à peine eu le temps de guérir. Patrice Bergeron était d’ailleurs encore incommodé à l’aine en juillet. C’est aussi difficile parfois moralement d’encaisser la déception d’une finale de la Coupe Stanley perdue.

Pourtant, on croirait que les Bruins ont trouvé le moyen de faire mieux, malgré tout. Ils ont au moins un point dans 13 de leurs 14 matchs cette saison (fiche de 11-1-2) et ils sont sur une séquence de six victoires. Ils se retrouvent au deuxième rang du classement de la LNH, un point derrière les Capitals de Washington, mais avec deux matchs en main.

« On ne s’attendait pas à un plus lent départ, a avoué Cassidy. On a plusieurs joueurs compétitifs. On sentait que ça irait bien. On a bien géré leurs minutes durant le camp d’entraînement. On savait que nous avions deux bons gardiens et que nous pourrions faire une rotation tôt dans la saison. On se disait que le court été pourrait avoir un effet sur nos joueurs les plus utilisés plus tard dans la saison, en janvier ou février. Mais on verra rendus là. »

« C’est rassurant, a ajouté Bergeron. C’est agréable de voir que les gars ont pris le peu de temps de repos pour revenir de la bonne façon. Nous sommes aussi affamés. Nous savons que c’est une longue saison et que nous aurons des hauts et des bas. Nous ne devons pas regarder trop loin. C’est un beau défi. Je suis heureux de faire partie de cette équipe, c’est une équipe tissée serrée. Je veux me battre avec mes coéquipiers. »

1500 pour Chara

Par ailleurs, le match de mardi soir sera également le 1500e de Zdeno Chara dans la LNH. Le vétéran de 42 ans devancera donc Mike Modano au 21e rang de l’histoire.

PHOTO NICK TURCHIARO, USA TODAY SPORTS

Zdeno Chara

« Ça fait beaucoup de matchs. Je l’approche avec humilité. Il y a quelques personnes que je veux remercier, à commencer par mes parents. Ils ont fait un bon boulot pour m’élever. Ils ont sacrifié beaucoup pour que je puisse jouer au hockey. Ma femme, mes enfants, il y a tellement de monde. Je suis très chanceux et reconnaissant d’avoir pu être au bon endroit au bon moment. J’ai appris à connaître des gens exceptionnels en cours de route. Mes coéquipiers aussi, mes entraîneurs, ils m’ont aidé beaucoup et je n’aurais pas pu jouer sans eux. C’est une soirée spéciale. »