(Chicago) Une étude posthume du cerveau de Stan Mikita a démontré que l’ancienne légende des Blackhawks de Chicago était atteinte d’encéphalopathie traumatique chronique (ETC) au moment de son décès il y a un peu plus d’un an.

Jay Cohen
Associated Press

La docteure Ann McKee, directrice du Centre spécialisé en ETC de l’Université de Boston, en a fait l’annonce vendredi soir, à la demande de la famille de Mikita, lors d’un événement caritatif tenu à Chicago.

L’ETC est une maladie dégénérative du cerveau associée aux coups répétés à la tête. Elle peut causer des pertes de mémoire, des comportements agressifs et d’autres difficultés cognitives. Elle peut être diagnostiquée seulement après un décès.

AP

Stan Mikita lors d'une cérémonie à Chicago en juillet 2011.

Mikita, qui a aidé les Blackhawks à gagner la coupe Stanley en 1961, a rendu l’âme en août 2018, à l’âge de 78 ans.

Son état de santé n’avait cessé de se détériorer à la suite d’un diagnostic de démence à corps de Lewy, une maladie progressive qui cause des problèmes au niveau de la pensée, du mouvement, du comportement et de l’humeur.

Selon la docteure McKee, l’ETC et la démence à corps de Lewy sont deux maladies dégénératives qui, selon les recherches, sont associées à de longues carrières dans des sports de contact comme le hockey.

Mikita a passé toute sa carrière avec les Blackhawks, à compter de 1959 jusqu’à sa retraite, après 17 matchs lors de la saison 1979-80. Il est meneur dans l’histoire de l’équipe au chapitre des aides (926), des points (1467) et des matchs joués (1394) et deuxième derrière Bobby Hull au chapitre des buts marqués (541).

AP

Stan Mikita dans l'uniforme des Blackhawks en octobre 1961.

En carrière, il a remporté quatre fois le trophée Art-Ross (meilleur marqueur), deux fois le trophée Hart (joueur le plus utile) et deux fois le trophée Lady-Byng.

Il a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1983 et il est le premier joueur dans l’histoire des Blackhawks à voir son chandail retiré, en 1980.

La famille de Mikita a refusé de parler aux médias lors du souper. Jane, la fille de Mikita, a accepté le Courage Award pour 2019 au nom de la famille.