À la place de Claude Julien, on prendrait le DVD du match d'hier soir et on le placerait dans un endroit sûr. À la place de Claude Julien, on ressortirait ce DVD de temps à autre quand les joueurs du CH se mettent à oublier leurs bonnes habitudes.

Mis à jour le 19 janv. 2019
RICHARD LABBÉ LA PRESSE

Est-ce que cette victoire de 4-1, chèrement acquise à Columbus, où le triomphe ne vient jamais facilement, fut obtenue dans le cadre d'une performance frisant la perfection ? Bien sûr que non. Pour commencer, ce n'est jamais une bonne idée que d'accorder près de 40 tirs (35 dans ce cas-ci) à l'adversaire. Mais dans un passé pas si lointain, ce qui faisait la force du Canadien, c'était cette propension à profiter de la moindre occasion, pour aller avec les arrêts du gars devant le filet.

Avant de passer au gars devant le filet, rappelons que le Canadien n'a pas eu des tonnes de chances de marquer, mais bon, quand il y a eu occasion, il y a eu but. Tomas Tatar, que plusieurs auraient voulu sortir de Montréal avant même que la saison ne commence, est celui qui a profité des rares chances avec deux buts. Ensuite, on a senti que les Blue Jackets allaient être les artisans de leur déconfiture psychologique, et c'est un peu ce qui est arrivé, même si ça n'explique pas tout.

Le gardien, maintenant.

Il faudrait être de mauvaise foi pour ne pas voir le lien évident entre ce que fait Carey Price et ce que fait son équipe. Pour le meilleur et pour le pire, il n'y a pas une autre équipe dans cette ligue qui va comme va son gardien.

Ainsi, Price a un taux d'efficacité qui se chiffre à ,951 depuis le début du mois de janvier. Au cours des quatre derniers matchs, Price et Antti Niemi ont arrêté 155 des 159 rondelles que leurs adversaires ont envoyées dans leur direction.

Et Price, en 19 départs depuis le 26 novembre, a un taux d'efficacité qui se chiffre à ,930. Ça commence à ressembler à des chiffres de trophée Vézina.

Celui qui porte le numéro 31 avait toutefois le triomphe bien modeste avant de quitter Columbus.

« Les gars devant moi ont fait un excellent travail, s'est-il contenté de répondre. Nous avons su conserver notre sang-froid en fin de match. »

Tout de même. Avec cette victoire, le Canadien se retrouve avec le même nombre de points que Boston au troisième rang de sa division et, mieux encore, à un seul point des Leafs, qui sont au deuxième rang.

Relisez un peu la dernière phrase à voix haute. Ça fait un peu étrange, non ? C'est bien pour dire. Au mois de septembre, quand certains étaient déjà prêts à donner la Coupe aux joueurs de Toronto, la possibilité de voir le CH à un seul point de ses vieux rivaux semblait au mieux loufoque.

C'est là qu'on est rendu.

« On ne pense pas aux Leafs, a ajouté Carey Price. On essaie seulement d'ajouter des points à notre fiche. »

C'est une excellente stratégie. Avril est encore très loin, on en convient. Mais on peut avancer, sans trop se tromper, que personne ne voudra affronter cette équipe si elle joue de cette manière.