Plusieurs chiffres sortent de l'ordinaire pour le match de ce soir entre le Canadien de Montréal et le Wild du Minnesota.

Publié le 7 janv. 2019
Jean-François Tremblay LA PRESSE

Il y a d'abord l'actuelle séquence de victoires du Wild contre le Canadien: huit de suite. Ils ont mené au pointage 35-10 durant cette période faste qui s'étend sur quatre ans. Mais l'entraîneur Bruce Boudreau ne veut pas le savoir, question de ne rien gâcher.

«Je ne veux pas l'entendre, je ne peux pas l'expliquer et je ne veux pas en parler», a-t-il dit ce matin après l'entraînement facultatif du Wild.

Il y a aussi le résultat du dernier match entre les deux équipes, une dégelée de 7-1 subie par le Canadien. Un match au cours duquel le Wild a marqué quatre buts en avantage numérique, et un autre en désavantage numérique. Boudreau ne veut pas entendre parler de ça non plus.

«C'était une anomalie. Je regardais le match ce matin. Le Canadien a baissé de rythme quand le match était hors d'atteinte, mais pour la première moitié, c'était tout un match.»

Il y a un troisième chiffre à retenir pour le match de ce soir. Ce match du Wild, le 41e de leur saison, marquera exactement le milieu du contrat de 13 ans signé par Zach Parisé et Ryan Suter le 4 juillet 2012. Ces deux joueurs étoiles devaient changer le cours de l'histoire au Minnesota.

Sous leur leadership, le Wild n'a jamais raté les séries. Il n'a jamais dépassé le deuxième tour non plus, et c'est surtout ce que Parisé retient.

«Il y a eu des hauts et des bas. J'aurais aimé que l'on fasse mieux en séries. Les premières années, on atteint le deuxième tour. Je croyais qu'on s'en allait dans la bonne direction. Mais les dernières années, on est sortis au premier tour. C'est frustrant. Au final, c'est tout ce qui importe. Jusqu'où peut-on se rendre en séries? J'aimerais pouvoir dire qu'on s'est rendus plus loin.»

Avant d'ajouter en riant (Parisé venait d'apprendre qu'il avait enfin atteint le milieu de son contrat): «Mais ce n'était que la première moitié, il reste encore six ans et demi!»

Renaissance

Dans tous les cas, Parisé est tombé dans la fontaine de Jouvence. Avec 19 buts et 19 aides en 39 matchs, il est en voie de connaître sa meilleure saison depuis ses années de grâce avec les Devils du New Jersey... il y a une décennie.

«Je ne l'ai jamais vu si bon, a reconnu Boudreau, qui en est à sa troisième saison comme entraîneur de l'équipe. C'est aussi la première fois qu'il est santé. Il est blessé ou en remise en forme depuis deux ans. Cette saison, il est en pleine forme. Il a trouvé son rythme. Nous ne voulons pas que ça arrête.»

C'est un fait que Parisé a été grandement ralenti par une sérieuse blessure au dos. Il a d'ailleurs dû subir une délicate opération qui lui a fait manquer trois mois d'action au début de la campagne 2017-2018. La procédure visait à guérir une hernie discale, en plus de réduire la douleur liée à sa condition.

«J'aime croire que j'ai retrouvé mon niveau de jeu d'avant mon opération. De la manière que je me sens sur la glace, avec mon coup de patin, je ne me suis pas senti aussi bien depuis longtemps.»

Pas surprenant non plus, considérant son dossier médical, qu'il n'ait visiblement pas apprécié le double-échec dans le dos que lui a servi Shea Weber au dernier match entre les deux équipes. Le coup de bâton l'avait envoyé valser dans la bande. Parisé s'était relevé et avait servi quelques mots au capitaine du Canadien.

«Je comprends, il est compétitif. Ça fait partie du jeu. Je suis peut-être un peu plus à fleur de peau quand il s'agit d'un double-échec dans mon dos. Les esprits s'échauffent parfois, et ça peut arriver.»

Petit mot en terminant sur le jeune Jordan Greenway, qui sera promu sur le premier trio ce soir avec Eric Staal et Mikael Granlund. Le nom vous dit peut-être quelque chose. Il a eu l'honneur en février dernier de devenir le premier Noir de l'histoire à représenter Team USA en hockey aux Jeux olympiques. Il portait alors les couleurs de Boston University. Le mastodonte de 6 pieds 6 pouces et 230 livres est désormais membre à part entière du Wild. Il a inscrit 7 buts et 6 aides en 39 matchs cette saison.

La Presse avait d'ailleurs écrit un article à son sujet.

«Je grandis constamment. C'était mon objectif, de m'améliorer chaque jour, de grimper les échelons. Il y a eu une période d'ajustement entre le niveau universitaire et la LNH. Mais depuis le mois dernier, je vais bien. Je dois être constant d'un match à l'autre. Je dois encore travailler là-dessus.»