Un bon DG a besoin de flair, et parfois aussi de chance. 

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Nick Suzuki n’a pas encore disputé de match en saison régulière dans la LNH, mais ses performances cette semaine lors des rencontres préparatoires soulèvent beaucoup de passion. 

On doit sa présence dans l’organisation du Canadien à Max Pacioretty, et à plus d’un chapitre. 

Non seulement l’ancien capitaine du Canadien a-t-il servi de monnaie d’échange avec les Golden Knights de Vegas, mais sans son refus de négocier une prolongation de contrat avec les Kings de Los Angeles, en février 2018, Suzuki appartiendrait sans doute à un autre club en reconstruction. 

Les discussions étaient sérieuses entre Montréal et Los Angeles. Mais les Kings tenaient à s’assurer de mettre Pacioretty sous contrat à long terme avant de procéder à la transaction. Non seulement Pacioretty a-t-il refusé de le faire, mais il a changé d’agent au cours de cette période. 

Le défenseur gaucher Jake Muzzin aurait été offert au Canadien. Le reste de l’offre demeure floue. Certains analystes ont évoqué le nom de Tyler Toffoli. D’autres ont parlé de l’espoir Gabriel Vilardi. Une source bien au fait du dossier m'a confirmé ce matin qu'il y avait quelques scénarios sur la table, mais qu'ils excluaient Toffoli et Vilardi. Il y avait bel et bien un choix de première ronde sur la table et un joueur établi. 

Muzzin est passé aux Maple Leafs de Toronto peu de temps après en retour d’un choix de première ronde. C’est un défenseur numéro trois ou quatre. Il aura droit à l’autonomie complète à la fin de la saison. 

Le choix de première ronde aurait été intéressant, si les Kings avaient fait une telle offre. Le Canadien aurait repêché au 20e rang en plus de compter sur son choix au troisième rang (Jesperi Kotkaniemi). Les Kings ont repeché Rasmus Kupari avec ce choix.

Mais les négociations ont avorté et Bergevin a eu à patienter quelques mois de plus avant d’échanger son capitaine. Le retour pour Pacioretty fait encore plus saliver aujourd’hui. Tomas Tatar a amassé 58 points l’an dernier. Suzuki forcera peut-être la direction à lui faire une place dans la formation dès cette saison. 

Pour un deuxième match consécutif, le jeune homme de 20 ans a été l’attaquant le plus utilisé par Claude Julien. Il a brillé dans toutes les situations et montre une créativité exceptionnelle. Hier encore, il a semblé s’améliorer au fil du match, alors que certains jeunes s’essoufflent après quelques périodes. 

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Nick Suzuki

Le Canadien a aussi reçu un choix de deuxième ronde dans la transaction. Marc Bergevin l’a échangé pour obtenir des choix de troisième et cinquième rondes. Mattias Norlinder pourrait devenir un espoir de premier plan. Il a déjà un impact à 19 ans au sein du puissant club Modo, en Suède. Jakob LeGuerrier a un profil moins excitant, pour être poli. 

Méfiez-vous désormais des analystes prêts à échanger des choix de première ronde ou des espoirs en affirmant qu’ils n’ont jamais mis les pieds sur une patinoire de la LNH et que leur avenir est en conséquence incertain ; ou qui préfèrent obtenir du renfort à court terme au lieu d’espoirs ou de choix pour les mêmes raisons. 

Ces jeunes finissent par aboutir sur une patinoire de la LNH. Certains avec succès, d’autres non. Mais quand leur profil nous permet de prédire une belle carrière, méfiance. Ryan Poehling et Nick Suzuki montraient déjà de belles promesses. Les donner aux Sénateurs d’Ottawa pour un Matt Duchene, par exemple, aurait constitué une gaffe majeure. 

Claude Julien a désormais un heureux casse-tête. Avec 15 joueurs sous contrat excluant Poehling et Suzuki, peut-il faire une place à ces deux jeunes pour ouvrir la saison ? Pour l’instant, Poehling est au repos en raison d’une commotion cérébrale, apprend-on ce matin. Il a été en mesure de terminer la rencontre de mercredi après avoir été durement frappé par derrière, mais on se demande pourquoi un marqueur de la LNH ne l’a pas retiré pour l’examiner. Paul Byron est tombé au combat hier. On en saura sans doute plus long sur son état ce matin.

À LIRE

Notre distingué collègue Philippe Cantin donne ses notes estivales aux clubs professionnels montréalais. Plutôt d'accord dans le cas des Alouettes et de l'Impact, mais je le trouve un peu sévère avec le Canadien.