On connaît Jocelyn Lemieux l'ancien du Canadien de Montréal, la vedette du Titan de Laval, celui qui a joué presque 600 matchs dans la LNH pour sept équipes. On connaît Jocelyn Lemieux, le frère de Claude, l'analyste à RDS.

Mis à jour le 23 janv. 2019
JEAN-FRANÇOIS TREMBLAY LA PRESSE

On connaît beaucoup moins le Jocelyn Lemieux qui est passé à un cheveu de tout perdre après une dégringolade rapide au moment de sa retraite. C'est ce Jocelyn Lemieux qui se confie sans pudeur dans un mini-documentaire diffusé ce soir à RDS pendant les entractes du match entre le Canadien et les Coyotes.

Lemieux avait l'idée de revenir à la maison et d'être un bon père et un bon mari, après 13 ans à arpenter les villes d'Amérique du Nord pour jouer au hockey. St. Louis, Montréal, Peoria, Sherbrooke, Chicago, Hartford, New Jersey, Calgary, Phoenix, Long Beach, Springfield: Lemieux s'était promené. Si bien qu'au moment d'accrocher ses patins, sa femme avait rencontré quelqu'un d'autre.

«Dans un sens, c'est comme si j'avais encore été échangé, mais là c'était ma femme qui m'échangeait, en dira Lemieux. C'est un peu plus dur à prendre.»

C'est là que la spirale s'est enclenchée. Le couple avait acheté une maison en Arizona. Lemieux voyait cet investissement immobilier comme sa bouée de sauvetage. L'éclatement de la bulle technologique lui avait déjà coûté la moitié de ses économies. Le krach boursier de 2008 a fait le reste.

À un certain moment, raconte-t-il, il a dû expliquer à son fils de 12 ans, en pleurs sur le chemin vers l'école, qu'il n'y avait pas 10 $ dans le compte de banque. Il n'y avait plus de lait dans le réfrigérateur.

Sa soeur Carole poursuit: «D'avoir à assumer de nouvelles responsabilités dans l'insécurité, il avait beaucoup de douleur, il souffrait énormément. Il s'est mis à prendre une médication quotidienne.»

«Ma façon de m'évader était de prendre une bonne quantité d'antidouleurs pour m'engourdir la tête un peu, pour arrêter de penser au cauchemar que je vivais à l'époque.»

Jusqu'au jour où Lemieux a lancé un signal de détresse à sa soeur. Il n'en pouvait plus. Il avait trop mal. Il craque en parlant d'elle dans l'un des moments les plus poignants du documentaire. «Je me souviens quand ma soeur Carole, délicatement, m'a dit: "Il me semble que tu prends beaucoup de pilules. Avec de la boisson en plus." Elle a été tellement délicate et efficace. Elle a trouvé les mots.»

Lemieux s'est retrouvé à l'hôpital. S'il est encore là pour raconter son histoire, c'est qu'il a changé de vie. Il est revenu vivre au Québec, il a cédé sa maison à la banque, et surtout, il a plongé dans son rôle de père. Un documentaire à voir ce soir sur les ondes de RDS.

> Regardez la bande annonce de Jocelyn Lemieux: le jour après : https://vimeo.com/312578502