Le DG des Devils, Ray Shero, a réussi à obtenir des pièces intéressantes en retour de Taylor Hall, lundi, mais le départ de celui-ci constitue néanmoins un échec.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Shero avait une vision en acquérant Hall en retour du défenseur Adam Larsson, le 29 juin 2016.

« Taylor est un joueur dynamique, encore jeune et très rapide, il change l’identité de notre équipe, avait-il déclaré aux journalistes le jour de la transaction. Il correspond à notre volonté de devenir plus offensifs. »

Shero a gagné cet échange. Larsson rend de bons services aux Oilers au sein de la première paire de défense, mais ce quatrième choix au total en 2011 âgé de 27 ans n’est jamais devenu le défenseur offensif espéré. Au moins, il lui reste une autre année supplémentaire de contrat et il pourra aider Edmonton pour une autre année et demie.

Hall a connu une grosse saison en trois ans et demi au New Jersey, en 2017-2018. Il a amassé 93 points, remporté le trophée Hart et les Devils ont accédé aux séries pour la première fois en cinq ans, avant de subir l’élimination rapidement aux mains du Lightning en cinq petits matchs.

PHOTO JASON FRANSON, LA PRESSE CANADIENNE

Taylor Hall

Sinon, les Devils ont terminé au 28e rang du classement général en 2016-2017, 29e en 2018-2019 et ils occupent le 30e rang à l’heure actuelle.

Plus offensifs, les Devils ? Ils ont terminé au 28e rang au chapitre des buts marqués à la première année de Hall au New Jersey, 24e à la seconde et 26e à la troisième. Ils sont 30e à l’heure actuelle.

La première phase du plan de Shero a échoué, la seconde également. L’arrivée de P.K. Subban, Wayne Simmonds et Nikita Gusev cet été n’a pas donné les résultats escomptés. L’entraîneur John Hynes en a payé le prix.

Les insuccès des Devils depuis trois ans auront eu des impacts positifs. L’équipe a obtenu le premier choix au total en 2017 et 2019. Ils en ont profité pour cueillir leurs deux premiers centres, Nico Hischier, 20 ans, et Jack Hughes, 18 ans. S’ils sont aussi chanceux à la loterie, ils pourraient mettre la main sur Alexis Lafrenière ou Quinton Byfield en juin.

Ils comptent désormais deux choix de première ronde en 2020, et peut-être deux en 2021 si les Coyotes font signer une prolongation à Taylor Hall ET franchissent la première ronde de séries.

Nick Merkley, Nate Schnarr et Kevin Bahl ne sont pas des espoirs de premier plan, mais ils viennent engraisser la banque.

Le défenseur Bahl, un colosse de 6 pieds 7 pouces, sera de l’équipe canadienne junior au Championnat mondial. Il est l’homme de confiance d’André Tourigny avec les 67 d’Ottawa, finalistes le printemps dernier en Ontario devant le club de Nick Suzuki.

PHOTO JEFF BASSETT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Kevin Bahl

Ray Shero a quand même un peu de culot d’affirmer aux journalistes que l’équipe est en bien meilleure position aujourd’hui en raison de l’abondance de jeunes joueurs de talent au sein de son organisation.

Il n’a pas tort, mais il a accumulé les espoirs et les choix par défaut. Il voulait gagner à court terme. Il a échoué. « Nous sommes bien meilleurs qu’il y a cinq ans, bien meilleurs qu’il y a trois ans lorsque nous avons participé aux séries. Nous avons beaucoup plus de ressources. Au hockey, le principe collectif est plus important que la vedette. »

Malgré tout, Shero affirme ne pas vouloir reconstruire. « Nous sommes en transition. J’aime la position dans laquelle nous nous trouvons. Pas au classement, mais en terme de bâtir quelque chose de solide. Et je n’ai jamais fixé de délai pour le faire. Nous n’avons jamais offert de contrats de huit ans. Nous n’avons jamais défoncé le plafond. Nous avons de la flexibilité. »

Voyons pour la suite. Les Devils comptent d’autres éventuels joueurs autonomes sans compensation : Wayne Simmonds et les défenseurs Andy Greene et Sami Vatanen. P.K. Subban a deux autres années de contrat à neuf millions par saison et il pourrait être difficile à échanger en raison de ses mauvaises performances depuis un an.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

P.K. Subban

Les Devils pourraient renflouer encore davantage leur banque de choix. Dans son désir d’obtenir des résultats plus rapides, Shero a gaspillé des choix de deuxième et troisième rondes en 2018 et il n’a pas de choix de deuxième ronde en 2020 ni en 2021. Les Predators repêcheront fort probablement parmi les deux premiers en deuxième ronde en juin avec le choix obtenu pour Subban.

Voyons aussi si le propriétaire des Devils croit aux promesses de son DG. Le New Jersey n’a pas été mauvais depuis l’arrivée de Shero, il a été médiocre.

Le bilan au repêchage n’est pas très reluisant non plus. Shero a embauché l’ancien recruteur des Blue Jackets, Paul Castron à son arrivée au New Jersey, mais le bilan est mitigé.

On se trompe évidemment rarement avec un premier choix au total. Mais repêcher Michael McLeod au 12e rang en 2016 devant Charlie McAvoy, Luke Kunin, Dante Fabbro et Alex DeBrincat relève de l’incompétence. Quiconque avait vu McLeod à l’œuvre au Championnat mondial des moins de 18 ans quelques semaines avant le repêchage pouvait observer, malgré son coup de patin phénoménal, un manque flagrant de compréhension du jeu de la part du jeune homme.

PHOTO ERIC BOLTE, USA TODAY SPORTS

Michael McLeod

Le premier choix de 2015, sixième au total, Pavel Zacha, tarde encore à se développer. Il ne produisait même pas à un rythme d’un point par match dans les rangs juniors à son année de repêchage. Cette année-là, Ivan Provorov, Zach Werenski, Timo Meier, Mikko Rantanen, Mathew Barzal, Kyle Connor, Thomas Chabot et Brock Boeser étaient encore disponibles.

Malgré toutes les gaffes de Shero et de son personnel, les Devils peuvent entrevoir l’avenir avec optimisme. Ironique tout de même…

À lire

Solide prestation du Canadien, hier soir à Vancouver. Il reprend le troisième rang de sa division en vertu de sa victoire de 3-1. Simon-Olivier Lorange fait bien de souligner un autre gros match du centre Phillip Danault, splendide dans toutes les situations de jeu et auteur de la passe sur le but gagnant en supériorité numérique.