Les succès de John Carlson à Washington me ramènent souvent à l’année du centenaire chez le Canadien, en 2009-2010… dont c’est le dixième anniversaire cette saison.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Carlson aurait sans doute porté l’uniforme du Canadien, Ryan McDonagh aussi, si Bob Gainey n’avait pas ressenti la pression de gagner en cette saison de festivités. Et on ne chercherait sans doute pas à améliorer la défense dix ans plus tard. 

Carlson est le quatrième compteur de la LNH, toutes positions confondues, avec 23 points en 16 matchs. McDonagh est passé au Lightning après avoir été le capitaine des Rangers. Il est le défenseur le plus utilisé à Tampa cette saison.

Gainey a ressenti la pression de gagner en cette année centenaire, m’avait-il confié dans un élan de franchise, en 2017 à l’occasion du lancement du livre de Bertrand Raymond.

Le 30 juin 2009, Gainey avait échangé McDonagh, premier choix de l’équipe en 2007, et toujours à l’Université Wisconsin, avec Chris Higgins, entre autres, pour Scott Gomez. 

«C'est sûr qu'après les faits, c'est plutôt difficile d'affirmer que je ferais la même chose, m’avait-il dit. Et il est presque impossible de récréer des situations. C'était l'année du 100e anniversaire du Canadien. Nous avions besoin d'un joueur de centre. Dans le contexte du centenaire, il était important que l'équipe ait une chance d'avoir des résultats. On avait l'occasion de mettre la main sur un joueur de centre qui avait gagné la Coupe Stanley. On a parié et on a perdu.»

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Scott Gomez

Gomez venait renforcer une attaque bonifiée par l’acquisition des joueurs autonomes Brian Gionta et Mike Cammalleri. 

En juin 2008, on avait aussi ramené dans le giron de l’équipe une star québécoise, Alex Tanguay, en prévision évidemment d’une saison qui s’annoncerait mémorable un an plus tard. Le contrat de Tanguay venait à échéance à la fin de la saison 2008, mais on ne l’avait pas acquis à 26 ans dans une perspective à court terme malgré son statut contractuel. 

Mais une sérieuse blessure à l’épaule subie en fin de saison a modifié les plans. Tanguay, à sa grande déception, n’a pas été retenu par Bob Gainey et n’a jamais pu vivre le centenaire avec Gomez, Gionta et compagnie. 

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Alex Tanguay

Pour obtenir Tanguay, le Canadien a offert aux Flames son choix de première ronde, 25e au total, en 2008. Calgary a opté pour un robuste attaquant Greg Nemisz, dont la carrière professionnelle n’a pas duré très longtemps, après quelques saisons en demi-teinte dans la Ligue américaine. 

Le Canadien n’aurait pas réclamé Nemisz s’il avait conservé son choix. Carlson aurait résolument abouti dans le camp du Canadien, m’avait avoué Trevor Timmins en novembre 2017.

«John Carlson était au septième rang sur notre liste en 2008. Il était toujours disponible au 25e rang. Mais on a échangé ce choix à Calgary la veille du repêchage pour obtenir [Alex] Tanguay.»

Carlson, 29 ans, domine en ce début de saison après des saisons de 70 et 68 points et une Coupe Stanley il y a deux ans.

Timmins dit être devenu livide en constatant que Carlson était encore disponible au 25e rang.

«Nous avions obtenu un attaquant francophone qui avait fait ses preuves, c’était le 100e anniversaire de l’organisation, Bob [Gainey] voulait gagner rapidement, difficile d’argumenter. Mais je m’en souviendrai toujours. Le repêchage avait lieu à Ottawa, dans ma ville d’origine, toute ma famille y était et nous n’avions pas de choix de premier tour. J’avais envie de me cogner la tête sur la table... de lancer mon crayon.» 

Le Canadien s’est finalement rabattu sur Danny Kristo avec son choix de deuxième ronde. Plusieurs l’ont considéré comme un choix de première ronde puisqu’il a constitué le premier joueur choisi par l’organisation cette année-là, mais le taux de succès d'un 55e choix au total est généralement mince. 

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Danny Kristo

Le Canadien a aussi échangé un choix de deuxième ronde en 2009 pour Tanguay. Au 49e rang, les défenseurs Brian Dumoulin, Dmitry Orlov, Tyson Barrie étaient toujours disponibles. 

Orlov est le meilleur défenseur des Capitals après John Carlson. Quelle ironie quand même de songer au fait que le CH aurait pu piquer les deux meilleurs défenseurs des Capitals avec un peu de chance et de flair!

À cette époque, le Canadien comptait David Fischer, P.K. Subban et Yannick Weber dans sa banque d’espoirs du côté droit de la défense. Le premier jouait encore dans la NCAA mais ne progressait déjà plus, les deux autres étaient toujours dans les rangs juniors. Alexei Emelin se trouvait encore dans la KHL.

Andrei Markov, 31 ans, Marc-André Bergeron, 30 ans, appelé en renfort après la blessure de Markov, Roman Hamrlik, 36 ans, Jaroslav Spacek, 36 ans, Hal Gill, 35 ans, et Josh Gorges, 26 ans, constituaient alors la défense de l’équipe.

Le Canadien a tout de même atteint le carré d’as cette année-là, avant de s’incliner en cinq matchs devant les Flyers de Philadelphie. On a senti une grosse fièvre du printemps. 

Mais Tanguay n’y était déjà plus et l’année suivante, la carrière de Scott Gomez commençait à piquer du nez avec une production de 38 points, dont sept buts, en 80 matchs. En 2011, Bob Gainey était écarté au profit de Pierre Gauthier. Celui-ci n’allait pas durer plus d’un an et Marc Bergevin entamait un nouveau cycle.

En rétrospective, on peut l’affirmer dix ans plus tard: l’année du centenaire a fait mal à la pérennité de l’organisation. 

À lire

Guillaume Lefrançois nous offre ce matin des interviews avec Austin Lemieux et Carson Brière, les fils de Mario et Daniel, et leur vie en Arizona dans la NCAA. Lemieux fait des jaloux non seulement en étant le fils du Magnifique, mais aussi l'ancien hôte d'un célèbre joueur... Et si vous avez encore le temps, j'ai pondu ce weekend un texte sur Cayden Primeau et l'histoire derrière sa sélection en septième ronde.