Quatre jours après sa victoire spectaculaire face aux Maple Leafs de Toronto, le Canadien retrouvera sur son chemin un autre rival de section qui n’a pas perdu en temps réglementaire en trois sorties cette saison.

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse canadienne

Le Canadien (1-0-1) croisera le fer avec les Sabres de Buffalo (2-0-1) mercredi. Il fera ensuite sa grande rentrée montréalaise jeudi en accueillant les Red Wings de Detroit.

La troupe de Claude Julien savait déjà que la bataille serait difficile cette saison au sein de la section Atlantique. Elle doit espérer que les Sabres ne se rajouteront pas au groupe de pointe anticipé, déjà bien rempli avec le Lightning de Tampa Bay, les Maple Leafs, les Bruins de Boston et les Panthers de la Floride.

« Nous savons à quel point ils sont dangereux, particulièrement quand leurs attaquants ont la rondelle, a noté Brendan Gallagher au sujet des Sabres. Il faut réduire leur temps et espace quand ils ont la rondelle. Si vous leur donnez trop de temps, ils vont vous le faire payer.

« Quand nous avons eu du succès contre eux, nous ne les lâchions jamais. »

Sept des 11 derniers duels entre le Canadien et les Sabres se sont terminés avec un écart d’un seul but. Cinq ont nécessité la présentation d’un bris d’égalité. Le Tricolore a eu l’avantage 6-2-3 au cours de cette période.

« C’est une bonne équipe structurée avec quatre bons trios, a mentionné Phillip Danault. Leur défensive s’améliore aussi avec (Rasmus) Dahlin. Ça va être un match intense. »

Sous la direction du nouvel entraîneur-chef Ralph Krueger, les Sabres connaissent un bon départ. Ils ont marqué 13 buts en trois rencontres. L’attaquant recrue Victor Olofsson en a inscrit trois, gonflant sa production à cinq buts à ses neuf premières parties dans la LNH.

« C’est une bonne équipe et elle l’était aussi la saison dernière, a rappelé Julien. Ils avaient connu un bon départ et étaient en première position. Ils ont gagné 10 matchs d’affilée. C’est une équipe avec un très bon potentiel. De notre côté, nous venons d’affronter deux excellentes équipes — la Caroline et Toronto. Ça démontre que la compétition sera féroce dans notre association cette saison. »

Le Canadien a profité des deux derniers jours d’entraînement pour continuer à peaufiner son jeu. L’accent a été mis sur la relance et l’avantage numérique.

« Il faut attaquer à trois contre deux le plus souvent possible, a expliqué Danault. Dans les deux derniers matchs, les défenseurs descendaient souvent le long de la rampe pour tenter de maintenir l’attaque. C’est important pour les centres de bien appuyer notre défensive en amenant de la vitesse. »

Cousins n’est pas du voyage

L’attaquant Nick Cousins n’a pas participé à l’entraînement du Canadien pour une deuxième journée de suite. Julien a précisé qu’il souffrait d’une blessure au dos et qu’il n’accompagnerait pas l’équipe à Buffalo.

Julien a ajouté que l’état de santé de Cousins sera réévalué de manière quotidienne.

Cousins, qui est âgé de 26 ans, a été laissé de côté lors des deux premiers matchs du Tricolore cette saison. Il a signé un contrat d’une saison d’une valeur d’un million de dollars avec le Canadien le 5 juillet.

De son côté, le défenseur Shea Weber a obtenu congé d’entraînement, mardi.

Par ailleurs, Julien n’a pas voulu dévoiler l’identité du gardien qui allait affronter les Sabres. Il a toutefois indiqué que Keith Kinkaid allait obtenir un premier départ avec sa nouvelle équipe au cours de la semaine.