Le nouveau président des Rangers de New York, John Davidson, n’a pas voulu promettre une participation aux séries éliminatoires, hier lors de l’ouverture du camp d’entraînement des Blue Shirts. 

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

On vient d’offrir 81 millions à Artemi Panarin, mais la patience reste de mise à New York. 

« En entamant une année comme celle-ci, tu souhaites de l’amélioration, évidemment, a déclaré Davidson aux journalistes hier. Il y a beaucoup de parité. Il faut rester humble. Les séries éliminatoires demeurent un objectif, mais il faut voir une amélioration pour l’avenir à long terme de cette organisation. »

La direction reste ainsi fidèle à son plan de reconstruction entamé il y a deux ans et annoncé dans une lettre publique à l’intention des partisans.  

On s’est quand même permis quelques gâteries cet été. Le défenseur de 25 ans Jacob Trouba a été obtenu des Jets pour Neil Pionk et un choix de première ronde. Trouba a amassé 50 points l’an dernier. 

Le jeune défenseur Adam Fox, 21 ans, un droitier comme Trouba, a été acquis des Hurricanes de la Caroline en retour de deux choix de deuxième ronde (l’un des choix de deuxième ronde sera substitué par un choix de troisième si Fox ne joue pas au moins 30 matchs cette saison). Fox a amassé 48 points en 33 matchs l’an dernier. 

Et il y a aussi bien sûr Panarin, 27 ans, leur nouvel attaquant numéro un. Il deviendra un atout de taille pour leur centre Mika Zibanejad, 26 ans. Zibanejad a finalement débloqué à la hauteur des attentes l’an dernier avec 74 points, dont 30 buts. 

PHOTO PAUL VERNON, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Artemi Panarin

Le DG des Rangers, Jeff Gorton, a manœuvré habilement. On accélère un peu la reconstruction, mais avec des joueurs de 27 ans ou moins. Les Rangers comptent seulement trois joueurs de 30 ans ou plus dans leur formation, Marc Staal (32 ans), Brendan Smith (30 ans) et Henrik Lundqvist (37 ans). Staal, et surtout Smith, ne seront pas des piliers cet hiver comme peuvent l’être Carey Price et Shea Weber à Montréal. 

On fonde évidemment beaucoup d’espoir en Kakko, deuxième choix au total derrière Jack Hughes en juin. Kakko, 18 ans, a marqué six buts en dix matchs pour la Finlande au Championnat mondial ce printemps.

L’attaquant Vitaly Kravtsov, 19 ans, huitième choix au total en 2018, aura lui aussi toutes les chances de percer la formation. 

Les choix de première ronde en 2017 Lias Andersson (7e au total) et Filip Chytil (21e au total) seront de retour pour une deuxième saison, après une année modeste l’an dernier. Andersson a obtenu six points en 42 matchs, Chytil 23 points en 75 matchs. Mais ils ont l’âge de Nick Suzuki (13e au total) et Ryan Poehling (25e au total), ne l’oublions pas. 

Davidson fait bien d’user de prudence. L’équipe demeure très inexpérimentée. Après Zibanejad, on retrouve Ryan Strome, Chytil et Brett Howden au centre. En défense, il faudra trouver une cohésion avec trois nouveaux-venus. Le gardien Lundqvist ne rajeunit pas et vient de connaître sa pire saison en carrière.

Mais pour une cure de rajeunissement efficace, il faut larguer des vétérans de valeur. Les Rangers n’ont pas obtenu six choix de première ronde dans les trois dernières saisons pour rien.

Davidson, 66 ans, connaît bien le tabac. À son arrivée à St. Louis comme président, en 2006, les Blues venaient de connaître leur pire saison depuis 1979. On avait entamé la reconstruction quelques années plus tôt, avec Jarmo Kekalainen à la tête des recruteurs de l’équipe.

On a accéléré encore davantage la reconstruction cette année-là en échangeant les leaders Doug Weight et Keith Tkachuk pour des choix de première ronde. Lee Stempniak, Brad Boyes et Martin Rucinsky ont été les suivants à lever les feutres. St. Louis a mis cinq ans avant de devenir dominant. Mais ils ont soulevé la Coupe Stanley une première fois douze ans plus tard seulement.

Le scénario s’est répété en 2012 à Columbus avec le transfert de Davidson des Blues aux Blue Jackets. Columbus venait de connaître une affreuse saison de 65 points. 

PHOTO EAMON QUEENEY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

John Davidson

Le capitaine Rick Nash, Jeff Carter, Marc Methot et Antoine Vermette ont été échangés pour des choix au repêchage. Derick Brassard allait suivre un an plus tard. 

Columbus n’a pas bien profité de la situation puisqu’on a repêché Kerby Rychel et Marko Dano avec les choix obtenus pour Nash et Carter (une cuvée 2013 faible dans l’ensemble cependant). Mais on s’est repris au cours des années suivantes avec Zack Werenski et Pierre-Luc Dubois. L’échange de Ryan Johansen pour Seth Jones a été marquant. Columbus a participé aux séries lors des trois dernières saisons.

Mais les départs de Panarin, Sergei Bobrovsky et Matt Duchene l’été dernier ont marqué la fin d’un cycle. John Davidson en a profité pour joindre les Rangers, une organisation à laquelle il était attaché comme gardien, puis analyste et aussi, surtout, une équipe qui lui permet de faire ce qu’il adore : reconstruire…

À LIRE

Jean-Francois Tremblay dresse un portrait fort intéressant du grand manitou du Rocket de Laval, Joël Bouchard, l'homme chargé de développer les meilleurs espoirs de l'organisation.