(CALGARY) Deux défenseurs seront à surveiller lors du match de jeudi soir à Calgary : celui qui a gagné le trophée Norris en 2019… et celui qui pourrait le gagner en 2020.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Celui qui l’a gagné en 2019 se nomme Mark Giordano, et il joue pour les Flames de Calgary. Celui qui pourrait le gagner en 2020 se nomme Shea Weber, et il joue pour le Canadien. Les deux hommes se ressemblent sur plusieurs points, dont celui-ci : ils jouent encore du très bon hockey à un âge pourtant avancé pour le monde du hockey. Giordano a 36 ans et Weber, 34 ans.

Dans les deux cas, ils sont des joueurs qui sont devenus étroitement liés aux succès de leur équipe. Weber en particulier, qui est en voie de connaître la meilleure saison de sa carrière avec 28 points en 34 rencontres, et qui mérite qu’on parle de lui lors de nos discussions de trophée Norris, selon son entraîneur Claude Julien.

« Il mérite d’être de cette discussion, a répondu le coach du Canadien mercredi à Calgary. Avec la saison qu’il connaît, avec sa production et aussi le temps qu’il passe sur la glace à chaque soir, en plus de son leadership et tout ce qu’il fait pour nous sur la patinoire. »

Giordano, un membre des Flames depuis toujours – dans les faits, depuis 2005-06, mais bon, vous aurez compris que ça commence à faire longtemps – a très bien connu Weber dans son jeune temps, quand il patrouillait plus souvent les glaces de l’Ouest avec les Predators de Nashville.

« C’est sûr que la première affaire qu’on remarque avec lui, c’est son tir, a expliqué le vétéran des Flames mercredi au Saddledome Scotiabank. Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi sa présence physique qui est imposante et il est aussi bien efficace dans son territoire en défense.

« Pour gagner le Norris, à mon avis, ça prend un défenseur qui excelle dans toutes les facettes du jeu. Je n’ai pas vu le Canadien très souvent depuis le début de la saison, mais je sais qu’il est ce type de défenseur. Il y a son jeu défensif, mais en plus, il peut créer de l’offensive avec son tir. Il mérite de faire partie des candidats au Norris. »

Reste à voir si l’Association professionnelle des journalistes de hockey, qui choisit les candidats et ultimement le gagnant en vue du trophée Norris chaque année, sera en mesure d’ajouter des votes à un autre défenseur que John Carlson, le défenseur des Capitals de Washington qui semble déjà avoir une bonne longueur d’avance dans cette course, lui qui a 45 points en poche après un total de 35 parties.

Pour le moment, en tout cas, Shea Weber compte sur l’appui public du gagnant de 2019. C’est déjà pas mal.

Mete, toujours à l’écart

À moins d’un genre de petit miracle, Victor Mete ne sera pas du match de jeudi soir à Calgary contre les Flames. Le jeune défenseur a bel et bien pris part à l’entraînement de mercredi, mais toujours dans le maillot bleu poudre des blessés. Il a longuement discuté avec l’entraîneur Claude Julien vers la fin de l’entraînement. Rappelons que Mete est à l’écart du jeu depuis le 30 novembre, en raison d’une blessure à une cheville.

Kotkaniemi en solitaire

Ça demeure le mystère le plus complet dans le cas de Jesperi Kotkaniemi, absent du jeu depuis le 5 décembre en raison d’une commotion cérébrale. Le jeune attaquant n’a pu prendre part à l’entraînement de mercredi à Calgary, et il a dû se contenter de patiner en solitaire à l’écart du groupe. La date de son retour au jeu demeure évidemment inconnue. Deux autres attaquants, Phillip Danault et Brendan Gallagher, se sont aussi absentés de l’entraînement de mercredi, profitant plutôt de la journée pour subir des traitements.