Les choses changent vite au hockey. Brett Kulak en sait quelque chose et il en a eu une autre preuve aujourd’hui.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Laissé de côté lors des deux derniers matchs, critiqué par Claude Julien en point de presse hier, Kulak formait ce matin un duo avec Jeff Petry. C’est dans ce rôle qu’il reviendra au jeu ce soir, contre les Blues de St. Louis, au Centre Bell.

« On a huit défenseurs en santé, on n’a pas joué deux très bons matchs collectivement, ni moi personnellement. Donc, je n’ai pas été très surpris d’être laissé de côté. Je suis content d’être de retour », a confié Kulak, après l’entraînement matinal à Brossard.

Kulak et Petry n’ont pas patiné ensemble depuis la fin de la dernière saison, mais les deux arrières ont passé une bonne partie de la dernière saison ensemble.

« Jeff est un bon défenseur. C’est toujours bien de jouer avec lui, a indiqué Kulak. On a joué ensemble et connu du succès. On va essayer de bâtir là-dessus. J’ai les jambes fraîches, je vais essayer d’amener quelque chose à l’équipe. »

Le retour de Kulak est néanmoins un rebondissement inattendu, 24 heures après que Julien eut souligné qu’il avait connu « de grosses difficultés » jusqu’ici.

Cela dit, Kulak n’en est pas à un rebondissement près : l’an dernier, il avait été laissé de côté pour un match au Colorado… après avoir été employé avec Shea Weber au sein du premier duo lors du match précédent !

Le grand Albertain tentera donc de reprendre où il avait laissé l’an dernier. Rappelé après le premier quart de la saison, il avait disputé 57 des 60 derniers matchs du CH, s’établissant comme un membre permanent de l’unité défensive. Marc Bergevin avait en quelque sorte confirmé ce statut en lui octroyant une entente de trois ans l’été dernier.

La nouvelle affectation de Kulak signifie que Ben Chiarot est rétrogradé au sein de la troisième unité, avec Christian Folin. Chiarot jouait jusqu’ici en moyenne 23 minutes par match, un chiffre largement supérieur à sa moyenne de 18 minutes l’an dernier à Winnipeg. Ces 18 minutes constituaient déjà un sommet pour lui dans sa carrière.

« On peut être bons pour neutraliser leurs attaquants, a jugé Folin. S’ils s’installent dans notre zone et créent du momentum, ça peut être difficile. On peut donc les arrêter dans les coins dès le départ pour les empêcher de tourner en rond, et ça nous aidera à organiser une sortie de zone plus rapidement. »

Suzuki et Weal inversés

À l’avant, Nick Suzuki a pris des répétitions au sein du quatrième trio. Son poste d’ailier à la droite de Max Domi était occupé par Jordan Weal.

BERNARD BRAULT

Nate Thompson, Jordan Weal et Nick Suzuki devant Claude Julien.

« Je pourrais les inverser en milieu de première période, a rappelé Julien. Ils sont très interchangeables. Ce n’est pas parce que je ne suis pas fâché ou très heureux d’un ou l’autre. Dans cette situation, on se donne plus d’expérience à la droite de Domi, contre les champions en titre. Et Nick jouera avec un excellent joueur très rapide, Paul Byron, en plus de Nate Thompson, qui connaît un bon départ. »

Formation probable pour ce soir

Tatar-Danault-Gallagher
Lehkonen-Domi-Weal
Drouin-Kotkaniemi-Armia
Byron-Thompson-Suzuki

Mete-Weber
Kulak-Petry
Chiarot-Folin

Price