Les Devils du New Jersey, visiteurs ce soir au Centre Bell, entament une année importante. 

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

L’acquisition de P.K. Subban, avec son salaire annuel de 9 millions, l’embauche de Wayne Simmonds à 5 millions et de Nikita Gusev à 4,5 millions prouvent que la direction veut des résultats rapides. 

On veut aussi prouver à Taylor Hall, joueur autonome sans compensation à la fin de la saison, qu’il a intérêt à s’entendre à long terme avec l’équipe. 

Les Devils vivent un processus de réinitialisation. Ils ont obtenu le premier choix au total deux fois dans les trois dernières années. Ils ont aussi obtenu le sixième choix au total en 2015. 

Ils ont surpris en 2017-2018 avec une participation aux séries, mais connu une autre affreuse saison l’hiver dernier. 

Repêcher parmi les premiers n’est évidemment pas un gage de succès. Seulement cinq organisations ont pu repêcher plus d’une fois parmi les deux premiers depuis dix ans. 

Les Devils ont participé aux séries une fois en sept ans. Les Oilers d’Edmonton une fois en 13 ans. Les Sabres de Buffalo ont été exclus des séries lors des huit dernières années. Les Panthers de la Floride y ont participé une fois en sept ans. Seule l’Avalanche du Colorado a eu un peu plus de succès avec trois participations en neuf ans. 

Même si l’avenir semble prometteur, le succès n’est pas assuré au New Jersey. Jack Hughes, premier choix en 2019, et Nico Hischier, premier choix en 2017, assurent une formidable relève au centre. 

Hughes a été dominant au sein du programme de développement américain ces dernières années. Il y a obtenu 52 points, dont 13 buts, en 26 matchs. Son ailier repêché par le Canadien, Cole Caufield, en a amassé 59, dont 43 buts, en 36 matchs. 

Voyons quel impact pourra avoir Hughes à sa première saison dans la LNH avec son gabarit de 5 pieds 10 pouces et 170 livres.

Hischier a obtenu 52 points à sa première saison. Il en a amassé 47 en 69 matchs l’an passé. Il a été blessé, son ailier Taylor Hall a raté presque toute la saison. 

L’arrivée de Gusev, 27 ans, 82 points en 62 matchs l’an dernier dans la KHL, Subban et peut-être du jeune défenseur Ty Smith, 19 ans, viendront combler des trous au New Jersey. 

Mais le DG Ray Shero et ses recruteurs ont aussi fait des gaffes importantes au repêchage. Shero avait de grandes attentes envers Pavel Zacha, sixième choix au total en 2015. Shero venait d’entrer en poste, après son licenciement à Pittsburgh, et il s’était impliqué dans le processus. 

« Notre premier choix était probablement le meilleur joueur disponible, avait confié Shero aux journalistes le soir du repêchage. S’il y avait eu un défenseur qui avait eu une plus grande valeur à nos yeux, nous l’aurions choisi. Mais on ne voulait pas prendre le risque de perdre Zacha. »

Le jeune homme de 21 ans n’a jamais réussi à amasser plus de 25 points dans chacune de ses trois premières saisons dans la LNH. Il vient de signer un nouveau contrat passerelle de 6,75 millions pour trois ans après avoir menacé de jouer dans la KHL. 

Les défenseurs toujours disponibles cette année-là ? Ivan Provorov, Zack Werenski et Thomas Chabot. Mikko Rantanen, Timo Meier, Mathew Barzal, Kyle Connor et Brock Boeser étaient toujours disponibles. 

L’année suivante, Shero jetait son dévolu sur Michael McLeod au 12e rang. Au Championnat mondial des moins de 18 ans, quelques mois avant le repêchage, McLeod montrait bien des pointes de vitesse impressionnantes, mais une compréhension du jeu nettement inférieure à la moyenne. Il a disputé 21 matchs dans la LNH depuis ce repêchage, obtenu trois aides. Le défenseur numéro un des Bruins, Charlie McAvoy, a été repêché deux rangs plus loin, Jakob Chychrun quatre rangs après.

Pour une reconstruction réussie, rater son coup deux années de suite avec des choix dans le top 12 peut faire mal. 

Déjà, pour 2017, certains joueurs montrent un profil plus prometteur que Hischier, malgré tout le talent de celui-ci. Miro Heiskanen, troisième choix au total, et Cale Makar, quatrième, sont les meilleurs jeunes défenseurs de leur génération. Elias Pettersson, choisi sixième, a obtenu 66 points en 71 matchs à sa première saison dans la LNH. 

Il n’y aura pas beaucoup de visages connus ce soir au Centre Bell. Hughes, Gusev, Subban, Travis Zajac, Simmonds, Andy Greene et Cory Schneider ont tous joué la veille à domicile contre les Bruins. Hall ne dispute aucun des deux premiers matchs. Il faudra donc se contenter de Hischier, Will Butcher et Kyle Palmieri. 

Le Canadien enverra le trio de Max Domi, Jonathan Drouin et Artturi Lekhonen, et celui de Charles Hudon, Nick Suzuki et Jordan Weal, l’un des meilleurs hier après-midi lors du match simulé. J’ai beaucoup aimé Suzuki. Drouin a même osé le comparer à Brayden Point après la rencontre. 

Mais le meilleur joueur sur la glace, Jesperi Kotkaniemi, devra attendre le prochain match. Kotkaniemi semble avoir grandi en puissance et en confiance. Imaginez avec un ailier droit capable de marquer…

En défense, vous aurez quelques jeunes joueurs en lutte pour un poste. Après Shea Weber et Victor Mete, un duo indissociable, Claude Julien enverra Brett Kulak avec la recrue Josh Brook et Xavier Ouellet avec Cale Fleury. Carey Price et son dauphin Cayden Primeau seront devant le filet.

À LIRE

Plus ça change, plus c’est pareil pour l’Impact. Les entraîneurs changent, mais les déceptions continuent de s’accumuler. Des paroles, des paroles, écrit Alexandre Pratt, pour citer la célèbre Dalida...