Le Canadien a bien du mal à attirer des joueurs autonomes, mais le club montréalais veut au moins tenter de garder ses propres joueurs. Dans le haut de cette liste de joueurs à retenir, il y a le nom de Max Domi.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Domi a encore un contrat pour la prochaine saison, et il pourrait devenir joueur autonome avec restriction dans un an seulement, à l’été 2020. Mais cela n’empêche pas Marc Bergevin de commencer à prendre un peu d’avance dans ce dossier.

« Il y a eu des discussions au début de l’été, a confirmé le DG lors du tournoi de golf annuel, hier matin à Laval-sur-le-Lac. C’est certain que j’aimerais le garder avec nous à long terme. Si on recule d’une année, dans l’opinion publique, on n’était pas certain que c’était un bon coup d’aller le chercher. Je pense qu’aujourd’hui, les partisans sont fiers de Max Domi. »

On a souvent critiqué Bergevin pour ses décisions (et aussi, pour ses absences de décision), mais on peut probablement affirmer que l’acquisition de Domi, en juin 2018, fait partie de ses meilleurs coups depuis son arrivée au Centre Bell, en 2012. Domi a été obtenu des Coyotes de l’Arizona en retour d’un joueur, Alex Galchenyuk, qui n’est déjà plus avec cette équipe (il porte maintenant le maillot des Penguins de Pittsburgh).

Mieux encore, Domi a répondu à ce déménagement avec la meilleure saison de sa carrière : il a récolté 72 points en 82 rencontres la saison dernière. Cela laisse croire que la prochaine fois, il sera en position d’exiger beaucoup plus que le salaire de 3,1 millions de dollars que le Canadien va lui verser cette saison.

Montréal

Autre rareté, que le Canadien doit chérir au plus haut point, on présume : il se trouve que Domi adore jouer à Montréal et qu’il adore patiner pour une équipe qui n’a pas l’habitude d’attirer les compliments chez les joueurs de hockey du continent.

« Je m’entraîne l’été avec d’autres joueurs dans cette ligue, et quand les gars me demandent de parler de Montréal, je leur dis que j’adore jouer ici, a-t-il tenu à dire. C’est formidable ici. C’est tout ce que je peux faire avec les autres joueurs, vraiment ; on ne peut forcer personne à aller jouer quelque part. »

Les joueurs prennent leurs propres décisions, mais les gars qui sont ici avec notre équipe trouvent tous que c’est incroyable de jouer à Montréal.

Max Domi

Reste à voir si Domi trouve ça incroyable au point de vouloir poursuivre sa carrière ici pendant de nombreuses saisons, comme le souhaitent ses patrons. À ce chapitre, Bergevin ne prévoit aucun obstacle majeur dans la suite des négociations avec son joueur de 24 ans.

« Max a des droits d’arbitrage, donc son contrat va se régler. Les joueurs qui ont des disputes salariales présentement n’ont pas de droits en arbitrage. Il n’y a pas de solution. Le prochain contrat de Max, on aimerait le régler, tout va se faire. On a besoin des deux parties pour s’entendre, mais il n’y a pas d’inquiétudes. On va s’arranger pour avoir Max Domi à long terme à Montréal. »