Après la déception de ne pas faire les séries, le Canadien a offert à ses partisans hier un peu d'espoir, et un nom à retenir en prévision de la prochaine saison : Ryan Poehling.

Publié le 7 avr. 2019
RICHARD LABBÉ, GUILLAUME LEFRANÇOIS LA PRESSE

Lindgren heureux de son match

C'était le premier match de la saison au Centre Bell pour Charlie Lindgren, et dans l'ensemble, le jeune homme s'est plutôt bien débrouillé. Il s'est aventuré un peu trop loin de son filet sur le quatrième but des Maple Leafs, celui de Nylander, mais les deux premiers filets n'étaient pas de sa faute, et il a aussi réussi quelques arrêts spectaculaires de la mitaine, dont un, fabuleux, aux dépens d'Auston Matthews, alors qu'il y avait une pénalité à retardement signalée au Canadien. En tout, le gardien de 25 ans a réalisé 44 arrêts sur 49 tirs. « J'étais un peu nerveux avant le match, ça faisait environ un an que je n'avais pas joué ici, a-t-il expliqué. Mais je voyais ce match-là un peu comme une audition, et je pense que je peux être satisfait de ma performance. »

Mais que faisait Andersen devant le filet ?

Mike Babcock est généralement considéré comme l'un des meilleurs entraîneurs au hockey, mais parfois, il prend des décisions qui peuvent laisser pantois. Ainsi, le coach des Maple Leafs a choisi d'envoyer son gardien numéro un, Frederik Andersen, devant le filet hier soir, dans un match qui ne voulait absolument rien dire. Évidemment, la tragédie a failli frapper quand le gardien des Leafs s'est fait renverser alors qu'Andrew Shaw, qui fonçait au filet, s'est fait faire sauter les patins par Jake Gardiner lors de la deuxième période. Andersen est resté étendu sur la glace l'espace de quelques instants, avant de se relever, à l'immense soulagement des nombreux partisans des Leafs sur place. Babcock avait pris une autre décision pour le moins discutable en exigeant la reprise vidéo sur le premier but de Ryan Poehling, en première période, une perte de temps qui n'a fait que confirmer le premier but en carrière du nouveau membre du Canadien.

L'avantage numérique conclut sur une bonne note

La saison a été pour le moins difficile pour l'avantage numérique du Canadien, mais au moins, cette unité a pu trouver le moyen de conclure la saison sur une bonne note. Le Canadien a marqué un but hier soir à cinq contre quatre (celui de Jordan Weal), et cela a permis au club de hausser son taux d'efficacité en avantage numérique à 13,2 %, au 30e rang de la LNH à ce chapitre (seuls les Predators de Nashville ont fait pire, avec 12,9 %). Après le match, on a demandé à Claude Julien si son club jouerait en séries s'il avait pu compter sur un avantage numérique plus productif cette saison. « Probablement. Mais Nashville et les Islanders sont dans le bas du classement aussi en avantage numérique et ils sont en séries. Si on veut trouver quelque chose, on va le trouver. Si tu ne fais pas les séries, tu vas trouver quelque chose pour l'expliquer. C'est ce que tu fais quand tu ne fais pas les séries, tu cherches les raisons. Tu fais les séries, et tu oublies les matchs que tu as perdus. Tu peux aussi regarder les matchs perdus contre des équipes de bas de classement. »

En hausse: Nicolas Deslauriers

Victime de l'arrivée de Jordan Weal et de Nate Thompson, il jouait son troisième match à peine depuis la date limite des transactions. Deslauriers a répondu avec sa meilleure prestation de la saison.

En baisse: Jeff Petry

Il a livré de vaillants efforts toute la saison et a porté la défense à bout de bras en l'absence de Shea Weber. On peut le comprendre s'il a ressenti une légère baisse d'adrénaline.

Le chiffre du match: 5

Depuis l'expansion de 1967, Ryan Poehling est le cinquième joueur à réussir un tour du chapeau à son premier match dans la LNH. Les autres : Auston Matthews, Derek Stepan, Fabian Brunnstrom et Réal Cloutier.