Les Sharks de San Jose viennent de réussir l’un des retours les plus spectaculaires de l’histoire des séries éliminatoires de la LNH.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Non seulement tiraient-ils de l’arrière 3 matchs à 1 dans leur série contre les Golden Knights, mais Vegas menait 3-0 au score avec un peu plus de dix minutes faire en troisième période, hier soir.

L’attaquant de Vegas, Cody Eakin, a toutefois ouvert une porte à l’ennemi en blessant le capitaine Joe Pavelski avec un violent double-échec à la cage thoracique. Il a écopé d’une pénalité majeure et d’une inconduite de match.

PHOTO JEFF CHIU, ASSOCIATED PRESS

Cody Eakin (à gauche) a écopé d’une pénalité majeure et d’une inconduite de match pour avoir blessé Joe Pavelski (à droite) avec un double-échec à la cage thoracique.

Un arbitre plus débonnaire lui aurait décerné une punition mineure, mais Paul Stastny venait de compléter le boulot en projetant Pavelski sur la glace alors que celui-ci était déjà en perte d’équilibre et la blessure a aggravé le geste. 

Les vannes étaient ouvertes et les Sharks ont marqué quatre buts en trois minutes. Marc-André Fleury avait la vue voilée sur deux de ces buts, mais il a mal paru sur les deux autres. Carey Price aurait accordé de tels buts que ses détracteurs le lui reprocheraient pour les vingt prochaines années, minimum.

Vegas a pu créer l’égalité dans la dernière minute après avoir retiré son gardien au profit d’un attaquant supplémentaire, mais en prolongation, un obscur joueur, Barclay Goodrow, 26 ans, jamais repêché, sept buts en saison régulière, sept buts la saison précédente, a marqué l’un des buts les plus importants de l’histoire des Sharks et éliminé les Golden Knights.

Le type de but que tout gamin rêve de marquer en jouant dans la ruelle dans son imaginaire d’enfant.

Les faits saillants du match se trouvent ici.

Les Sharks et les Golden Knights avaient emprunté la même recette cette année: céder de jeunes actifs et des choix pour renforcer leur formation à court terme.

L’été dernier, San Jose a donné aux Sénateurs deux joueurs de leur formation régulière, leur choix de première ronde en 2017 (Josh Norris) et un choix de première ronde en 2020 pour Erik Karlsson.

Un choix de première ronde en 2021 s’ajoutera au lot si les Sharks atteignent la finale de la Coupe Stanley ou si Karlsson signe une prolongation de contrat avec San Jose. Les Sharks ont aussi cédé un choix de troisième ronde aux Red Wings pour Gustav Nyqvist. Ce choix se transposera en choix de deuxième ronde si les Sharks parviennent à la finale ou si Nyqvist renonce à son autonomie complète et demeure à San Jose.

PHOTO BEN MARGOT, AP

Les Golden Knights ont donné les espoirs Nick Suzuki et Erik Brannstrom et leurs choix de deuxième ronde en 2019 et 2020 pour obtenir Max Pacioretty (à gauche) et Mark Stone (au centre).

Vegas a donné deux joueurs repêchés en première ronde du repêchage de 2017, Nick Suzuki et Erik Brannstrom, et ses choix de deuxième ronde en 2019 et 2020 pour obtenir Max Pacioretty et Mark Stone.

Rien de dramatique

L’élimination des Golden Knights fait donc mal. Au moins, Pacioretty et Stone ont signé des prolongations de contrat de plusieurs saisons et Vegas sera compétitif à nouveau l’an prochain, et probablement la saison suivante.

Mais les piliers de l’équipe sont dans la fin vingtaine, sinon la trentaine, sans compter le gardien, Marc-André Fleury, 35 ans en novembre.

La situation n’a rien de dramatique pour Vegas, par contre, le «créneau favorable» pour remporter la Coupe Stanley se rétrécit d’un an (merci à Simon Snake Boisvert pour l’expression qui permet de chasser le vilain anglicisme «fenêtre d’opportunité»).

À moyen et long terme, la perte d’espoirs tels Suzuki et Brannstrom, de même que leur choix de première ronde en 2018 gaspillé pour Tomas Tatar, deux choix de deuxième ronde en juin pour ce même Tatar et Pacioretty, et un choix de deuxième ronde en 2020 pour Stone, peut créer un vide.

Mais le DG George McPhee détenait déjà l’avantage de disposer d’une banque impressionnante de choix accumulés lors de son entrée dans la Ligue. Ainsi, les choix de deuxième ronde en 2019 offerts au Canadien et aux Red Wings pour Tatar et Pacioretty avaient été obtenu des Blue Jackets et des Islanders en marge du repêchage de l’élargissement des cadres. Vegas a son propre choix de deuxième ronde en banque.

Pour 2020, les Golden Knights ont donné aux Sénateurs le choix de deuxième ronde appartenant aux Stars de Dallas (pour Marc Methot) dans la transaction de Stone, mais ils en ont encore deux: le leur et celui des Penguins. Pittsburgh leur avait en effet cédé ce choix en leur faisant promettre de choisir… Marc-André Fleury lors du repêchage de l’élargissement des cadres.

McPhee a aussi sagement pu conserver ses choix de première ronde en 2019 et 2020.

PHOTO JOHN LOCHER, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Le directeur général des Golden Knights, George McPhee, aura des décisions difficiles à prendre pour se conformer au plafond salarial.

Par contre, le DG des Golden Knights aura lui aussi des décisions difficiles à prendre pour se conformer au plafond salarial, avec les augmentations salariales accordées à Stone, Pacioretty, Alex Tuch et Nate Schmidt. Il devra aussi régler le sort de William Karlsson, un joueur autonome avec compensation.

On en parlait d’ailleurs déjà à Vegas il y a plusieurs mois.

Une équipe comme le Canadien pourrait enlever à McPhee une épine de son pied en acceptant David Clarkson et la dernière année de son contrat évalué à 5,2 millions. Clarkson est blessé depuis plusieurs années et ne jouera plus au hockey. Vegas l’avait reçu des Blue Jackets moyennant un choix de première ronde et la promesse de choisir William Karlsson lors du repêchage de l’élargissement des cadres en 2017.

À LIRE

J’ai dévoré ce matin l’analyse de Guillaume Lefrançois, dans laquelle il dissèque le plan du président des Maple Leafs, Brendan Shanahan, échafaudé à compter de 2014, et dont on attend encore les aboutissements.